Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 30/12/2021 20h00

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d’écouter RFI, il est 20h en temps universel, 21h à Paris. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Clémentine, bonsoir à tous.

CP : À la Une, le Covid-19 en France : de plus en plus de patients sont hospitalisés en services de soins critiques, une situation qui inquiète les professionnels de santé.

SB : Et face à la progression du variant Omicron, l'Inde prend à son tour des mesures préventives. Certains lieux publics et commerces sont obligés de suspendre leurs activités.

CP : L’Union européenne se dit favorable à un embargo international sur les armes à destination de la Birmanie, mais pour la militante des droits humains Shunlei Yi, la communauté internationale doit aller encore plus loin. Nous l'entendrons dans ce journal.

SB : Enfin, une pub Citroën retirée en Égypte : le constructeur automobile français a provoqué une polémique sur les réseaux sociaux. Notre correspondant sur place nous expliquera pourquoi.

-----

SB : En France, les hôpitaux sont de plus en plus sous pression face à la 5è vague du Covid-19.

CP : Plus de 3 500 personnes contaminées sont actuellement hospitalisées dans les services de soins critiques, selon les données publiées aujourd’hui par l'agence nationale Santé Publique France. Hier, le pays a franchi le seuil record des 200 000 nouvelles contaminations en 24 heures. Cette hausse des contaminations pèse sur les services de santé et les transferts de patients d'une région à l'autre reprennent, de quoi alarmer les professionnels de santé, Agnès Rougier.

La 5è vague du Covid est en train de remplir les hôpitaux : « nous sommes sous très forte tension et la marge de manœuvre est très étroite », a alerté sur BFMTV Enrique Casalino, infectiologue à l’Hôpital Bichat à Paris. Dans un mail interne, l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris appelle les soignants à déprogrammer les opérations importantes de la semaine prochaine qui sont sans lien avec le Covid. Les hôpitaux du sud de la France, des régions de Bourgogne France Comté et de Corse sont déjà pleins, les services de réanimation ne peuvent plus accepter de patients et des transferts préventifs vers des régions moins touchées et des hôpitaux mieux équipés, au nord et à l’est de la France, sont déjà opérés. Les hôpitaux d’Île-de-France sont également sous tension et le directeur des urgences de l'Hôpital Avicenne, en Seine-Saint-Denis, Frédéric Adnet, est très inquiet : l’hôpital ne pourra pas supporter un afflux de patients comme celui de la première vague. Pour l'instant, il est difficile de quantifier avec précision l'impact possible du variant sur les hôpitaux, mais une étude prospective de l’Institut Pasteur montre que cette 5e vague pourrait rester « gérable » si la sévérité d'Omicron était 80 % plus faible que celle de Delta, et que les Français réduisent leurs contacts de 20%.

SB : Autre pays frappé, à son tour, par le variant Omicron : l'Inde...

CP : En dix jours, le nombre de malades du Covid-19 dans les grandes villes comme New Delhi et Bombay a été multiplié par 10. La situation est encore sous contrôle avec seulement 13 000 nouveaux cas détectés depuis 24 heures, mais les autorités régionales, encore sous le choc de la vague meurtrière de mai dernier, prennent les devants. Elles commencent notamment à fermer certains lieux publics et commerces. Reportage de notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis.

Boulons dévissés, moteur à nu, Prakash Pandey s’affaire rapidement sur une moto à réparer. Il a peu de temps pour finir ce travail, car son garage, situé dans une rue commerçante du sud de New Delhi, doit maintenant fermer un jour sur deux, pour réduire les attroupements. « Aujourd’hui, c’est moi qui suis ouvert, demain je ferme et le magasin d’à côté pourra ouvrir. Mais ce n’est pas grave, nous comprenons que pendant une pandémie, il faut faire des efforts. Le gouvernement fait cela pour nous, pas pour eux. » Après le raz de marée de contaminations de mai dernier, les Indiens avaient retrouvé ces derniers mois une vie quasi normale, et le nombre de nouveaux cas de Covid-19 était très bas. Mais l’arrivée du variant Omicron change la donne et les contaminations grimpent. Les autorités de New Delhi imposent ainsi ces fermetures alternatives de magasins. Toutes les piscines, salles de gym et cinémas sont aussi fermés depuis mardi. Et un couvre-feu imposé à partir de 22h, ce qui restreindra les célébrations du Nouvel An. D’autres métropoles déploient des mesures similaires, en espérant tout de même que la vaccination, reçue par 60% des adultes, tempère les effets de cette nouvelle vague.

SB : Au Mali, la transition pourrait se prolonger...

CP : Les participants aux « assises nationales de la refondation » proposent à Bamako de prolonger l'actuelle transition de 6 mois à 5 ans. Ces assises étaient présentées comme la phase finale des consultations préalables à des élections et à un retour au pouvoir des civils, au Mali. On y reviendra bien sûr avec vous, Sylvie Berruet, dans la dernière édition d’Afrique Soir, à 22h30 en temps universel.

