Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 15/09/2021 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI, il est 22h00 à Paris, 2 heures de moins en temps universel.

Clémentine Pawlotsky : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Dans l'actualité, la suite du procès des attentats du 13 novembre 2015 en France. Le principal accusé Salah Abdeslam revendique ces attaques terroriste. Il affirme avoir agi en représailles à l'intervention de la France contre l'État islamique.
La présidente de la commission de l'Union européenne plaide pour une Europe de la défense. Ursula von der Leyen s'est adressée aux parlementaires européens, à Strasbourg. Elle a notamment dénoncé un manque de volonté politique, ces dernières années.
Et puis, nous irons au Mexique où les autorités ont lancé une loterie peu ordinaire. Ceux qui tenteront leur chance pourront remporter des bâtiments ayant appartenu à des barons de la drogue.

-----

CP : En France, le procès des attentats du 13 novembre 2015 se poursuit. Cette 6e journée d'audience a été, une nouvelle fois, marquée par les propos de Salah Abdeslam, le principal accusé et seul survivant à l'origine des attentats s'est justifié. Il dit avoir agi en réaction à l'intervention militaire de la France, contre le groupe État islamique en Syrie. Le récit, de Pierre Olivier.

Après les brèves prises de parole des 13 accusés, Salah Abdeslam se démarque. « Bonjour à tous » lance-t-il à la salle, quand beaucoup de ses co-accusés avaient pris soin de saluer « Monsieur le président » et d'avoir une pensée pour les victimes. Le principal accusé, vêtu d'un sweat gris, déroule alors son propos calmement : « Je voudrais dire qu'il y a une incompréhension, il ne s'agit pas de terrorisme, mais d'islam authentique. Les terroristes sont des musulmans ! » Silence dans la salle. Salah Abdeslam, poursuit : « On a attaqué des civils, mais il n'y avait rien de personnel. On a visé la France et rien d'autre car les avions français qui larguent des bombes sur l'État islamique ne font pas la distinction entre les hommes, les femmes et les enfants ». Des parties civiles se prennent dans les bras, d'autres laissent échapper une larme. Imperturbable, l'accusé continue : « François Hollande savait, quand il nous a attaqué qu'il risquait que des Français connaissent la mort ». Puis il conclut en regardant les victimes : « Mes propos peuvent choquer mais je veux être sincère avec ces gens qui subissent une douleur incommensurable ». Pierre Olivier au Palais de Justice de Paris, RFI.

CP : L'actualité française, c'est aussi l'entrée en vigueur aujourd'hui de l'obligation vaccinale, c'est-à-dire l'obligation de se vacciner contre le Covid-19. Elle concerne 2,7 millions de professionnels travaillant dans le secteur de la santé ou de l'aide à la personne. Par exemple, dans les hôpitaux, dans les maisons de retraite, les pompiers, ou encore les ambulanciers. Seule une minorité de ces travailleurs n'a pas encore reçu sa 1ere dose de vaccin et s'ils refusent toujours de se faire vacciner, ils ne pourront plus exercer leur activité. Leur contrat de travail sera suspendu, leur salaire aussi. C'est ce que prévoit la loi adoptée le 5 août dernier.

CP : L'Union européenne, quant à elle, va fournir 200 millions de doses de vaccins contre le Covid 19 aux pays les plus pauvres. C'est ce qu'a annoncé, ce matin, la présidente de la commission de l'UE, Ursula von der Leyen. Autres annonces à retenir : une aide de 100 millions d'euros pour l’Afghanistan ou encore des fonds supplémentaires en faveur du climat, mais ce n'est pas tout. Ursula von der Leyen a aussi présenté aux parlementaires européens des axes de travail pour renforcer une Europe de la défense.

« L’Europe peut et devrait agir davantage par-elle-même. Ni l’OTAN ni les Nations unies ne s’engageront sur certaines missions, alors que l’Union européenne doit pouvoir répondre présent, pour garantir la stabilité dans notre voisinage et dans certaines régions. À quoi bon avoir les forces militaires les plus avancées du monde, si on n’est jamais prêt à les utiliser? Ce qui nous a manqué jusqu’à maintenant, c’est de la volonté politique. Nous échouons parce que des membres actifs dans une même région ne partagent pas leurs informations au niveau européen. Il est vital que nous améliorions notre coopération en matière de renseignements. Nous avons les informations mais elles sont fragmentées. C’est pour cela que l’Union européenne pourrait considérer de créer son propre Centre de situation (indépendant de l’OTAN) . Aussi nous ne pouvons pas parler de Défense, sans parler de cybersécurité. Pour toutes ces raisons, sous la présidence Française de l’UE, Mr Macron et moi-même organiserons un Sommet de la Défense Européenne. Honorables députés, il est temps que l’Europe passe à la vitesse supérieure. »

CP : La présidente de la commission de l'UE, Ursula von der Leyen, des propos recueillis par Carlotta Morteo.
L’ONU va retirer ses 450 casques bleus gabonais de Centrafrique après des accusations d’exploitation et d'abus sexuels. L’annonce a été faite par le ministre gabonais de la Défense. Le gouvernement de Libreville a d'ailleurs ouvert une enquête sur le sujet.

