Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 16/11/2021 20h00

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d’écouter RFI, il est 21h00 à Paris, minuit à Erevan. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. À mes côtés, ce soir : Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Clémentine, bonsoir à tous.

CP : Retour au calme entre l’Arménie et l'Azerbaïdjan. Après de nouveaux combats près de la région du Haut-Karabagh, les autorités arméniennes annoncent avoir conclu une trêve, à l'aide de la Russie. 

ZK : La Russie qui reconnait être à l'origine du tir qui a détruit un de ses satellites dans l'espace. Simon Rozé, du service sciences de RFI, nous expliquera à quoi sert un « missile antisatellite ». 

CP : En Espagne, c'est une première depuis 1975. Le gouvernement veut décentraliser les institutions. De plus en plus d'organismes publics installeront leur siège hors de la capitale, Madrid. 

ZK : Et puis, au Royaume-Uni, le chômage poursuit sa baisse depuis la levée des restriction sanitaires. Résultat : les offres d'emploi atteignent des niveaux records ! 

-------

ZK : L'Arménie annonce une trêve avec l'Azerbaïdjan, après la médiation de la Russie.

CP :Selon Erevan, la situation est actuellement stabilisée. Plus tôt dans la journée, de nouveaux affrontements ont éclaté. Ça s'est passé près de la région disputée du Haut-Karabagh, où les 2 pays étaient en guerre il y a près d'un an. Notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot, nous explique comment cette trêve a été conclue. 

Selon  l’Arménie, l'accord a été conclu avec l’aide de la Russie, qui n’a pas ménagé ses efforts pour y parvenir multipliant les entretiens avec les deux pays. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine s’est entretenu au téléphone avec Nikol Pachinian, le Premier ministre arménien, et le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a eu des conversations avec ses homologues des deux pays, les incitant à « mettre fin à l’escalade des tensions ». La Russie s’est impliqué avec d’autant plus d’empressement qu’elle est garante du cessez-le-feu conclu en novembre 2020, et que l’Arménie, inquiète de cette brusque montée de tensions, a demandé à son allié de lui venir en aide afin de protéger son intégrité territoriale. La diplomatie européenne s’est elle aussi mobilisée : le président du Conseil européen Charles Michel a multiplié les entretiens et lancé un appel au calme. La France a elle aussi fait part de son inquiétude « sur la dégradation de la situation sécuritaire à la frontière » entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. 

ZK : La Russie reconnait avoir détruit un de ses satellites en orbite.

CP :Moscou admet avoir réalisé ce tir mais juge « hypocrites » les déclarations des États-Unis. Washington accuse la Russie d'avoir mis en danger l'équipage de la station spatiale internationale. La destruction de ce satellite a en effet généré un nuage de débris et les 7 personnes qui se trouvaient à bord de l'ISS ont du se réfugier provisoirement dans leurs vaisseaux. Pour réaliser ce tir, la Russie a utilisé ce qu'on appelle un missile antisatellite. Simon Rozé nous explique de quoi il s'agit. 

Dans le jargon on les appelle des ASAT pour antisatellite tout simplement. Et tout aussi simplement il s'agit de missiles tirés depuis le sol pour détruire une cible placée en orbite. En l'occurrence, hier, la Russie en a lancé depuis le cosmodrome de Plesetsk et a visé un vieux satellite soviétique inactif depuis des décennies : Kosmos-1408. Il s'agissait donc d'un tir de test pour valider cette technologie car ça fait plusieurs années en réalité que la Russie développe ce programme : le système Noudol  On perçoit l'intérêt militaire évident, être capable de détruire des satellites depuis le sol est un atout majeur tant ces derniers occupent désormais une place prépondérante dans toute armée moderne. La Russie n'est d'ailleurs pas la seule à disposer de missiles ASAT, l'Inde avait procédé à un test similaire il y a deux ans, tout aussi critiqué car tout aussi générateur de débris spatiaux. La Chine possède également cette technologie, tout comme les États-Unis, il est d'ailleurs un peu cocasse de voir Washington critiquer vertement ce lancement russe alors que l'armée américaine avait fait la même chose en 2008. Reste que ces tests de missiles antisatellites sont toujours très mal perçus par la communauté internationale mais aucune règle, aucune convention ne les interdit, nul doute que l'événement d'hier relancera les discussions sur le sujet.

CP : Et effectivement, l’Allemagne se dit « très préoccupée » par ce tir russe. Berlin juge « urgentes » des mesures pour « renforcer la sécurité et la confiance ». Le gouvernement allemand dénonce un « comportement irresponsable » de la Russie avec un « risque élevé d'erreur de jugement et d'escalade ». 