SB : Après les États-Unis, l'Union européenne soutient à son tour l'idée d'un embargo international sur les armes à destination de la Birmanie.

CP : L'Union européenne se dit aussi prête à durcir ses sanctions contre le pays après le massacre imputé à l'armée birmane, un massacre dans lequel deux membres d'une ONG ont été tués. Mais pour la militante birmane des droits de l'homme Shunlei Yi, ce n'est malheureusement pas suffisant. Elle souhaite que la communauté internationale aille encore plus loin.

« À présent, presque tous les jours, dans les zones les plus sèches, les militaires ont conduit des attaques aériennes contre différents villages, tuant de nombreux civils. Ça, c’est presque tous les jours. Donc le massacre de masse de la semaine dernière n’est qu’un exemple de ce que l’armée fait à travers tout le pays. C’est pourquoi il faut un embargo global sur les armes, le plus vite possible. L’armée a fait ce qu’elle veut, et cela, depuis plus de 70 ans. Même après le génocide des Rohingyas en 2017, le monde était sous le choc. Et il y a eu beaucoup de condamnations, même la Cour pénale internationale a travaillé dessus. Mais quatre ans plus tard, les militaires s’en tirent tout de même. Et non seulement ils s’attaquent aujourd’hui aux Rohingyas, mais également à tous ceux qui s’opposent à leur Coup d’État. Pour nous, ce sont des terroristes hors de contrôle. Ils doivent rendre des comptes, et le Conseil de sécurité de l’ONU doit agir avant qu’il ne soit trop tard. »

CP : Propos recueillis par Clea Broadhurst.

SB : L'Arménie annonce, quant à elle, la levée de son embargo sur les produits turcs...

CP : La mesure s'appliquera à partir du 1er janvier. Cet embargo était en vigueur depuis un an. Les relations entre l'Arménie et la Turquie étaient tendues, ces dernières années, en raison de la non-reconnaissance, par Ankara, du génocide des Arméniens sous l'empire ottoman ou, plus récemment, en raison du soutien de la Turquie à l'Azerbaïdjan, pendant la guerre contre l'Arménie l'an dernier. Mais depuis plusieurs semaines, Erevan et Ankara multiplient les gestes d'apaisement.

SB : Les États-Unis se disent préoccupés par le lancement d'une fusée iranienne.

CP : Pour Washington, le lancement de cette fusée est une avancée qui pourrait bénéficier au programme balistique de l'Iran. Les États-Unis ont toutefois réaffirmé leur attachement aux négociations visant à sauver l'accord sur le nucléaire iranien. Pour rappel, Téhéran a annoncé aujourd’hui avoir lancé dans l'espace une fusée transportant trois appareils de recherche spatiale.

SB : Dans l'actualité également, le constructeur automobile français Citroën, obligé de retirer une de ses publicités en Égypte.

CP : Il faisait la promotion de sa nouvelle voiture, la Citroën C4, mais la publicité, avec le chanteur Amr Diab, était accusée sur les réseaux sociaux d'encourager le harcèlement sexuel. Au Caire, Alexandre Buccianti.

Sur le spot, on voit Amr Diab, qui malgré ses 60 ans affiche une réputation de Don Juan, prendre en photo une piétonne qu’il a failli renverser grâce au rétroviseur de sa Citroën. Un bandeau apparaît en anglais disant. « Capturez chaque beau moment », avec un Amr Diab souriant malgré l’air outré de la passante. Pour les internautes, il s’agit d’une promotion du harcèlement sexuel. Un harcèlement allant généralement des réflexions sexistes à l’agression physique dans les cas les plus extrêmes et contre lequel plusieurs lois ont été adoptées en Égypte. Citroën a retiré la pub de tous les supports numériques et a présenté ses excuses après la levée de boucliers des réseaux sociaux. Le chanteur Amr Diab, dont une nouvelle chanson vient de sortir, a quant à lui gardé le silence. La chanson, qui est déjà un tube dans les pays du Golfe, dit : « Sois encore plus proche de moi ».

SB : La Russie désigne « agents de l'étranger » deux membres des Pussy Riot.

CP : Les Pussy Riot, c'est un groupe contestataire de punk rock féministe. L'une des deux membres, Nadejda Tolokonnikova, a réagi à cette annonce en postant, sur les réseaux sociaux, une photo d'elle faisant un doigt d'honneur. Elle précise qu'elle ne se soumettra pas à l'obligation légale d'indiquer le statut d'« agent » de l'étranger dans ses publications. « La Russie sera libre ! », conclue-t-elle. 

Article publié le 30/12/2021

RFI - Radio France Internationale