CP : En Russie, J-2 avant les élections législatives. L'opposant russe emprisonné, Alexei Navalny appelle ses sympathisants à voter « intelligent », c'est-à-dire à voter de façon stratégique. Il suggère à ses partisans de donner leur voix aux candidats les mieux placés pour faire face au pouvoir, notamment les communistes. Il faut préciser que quasiment aucun candidat de l'opposition n'a pu se présenter au scrutin. Mais les autorités russes restent déterminées à ne laisser aucun espace de contestation et cela se joue même sur les réseaux sociaux. À Moscou, Anissa el Jabri.

Des huissiers dans les bureaux de Google à Moscou, leur entreprise est mise en demeure de se conformer à une décision de justice du 3 septembre dernier : rendre impossible toute recherche sur ces deux mots clés « vote intelligent ». Le moteur de recherche russe Yandex s’est déjà exécuté. Google et Apple sont déjà depuis longtemps dans le collimateur des autorités russes : les deux entreprises refusent de supprimer l’application de Navalny justement sur ce vote intelligent. Il y a quelques jours l’ambassadeur des États-Unis en Russie avait déjà été convoqué sur ce sujet et les États-Unis accusés d’interférer par ce biais dans les élections. Google de surcroit en général ne paie pas les amendes que lui infligent les tribunaux russes sur une ardoise de 32, 5 millions de roubles, soit presque 400 000 euros, la société américaine n’en a jusqu’ici réglé que 10%. Comme un pied de nez les équipes Navalny elles viennent de rendre publiques leurs conseils : pour voter intelligent et bloquer le parti au pouvoir elles conseillent le plus souvent de voter communiste.

CP : Dans l’actualité en bref, le conseil de sécurité de l’ONU tiendra une réunion d'urgence demain, sur la péninsule coréenne. La Corée du Nord et la Corée du Sud ont toutes les deux procédés à des tirs de missiles aujourd'hui. À noter que la réunion se tiendra à huis clos.

CP : La France annonce avoir secouru 91 migrants qui tentaient de rejoindre l’Angleterre par la mer. Ils ont été ramenés sur les côtes françaises et pris en charge par la police aux frontières. Ce type de traversées se multiplient depuis 2018.

CP : La France justement, le pays s’apprête à aménager de nouvelles salles de shoot pour les consommateurs de crack. Le premier ministre Jean Castex a donné son feu vert aujourd’hui, après des mois d'impasse. Le chef du gouvernement dit vouloir « offrir aux consommateurs des lieux de repos et un parcours de sevrage de qualité ». 

CP : Le Mexique organise une loterie exceptionnelle. À la veille de sa fête nationale, le pays met en jeu une vingtaine d'immeubles confisqués par la justice. Ces bâtiments ont appartenu à des barons de la drogue ou à d’anciens fonctionnaires corrompus. Une de ces demeures évoque d’ailleurs une histoire bien connue des Mexicains : l’une des cavales rocambolesques de Joaquín Guzmán « El Chapo ». « Rocambolesque », ça veut dire « plein de péripéties », plein de rebondissements. Cette histoire remonte à 2014, à cette époque, El Chapo avait échappé de justesse aux forces de sécurité avant d’être capturé quelques jours plus tard et la maison est aujourd'hui transformée en gros lot. Emmanuelle Steels.

Une façade blanche anodine, une demeure d’un seul étage dans un quartier tranquille de Culiacán, la capitale de l’État du Sinaloa. Ce serait une maison ordinaire, s’il n’y avait ce tunnel partant de la salle de bain. Le tunnel emprunté par El Chapo pour s’enfuir, à moitié nu, alors que les forces de sécurité enfonçaient la porte d’entrée. Pour 250 pesos, 10 euros, le prix du billet de loterie, les Mexicains peuvent remporter cette maison ou l’une des 22 propriétés mises en jeu. Des narco-palaces de Mexico aux appartements d’Acapulco, des voitures de luxe aux jets privés, les biens confisqués par la justice sont habituellement mis en vente aux enchères. Mais cette fois-ci, le gouvernement déroge à la règle : la fête nationale vaut bien quelques gros lots. Pour la spécialiste du narcotrafic Guadalupe Correa-Cabrera, cette loterie pose néanmoins un problème éthique. « Ces maisons ont été acquises grâce aux profits générés par le trafic de drogues, qui a entraîné beaucoup de morts. Les offrir comme prix lors d’une loterie ne me semble pas approprié. Surtout que l’on ignore aux mains de qui elles pourraient tomber ». Certains Mexicains estiment que le fait de présenter les biens saisis aux narcos comme des gros lots ne peut que contribuer à revivifier leur légende.

Article publié le 15/09/2021

RFI - Radio France Internationale