ZK : Des affrontements entre forces de sécurité polonaises et migrants, à la frontière avec la Biélorussie.

CP : Les forces de sécurité polonaises ont fait usage de gaz lacrymogène et déployé des canons à eau. Elles cherchaient à repousser des migrants qui jetaient des pierres, en essayant de passer du coté polonais de la frontière. La Biélorussie accuse, de son côté, la Pologne d’aggraver la situation. Pour rappel, environ 4 000 migrants campent toujours à la frontière entre les deux pays, dans le froid et dans des conditions qui se dégradent. Les occidentaux reprochent au régime biélorusse d'avoir orchestré, organisé, cette crise migratoire. 

Dans le nord de la France, le principal camp de Grande-Synthe a été démantelé, il accueillait environ un millier de migrants. Il a été évacué sans heurts au moment où Londres et Paris renouaient le dialogue pour tenter de tarir/freiner les traversées migratoires de la Manche, après plusieurs jours de tensions. L’évacuation s'est achevée en début d'après-midi : 663 migrants ont été « mis à l'abri » et 35 passeurs présumés interpellés, selon la préfecture du Nord. 

ZK : En Espagne, le gouvernement a décidé d'approfondir la décentralisation.

CP : Oui, désormais, tous les organismes publics s'installeront hors de la capitale, Madrid. C'est la première fois depuis 1975 que les autorités espagnoles prennent une telle décision. Correspondance de François Musseau.  

On dit souvent de l’Espagne que c’est un pays fédéral, et il l’est à plusieurs égards. Mais pour ce qui est des institutions publiques, hormis l’Académie militaire de l’Armée de terre, à Saragosse, tout est établi à Madrid, et seulement à Madrid. L’exécutif socialiste dit voulait en finir avec cette centralisation excessive et a décidé que, dorénavant, tous les organismes seront répartis en Province. Dès 2022, ce sera le cas pour la Base logistique de l’Armée de Terre, à Cordoue, pour le Centre de stockage de l’Energie, à Caceres, le Centre des Études pénitentiaires, à Cuenca, et bien d’autres. C’est la première fois depuis la fin de la dictature franquistes en 1975 qu’un gouvernement prend une telle décision décentralisatrice. Dans les années 80, certains avaient imaginé le sénat à Barcelone, mais l’idée était vite retombée. Cette fois-ci, les socialistes le font au nom de la lutte contre la perte de vitesse de l’Espagne intérieure, celle des campagnes et des petites villes, victime de l’exode, de manque de dynamisme et d’investissement. Il n’est pas sûr que cela suffira à inverser la tendance, mais au moins, disent les observateurs, c’est un geste contre la toute puissance de la capitale.

ZK : Les offres d'emploi se multiplient au Royaume-Uni. Elles atteignent même des records, Clémentine.

CP : Le chômage poursuit sa baisse et cela s'explique par la levée des restrictions sanitaires, liées au Covid-19. Explications d'Altin Lazaj. 

Le taux de chômage s’établit à 4,3% au Royaume-Uni en septembre, poursuivant sa baisse depuis le début de l’année et s’approchant du niveau d’avant la pandémie. Parallèlement les offres d’emplois sont en hausse ; l'ONS, l’Office national des statistiques compte en moyenne 1 million 170 mille postes à pourvoir entre aout et octobre. La plus forte hausse a été enregistrée dans le commerce de gros et de détail, alors que le pays est confronté à une pénurie de main d'œuvre, notamment dans le secteur du transport routier. Ce regain du marché du travail s’explique essentiellement par la levée des dernières restrictions liées au Covid-19 note l’ONS. Reste pourtant un inconnu qui sera dévoilé dans quelques mois, à savoir ; quelle sera l’impact de l’arrêt du chômage partiel sur le marché du travail, mesure qui a cessé le 30 septembre ; selon les économistes, le chômage pourrait en effet augmenter légèrement. Un élément déterminant pour la banque d’Angleterre qui décidera si elle augmente  ses taux dès décembre ou l’année prochaine.

ZK : L'organisation terroriste État islamique revendique le double-attentat suicide de Kampala, en Ouganda.

CP : Cette attaque a fait au moins 3 morts et une trentaine de blessés aujourd’hui dans la capital ougandaise. L'État islamique affirme qu’elle a été menée par trois kamikazes. L'organisation terroriste précise aussi que le premier attentat visait le quartier général de la police. Le deuxième a eu lieu près du siège du parlement qui devait se réunir. 

Article publié le 16/11/2021

RFI - Radio France Internationale