Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 21/09/2021 20h00

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Vous écoutez RFI, il est 22 heures à Paris, 16 heures à New York. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio. bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Clémentine, bonsoir à toutes et à tous.

CP : L'Assemblée générale de l’ONU se poursuit. Les chefs d'État prennent la parole. Le président de l’Iran s'est notamment exprimé, Ebrahim Raïssi a vivement critiqué les États-Unis. Nous l'entendrons.

ZK : Dans l'actualité également, l'Union européenne qui s'inquiète d'un éventuel accord entre le Mali et le groupe de sécurité russe Wagner. Cela pourrait sérieusement affecter la relation entre Brussel et Bamako, prévient l'UE.

CP : Les compagnies aériennes respirent à nouveau. La levée des restrictions de voyage aux États-Unis va leur permettre de reprendre de nombreux vols. Illustration à suivre avec la compagne Air-France KLM.

ZK : Et puis, on parlera du documentaire « Bigger than us ». Un film qui met à l'honneur 7 jeunes du monde qui se démarquent par leur audace.

-----

ZK : Le président iranien, Ebrahim Raïssi, remet en cause la crédibilité des États-Unis. 

CP : Il s'est exprimé à l'Assemblée générale de l’ONU à New York. Le chef de l'État iranien a évoqué la récente débâcle américaine en Afghanistan. Il a aussi rappelé l'attaque du Capitole, en janvier dernier. Ebrahim Raïssi estime que l'hégémonie américaine a échoué. L'hégémonie c'est la suprématie ou la supériorité d'un État sur d’autres nations. Le dirigeant appelle aussi à la levée des sanctions américaines contre son pays. il s'est dit prêt à négocier pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien. Accord dont les États-Unis s'étaient retirés sous la présidence de Donald Trump. On écoute le chef de l'État iranien.

Du capitole jusqu'à Kaboul, un message on ne peut plus clair a été envoyé au monde : la quête hégémonique des États-Unis est dénué de toute crédibilité, à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Elle a entrainé un bain de sang, l'instabilité, la défaite et puis la fuite. Aujourd'hui, les Etats Unis ne quittent pas l'Iraq et l'Afghanistan mais en sont expulsés. Aujourd'hui, tout le monde (y compris les Américains) admet que le projet visant à lutter contre le peuple iranien par une politique de la pression maximale et un retrait arbitraire de l'accord de Vienne, reconnu internationalement... cette tentative a été un échec cuisant. Mais cette politique de la tyrannie maximale perdure. Nous ne voulons ni plus ni moins que ce qui nous revient légitimement. Nous exigeons le respect des règles internationales. 15 rapports de l'Agence Internationale de l'Energie atomique ont attesté du respect de l'Iran de ses engagements. En revanche, les Etats Unis ne se sont pas encore acquitter de leurs obligations, à savoir lever les sanctions. Les sanctions, notamment les sanctions dans le domaine médical en pleine pandémie contre le COVID sont un crime contre l'humanité. 

CP : Ebrahim Raïssi, le président de l’Iran, propos recueillis par Carlotta Morteo.

ZK : Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, entame un 3e mandat.

CP : Il a été réélu, sans majorité. Justin Trudeau va donc pouvoir former un gouvernement mais il devra composer avec les petits partis politiques. Les résultats préliminaires des législatives de ce week-end ont été publiés dans la matinée. Les parlementaires libéraux du Premier ministre obtiennent 158 sièges à la chambre des communes sur 338. Ils n'ont donc que 3 sièges de plus qu'avant.

ZK : L'Union européenne s'inquiète d'un éventuel accord entre le mali et le groupe de sécurité privé russe Wagner.

CP : Après la France et l’Allemagne, le chef de la diplomatie européenne est sorti de son silence. Joseph Borell a brièvement réagi hier en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Il prévient : si les autorités maliennes concluent un accord avec Wagner cela affecterait sérieusement la relation entre l'Union européenne et Bamako. Les précisions de Guillaume Thibault.

S’il a utilisé le conditionnel en indiquant « autant que je sache aucune décision n’a encore été prise », Josep Borrell a néanmoins été très clair : « Il semble que les autorités de transition discutent de la possibilité d'inviter le groupe Wagner à opérer dans le pays. Nous savons bien comment ce groupe se comporte dans différentes parties du monde, cela affecterait sérieusement la relation entre l'UE et le Mali. » L’Union européenne, active notamment via la mission EUTM dans la formation des forces armées maliennes depuis 2013, rejoint ainsi la France et l’Allemagne pour faire pression sur les autorités maliennes. Paris et Berlin ont prévenu qu'un recours au groupe Wagner pour former les forces armées maliennes et assurer la protection des dirigeants remettrait en cause leur engagement militaire. De passage ce lundi à Bamako, la ministre de la défense française, Florence Parly, a confirmé la détermination de la France de poursuivre son engagement. Son homologue malien, le colonel Sadio Camara, qui a indiqué que la réduction de la présence militaire française au Mali « obligeait à tout envisager pour sécuriser le pays » a néanmoins confirmé « qu’aucun acte n’a été posé avec Wagner ».

