Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 22/05/2021 20h00

Transcription

À l’écoute de RFI, il est 22h00, ici, à Paris, 20h en temps universel.

Loïc Bussières : Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile. Journal que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Loïc, bonsoir à toutes et à tous.

LB : À la Une, deuxième jour de cessez-le-feu, dans la bande de Gaza et un début de retour à une presque normalité. Presque, puisque de nombreux missiles de l'armée israélienne n'ont pas explosé et menacent toujours les civils, c'est ce que nous dira notre envoyé spécial.

ZK : Nous reviendrons sur cette décision de l'administration Biden aux États-Unis. Elle réduit le montant de son vaste plan d'infrastructures pour rallier les sénateurs républicains.

LB : Dans ce journal également, la mort en Biélorussie d'un opposant au pouvoir en place dans la prison où il effectuait une longue peine après avoir participé au mouvement de contestation contre le président Loukachenko. Les explications dans un instant.

-----

ZK : À Gaza, malgré la trêve, les bombes israéliennes continuent de faire des victimes selon la police palestinienne. Certes, les bombardements se sont arrêtés, mais le danger reste présent à chaque coin de rue.

LB : Des centaines et des centaines de missiles ont été largués sur l’enclave, ces derniers jours, tous n’ont pas explosé. Une unité de la police de Gaza est chargée de récupérer ces munitions et de les désamorcer, mais les locaux de cette brigade ont été détruits par une frappe israélienne. Reportage à Gaza de notre envoyé spécial, Sami Boukhelifa.

À la place de l’unité de déminage de la police de Gaza, deux énormes cratères. Le bâtiment a été complètement pulvérisé par une frappe israélienne, deux jours après le début des bombardements. Le major Ahmed Abu Taha dirige le service criminel : « La police palestinienne est un service public. Nous n’avons aucune vocation politique. Nous sommes au service des citoyens. Avoir détruit notre unité de déminage signifie que les Israéliens se fichent pas mal du danger auquel ils exposent notre population. » Selon le major Ahmed Abu Taha, à chaque guerre, cet endroit a été bombardé par l’aviation israélienne. Et sans déminage, la population reste exposée à un danger permanent : « Qui va ramasser ces bombes qui se trouvent toujours dans nos rues ? Des enfants ? Ils vont vouloir jouer avec. Qui d’autres encore ? Les ramasseurs de ferrailles qui espèrent revendre la matière première, pour se faire un peu d’argent. Sauf qu’ils ignorent souvent que les bombes contiennent toujours des charges explosives. Allez voir dans nos hôpitaux, des centaines de personnes ont été blessées. » Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, est accusé de récupérer ces bombes qui n’ont pas explosé et de réutiliser leurs composants dans la fabrication des roquettes tirées contre Israël. Sami Boukhelifa, Gaza, RFI.

ZK : À la Une également, les États-Unis où la Maison Blanche réduit le montant de son vaste plan d'infrastructures.

LB : Le président Joe Biden prévoyait en effet de très importantes dépenses pour les réseaux de télécommunications, les routes ou encore les ponts du pays. Finalement, son administration propose un programme de 1 700 milliards de dollars, au lieu de 2 200 milliards initialement prévu. L'objectif est de rallier les sénateurs républicains. Altin Lazaj.

C’est un véritable coup de rabot : le plan d'infrastructures sera amputé de 500 milliards de dollars. Avec cette nouvelle offre, l’administration Biden espère trouver un terrain d’entente avec les républicains du Sénat. Car le président américain préfère conclure un accord avec les républicains plutôt que d'adopter un texte de manière unilatérale. Mais, malgré cette nouvelle proposition, les divergences existent toujours entre la Maison Blanche et les républicains en ce qui concerne l'ampleur des dépenses proposées et la façon de les financer. Cependant, les républicains n’ont pas fermé la porte aux discussions. Ils vont examiner plus en détail la nouvelle proposition et continueront de dialoguer avec l'administration Biden. Ce dernier persiste et signe depuis des mois : ce vaste plan permettra de créer des « millions d'emplois » tout en luttant contre le changement climatique. Quant au financement du programme, il reste inchangé : il doit se faire en augmentant l’impôt sur les sociétés. Cette solution est une véritable pomme de discorde entre la Maison Blanche et les républicains.

ZK : En bref, toujours aux États-Unis, la ville de Minneapolis, théâtre d'une nouvelle fusillade mortelle.

LB : Deux personnes ont été tuées, huit autres blessées, la nuit dernière, dans le centre de la ville où l'Afro-Américain George Floyd avait été tué par un policier en mai 2020.

ZK : En République démocratique du Congo, le volcan Nyiragongo est entré en éruption ce samedi soir.

