Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 16/02/2021 20h00

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile.

À la une ce soir : les manifestations se poursuivent en Birmanie. Déjà plus de 400 personnes auraient été arrêtés selon une ONG depuis le coup d'État mené il y a deux semaines.

La suite des campagnes de vaccination contre le coronavirus. Reportage dans cette édition au Liban où les plus de 75 ans ont commencé à se faire vacciner ce mardi.

Et puis en France un peu d'espoir pour le monde de la culture. Des concerts vont être organisés dans les prochaines semaines avec un protocole strict. Une expérimentation qui permettra de déterminer si une réouverture des salles de spectacles est envisageable.

------

RA : En Birmanie Aung San Suu Kyi a été à nouveau inculpée ce mardi. Cela veut dire qu'une nouvelle charge pèse sur elle, elle est accusée d'avoir « violé la loi sur la gestion des catastrophes naturelles ». Une nouvelle audience est prévue le 1er mars. Le vice-ministre de l'Information assure qu'elle est « en bonne santé ». Dans la rue les manifestations continuent. Ce mardi des manifestants ont bloqué un tronçon de voie ferrée au sud de Rangoon. Mais globalement depuis le début de la semaine les manifestants sont moins nombreux, car la junte a déployé des troupes et les inquiétudes sont importantes. Écoutez le témoignage de ce guide touristique de Mandalay. Il est au téléphone de Jelena Tomic.

« Aujourd’hui il y a eu moins de monde dans les manifestations, parce que hier la police a réprimé les manifestants à l’entrée de la ville. Un grand nombre d’entre eux a reçu des coups. J’ai vu la police utiliser des canons à eau et tirer avec des balles en caoutchouc. Les policiers ont également fait usage de lances pierres en visant les manifestants avec des pierres et des boules en argile. Certains manifestants ont été battus et attaqués, même des journalistes ont reçu des coups. Ce qui nous rassemble tous dans ces manifestations c’est que nous n’acceptons pas le coup d’Etat. On est tous d’accord sur ce point. Nous refusons d’être dirigés par le régime militaire. Nous avons perdu nos droits humains et nous sommes continuellement opprimés. Nous n’avons donc pas peur. Dans les manifs, nous changeons de technique. On ne se rassemble jamais tous au même endroit, on se disperse en petits groupes dans Mandalay et je constate qu’il n’y a aucun chef. Chacun est son propre leader.»

RA : Témoignage d'un guide touristique de Mandalay. Selon une ONG d'assistance aux prisonniers politiques, 400 personnes auraient été placées en détention ces deux dernières semaines, notamment des responsables politiques, des médecins, ou encore des étudiants.

Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 se poursuivent partout dans le monde. Ce soir nous vous emmenons au Liban où les personnes de plus de 75 ans ont commencé à être vaccinées ce mardi. Un soulagement pour eux dans un pays confronté actuellement à une hausse de la contamination avec 3 à 5000 nouveaux cas par jour, alors que les habitants sont confinés. Notre correspondant à Beyrouth Noé Pignède s’est rendu dans un des trois centres de vaccination de la capitale libanaise. Reportage.

Dans le hall de l’hôpital américain, Widad Raouda, 94 ans, attend son tour pour se faire vacciner contre la Covid-19. Pour sa fille Nissrine qui l’accompagne, c’est un grand soulagement. « À la minute où le site internet du gouvernement a ouvert, je me suis précipité pour l’inscrire, car elle fait partie des personnes prioritaires. Et ce matin, j’ai été très agréablement surprise de recevoir un message pour nous dire de venir la vacciner. Et nous voilà ! » Et quand on demande à sa mère, bientôt centenaire, si elle est heureuse de recevoir sa première dose, elle nous répond avec un grand sourire. « Bien sûr ! Pour être enfin libéré du Corona !  Ça fait un an que je ne suis pas sorti de chez moi. Jusqu’ici, j’ai fait très attention en portant toujours un masque. Mais maintenant, je vais pouvoir être plus sereine. » Rapidement, la vieille dame se dirige vers une infirmière. « Prête ? Respirez profondément. Voilà, c’est fini ! » Puis une fois le sérum inoculé, Widad est invitée à rester en observation un petit quart d’heure, pour vérifier qu’elle n’a pas d’effets secondaires. « Comment ils pourraient se manifester ? » « Ca peut-être un malaise, une fatigue générale, une douleur à l’endroit de l’injection ». « De la fièvre ? ». « De la fièvre non, seulement des frissons. » « Ça ne me fait pas peur ! Je n’ai peur de rien. Et peu importe si ça arrive, ça passera. Et c’est toujours mieux que le Covid ! » Dans 21 jours, Widad pour sa deuxième injection. Elle espère ensuite être immunisée, et pouvoir serrer à nouveau ses petits enfants dans les bras. Noé Pignède Beyrouth, RFI.