CP : Explications signées Guillaume Thibault, du service Afrique de RFI.

ZK : Les personnes vaccinées contre le Covid-19 peuvent à nouveau voyager aux États-Unis. Et c'est une bouffée d'oxygène pour de nombreux acteurs.

CP : La levée de ces restrictions décidées en mars 2020 a été officialisée hier par Washington. Elle soulage d’abord des milliers de familles qui se sont retrouvées séparées pendant des mois. Soulagement aussi pour les entreprises et notamment les compagnies aériennes. Elles ont beaucoup souffert économiquement de la situation. C'est le cas par exemple du groupe franco-néerlandais Air-France KLM. Il salue une nouvelle « formidable » et pour causes : les vols transatlantiques représentent une part importante des revenus de la compagnie. Ablaa Jounaidi.

Pour les compagnies européennes, qui ont dû remiser pendant des mois leurs avions long-courriers au garage, la réouverture des États-Unis est une bouffée d'oxygène. Les liaisons Europe-États-Unis représentent une grande partie de leur activité. Pour les aéroports français, les États-Unis représentent la première destination long-courrier (hors outre-mer). Pour Air France KLM, c'est 40% du chiffre d'affaires long-courrier, avant la pandémie. Le PDG du groupe Ben Smith salue une nouvelle « formidable ». Les dirigeants des compagnies concurrentes partagent son enthousiasme et comme Air France KLM, les titres en bourses de British Airways et de Lufthansa ont bondi à la bourse après l'annonce. Avant cette décision qui devraient entrer en vigueur début novembre, les compagnies européennes avaient déjà pu profiter de la réouverture côté européen. Ils ont ainsi vu affluer les touristes du continent américain, habituellement la première clientèle extra-européenne en France. Mais seule cette réouverture côté américain pouvait leur redonner l'espoir de remplir à nouveau les avions et amorcer le redécollage du secteur au quatrième trimestre. Reste à savoir si les voyages d'affaires reprendront à leur niveau d'avant 2020, à l'heure où avec la pandémie, les entreprises ont élargi l'usage des réunions virtuels.

ZK : L'inquiétude grandi sur l'archipel espagnol des Canaries.

CP : La lave du volcan Cumbre Vieja continue de couler en direction de l'océan. D'après les scientifiques, la rencontre entre l'eau de mer et la lave pourrait laisser échapper des gaz toxiques. Le volcan n'était pas entré en éruption depuis 1971. Il a fait près de 6000 déplacés depuis dimanche.

ZK : De la culture à présent, avec la sortie du documentaire « Bigger than us ».

CP : En français, cela veut dite « plus grand que nous », c'est le titre de ce film signé flore vasseur. Il sort cette semaine dans les salles de cinéma française. Le documentaire part d'un constat : 80% de la jeunesse mondiale n'habite pas en occident. La réalisatrice a donc suivi 7 jeunes gens de l’Afrique à l’Indonésie en passant par les États-Unis ou encore le Brésil. 7 garçons et filles engagés.Iils se distinguent par leur audace en réalisant des choses qui paraissaient impossibles. Isabelle Chenu.

« Bigger than us » est un documentaire revigorant même si rien n'est occulté du désastre planétaire . La réalisatrice Flore vasseur donne la parole à 7 garçons et filles à peine sortis de l'enfance. Ils ont décidé de s'engager et d'agir, à leur échelle, dans leur communauté. Le projet est né d'un constat d'impuissance, celui d'une journaliste et autrice et celui d'une mère « maman, ça veut dire quoi la planète va mourir ? » […]  Bali l'ile paradisiaque croule sous le plastique. Mélati sera le fil conducteur du film, on la suit au Liban à la rencontre de Mohamed jeune réfugié syrien qui est parvenu à créer une école. Au Malawi où le combat de Mémory contre le mariage précoce des petites filles a permis de changer la constitution, au Brésil où René a lancé son propre journal dans sa favela alors que l'Amérique latine détient le triste record de journalistes assassinés. […] « Bigger than us » plus grand que nous, un film à voir par toutes les générations.

Article publié le 21/09/2021

RFI - Radio France Internationale