LB : Ce volcan est très proche de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo. Le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, où se trouve Goma, a appelé la population à rester calme. Les habitants de Goma sont invités à suivre les recommandations, les conseils, de la protection civile et de la police de la ville.

ZK : La disparition du chef d'état-major de l'armée nigériane dans un accident d'avion hier soir.

LB : Le lieutenant général Ibrahim Attahiru avait 54 ans. Le crash s'est produit à cause du mauvais temps, peu après le décollage de l'appareil de l'aéroport de Kaduna, dans le nord du pays. 10 autres officiers nigérians ont également été tués dans la catastrophe.

ZK : Cette autre disparition en Biélorussie, celle d’un opposant en prison.

LB : Alors que le pays vit depuis neuf mois au rythme d'une répression continue, après la contestation suite aux élections jugées truquées par le pouvoir en août dernier. Le décès de Vitold Achourok a été annoncé par plusieurs médias indépendants. Son portrait par Anissa El Jabri.

Sur les dernières photos d’avant la contestation, le procès puis la prison, Vitold Achourok, visage juvénile pour ses 50 ans, pose avec un léger sourire en coin et des yeux qui pétillent. Ancien souffleur dans une verrerie, mais aussi engagé dans la lutte pour l’environnement, Vitold Achourok avait notamment milité contre la production nocive de laine de verre. Il avait derrière lui aussi des années de vie politique et s'était présenté à plusieurs reprises aux élections municipales et parlementaires. Arrêté comme tant d’autres dans la foulée du mouvement de contestation des élections d’août dernier, Vitold Achourok avait été accusé de participation à des actions de groupe portant gravement atteinte à l'ordre public et de violence contre un agent de police, sans qu’on en sache davantage - son procès s’étant déroulé à huis clos avec au bout une peine de cinq ans de détention dans une colonie pénitentiaire à l’est du pays. Vendredi soir, c’est par un coup de fil de la prison que sa femme a appris sa mort officiellement pour « arrêt cardiaque ».

LB : Anissa El Jabri.

ZK : 22h07 à Madrid. L'Espagne ouvrira ses portes à « toutes les personnes vaccinées, et ce quel que soit leur pays d'origine » à partir du 7 juin.

LB : Le pays assouplit les restrictions mises en place pour lutter contre le Covid-19. Seront concernées les personnes qui ont reçu une dose d'un vaccin autorisé par l'Union européenne ou un sérum ayant bénéficié d'une homologation d'urgence de l'OMS. C'est ce que faisait savoir hier le chef du gouvernement Pedro Sanchez qui espère sauver la saison touristique de son pays. C'est un soulagement pour la profession. Eduardo Lopez-Puertas est le directeur général de l'IFEMA, qui organise le Salon international du tourisme de Madrid.

« Pour le tourisme d'affaires, la mobilité internationale est indispensable. Il y a donc l'arrivée des personnes vaccinées, mais en plus il semble que les certificats sanitaires seront mis en place à la fin du mois prochain. La somme de ces deux éléments va relancer notre tourisme. Il est important de souligner que cette annonce s'est faite pendant le Fitur, parce que Fitur est le premier salon international organisé en Europe et il est dédié au tourisme. Cela donne encore plus de force à ce message. Avec toutes les mesures de sécurité mises en place, avec les tests Covid, la distanciation physique, les jauges, on a démontré que l'on peut organiser des événements de manière ordonnée et sûre. Et si en plus on nous dit que les prochains salons bénéficieront de ces facilités, qu'il n'y aura pas de problème pour entrer en Espagne pour ces personnes vaccinées ou qui auront un passeport sanitaire, cela veut dire que l'on se dirige vers une très nette reprise du tourisme. Et c'est ce dont tout le monde a besoin. »

LB : Eduardo Lopez-Puertas, directeur général de l'IFEMA, joint par Pauline Gleize.

Par ailleurs, toujours concernant la crise sanitaire, mais en France, le nombre de malades du Covid-19 dans les hôpitaux français passe ce soir sous la barre des 20 000. Pour la première fois depuis le 27 octobre dernier.

ZK : L’actualité sportive avec le titre de champion d'Espagne de football pour l'Atlético Madrid.

LB : Les hommes de Diego Simeone l'ont emporté devant Valladolid, 2-1. Ils terminent la saison devant le Real Madrid de Zinedine Zidane, pourtant vainqueur de Villareal pour cette 38e et dernier journée de Liga. Demain, c'est la Ligue 1 française qui désignera son champion, pour une 38e et dernière journée de championnat également. Le titre se jouera entre Lille et le PSG, et ce sera à suivre en direct et en intégralité sur RFI. Exceptionnellement, il n'y aura donc pas de Journal en français facile à 22h00.

Article publié le 22/05/2021

RFI - Radio France Internationale