RA : À retenir également dans l'actualité liée à la pandémie de coronavirus. La justice au Pays-Bas qui demandé au gouvernement de mettre fin au couvre-feu. La mesure est jugée en « violation avec le droit à la liberté de mouvement et à la vie privée ». L'instauration du couvre-feu aux Pays-Bas qui fait polémique, elle a fait l’objet de très importantes manifestations et de violences. Le gouvernement a fait appel mais il y a quelques minutes cet appel a été rejeté.

Dans l'actualité économique la marche en avant du bitcoin qui semble ne pas avoir de limites. Le bitcoin c'est une cyber monnaie, il a atteint ce mardi un nouveau record et c'est une barre symbolique qui a été franchie : celle des 50 000 dollars. Un bitcoin valant 50 000 dollars. Le cours s'est ensuite stabilisé autour de 49 505 dollars. Mais cela illustre la folle ascension du bitcoin qui est très prisé des investisseurs. Patricia Lecompte.

Ce mardi le bitcoin a progressé de 1,7%. Mais le chiffre le plus spectaculaire est celui de sa hausse depuis le début de l’année. Plus de 70%. En un an la valeur de la plus emblématique des crypto monnaies a quintuplé. Une performance qui s’explique par l’intérêt de plus en plus vif des investisseurs. C’est le cas d’Elon Musk, patron des voitures électriques Tesla, et homme le plus riche, il contribue à enflammer les marchés en ne cessant de vanter sur les réseaux sociaux son intérêt pour le bitcoin. Il y a une semaine, il a surpris tout le monde en annonçant avoir investi 1 milliard et demi de dollars dans le bitcoin. Et va même plus loin, pour prouver sa confiance dans la devise virtuelle, il prévoit de l’accepter comme moyen de paiement de ses véhicules Même engouement du côté des banques et des grandes institutions financières comme MasterCard, BlackRock ou encore Paypal, qui annoncent  de nouveaux projets sur les crypto monnaies. Enfin, fait exceptionnel, en janvier dernier, les investisseurs ont pour la première fois acheté plus de bitcoin que de valeurs technologiques. Malgré sa folle envolée, le bitcoin et plus globalement les crypto monnaies ne font pas l’unanimité. Notamment auprès des banques centrales qui mettent en garde contre les risques que courent les investisseurs face à une crypto monnaie considéré comme un actif spéculatif et non comme une monnaie à part entière.

RA : En France, c'est un texte qui fait grand bruit : le projet de loi contre le « séparatisme » islamiste a été largement adopté aujourd'hui en première lecture à l'Assemblée nationale. Il va à présent être examiné par le Sénat. Au nom de la laïcité il touche à plusieurs libertés fondamentales comme celles qui organisent l'enseignement ou les associations. 

Et puis un peu d'espoir pour le monde de la culture qui est quasiment à l'arrêt depuis près d'un an. En France, il va y avoir dans les prochaines semaines des concerts tests. Autrement dit des concerts avec un protocole sanitaire extrêmement strict, et qui permettront de savoir si une réouverture des salles de spectacle est possible. C'est donc le dispositif annoncé par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, pour des expérimentations qui auront lieu à Paris et à Marseille, Marine de La Moissonnière.

Cela fait déjà plusieurs semaines que des responsables de festivals -inspirés par les bons résultats d'une expérience menée à Barcelone, à la mi-décembre- font pression pour que des initiatives semblables soient mises sur pied en France. Certains avaient même lancé des groupes de travail et commencé à définir les protocoles sanitaires avec l'aide de médecins et de scientifiques. Le ministère de la Culture s'est finalement laissé convaincre et a donné son feu vert. Si la situation sanitaire le permet, des concerts-tests seront organisés au Dôme de Marseille et l'Accor Arena de Paris, en mars et en avril. Des concerts debout ou assis... avec masques et gels... tests avant et après. À Marseille, c'est l'Inserm qui chapeaute l'expérience. Les 1 000 participants applaudiront les rappeurs d'IAM. Dans la capitale française, c'est l'AP-HP qui définit le protocole sanitaire et sélectionnera les 5 000 spectateurs. Contrairement à Marseille, aucun ne pourra être positif au Covid. Les résultats de ces études seront dévoilés lors d'un colloque scientifique européen qui se tiendra dans la cité phocéenne, le 8 avril. Objectif : définir un modèle qui permettra aux spectacles et festivals de reprendre avant l'été.

RA : Enfin en sport football, actuellement le début des 1//8e de finale aller de la Ligue des Champions. La principale affiche le FC Barcelone qui accueille le Paris Saint-Germain. L'autre rencontre du jour met aux prises les Anglais de Liverpool aux Allemands de Leipzig.

Et puis en tennis on connait l'affiche de la première demi-finale de l'Open d'Australie dans le tableau masculin. Elle opposera le surprenant russe Aslan Karatsev tombeur du Bulgare Grigor Dimitrov au numéro 1 mondial Novak Djokovic, le Serbe qui a battu difficilement en 4 sets l'Allemand Alexander Zverev

Article publié le 16/02/2021

RFI - Radio France Internationale