Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 14/12/2021 20h00

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d’écouter RFI, il est 20 h en temps universel, 23 h à Minsk. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio, bonsoir.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Clémentine, bonsoir à tous.

CP : La justice biélorusse prononce de lourdes peines de prisons, contre 6 personnalités accusées d'avoir critiqué le régime d’Alexandre Loukachenko. Des peines qui vont de 14 à 18 ans de détention. 

ZK : Aux Philippines, le président Rodrigo Duterte renonce à se présenter aux sénatoriales 2022. Il avait déclaré sa candidature le mois dernier. Il souhaite se retirer de la vie politique pour passer plus de temps avec sa famille, après la fin de son mandat présidentiel. 

CP : Au Vietnam, une célèbre blogueuse écope de 9 ans de prison. La justice lui reproche d'avoir critiqué le régime. L’ONG Human Rights Watch dénonce un procès politique. 

ZK : Et enfin, ce triste record enregistré par l'organisation météorologique mondiale : une ville russe de l'arctique a enregistré une température de 38 degrés en 2020. Du jamais vu dans cette région ! 

-----

ZK : En Biélorussie, de très lourdes peines de prison ont été prononcé contre plusieurs détracteurs du régime du président Alexandre Loucachenko.

CP : Des « détracteurs », ce sont des personnes qui critiquent. Parmi les condamnés, on retrouve Sergei Tikhanovsky. Le mari de la cheffe de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa. 

CP : Il écope de 18 ans de détention. 5 autres coaccusés sont condamnés à des peines allant de 14 à 16 ans d'emprisonnement. Le procès s'est déroulé à huis-clos, autrement dit il n'a pas été rendu public.Anastasia Becchio. 

L’homme qui avait tenté de défier Alexandre Loukachenko à la présidentielle d’aout 2020, qui avait auparavant lancé une campagne contre lui intitulée : « Stop au cafard » et dont l’épouse a pris la tête de l’opposition, écope de la peine la plus lourde : 18 ans de prison pour Serguei Tikhanovsky, 43 ans, jugé pour « organisation de troubles massifs », « incitation à la haine dans la société », « troubles à l'ordre public » et « obstruction à la Commission électorale ». Des accusations qu’il avait qualifiées d’« imaginaires et motivées politiquement » dans une lettre à la Deutsche Welle. De sa cage, aux côtés des autres coaccusés, le blogueur a écouté l’énoncé du jugement, tournant le dos aux magistrats. Une autre figure majeure de l'opposition, Mikola Statkevitch, 65 ans, est condamné à 14 ans de détention. Dans la politique depuis les années 1990, candidat à la présidentielle de 2010, il a déjà passé plusieurs années en prison. Artiom Sakov et Dmitri Popov, qui travaillaient pour Serguei Tikhanovski, écopent d'une peine de 16 ans de prison. 15 ans, enfin pour Vladimir Tsyganovitch, un Youtubeur critique du pouvoir, et Igor Lossik, journaliste d'opposition de 29 ans. En déplacement à Bruxelles, Svetlana Tikhanovskaia, estime qu’avec ces sentences, Alexandre Loukachenko « se venge publiquement de ses opposants les plus forts ».

ZK : Le président russe veut des négociations « immédiates » avec l'OTAN et les États-Unis.

CP : C'est l'appel lancé aujourd’hui par Vladimir Poutine. Il s'agit selon lui de garantir la sécurité de la Russie. Le dirigeant souhaite en effet empêcher toute adhésion de l’Ukraine voisine, à l'OTAN. Il souhaite aussi empêcher le déploiement de systèmes d'armement menaçant la Russie, en Ukraine et dans d'autres pays voisins. 

ZK : Aux Philippines, le président Rodrigo Duterte a finalement retiré sa candidature aux élections sénatoriales prévues en 2022.

CP : Il avait longtemps hésité à briguer un nouveau poste public l'an prochain ou à carrément se retirer de la vie politique. Il a finalement choisi cette deuxième option. Il s'était pourtant lancé dans la course aux sénatoriales, le mois dernier. Les précisions de Cléa Broadhurst. 

Étant donné que la Constitution empêche le président sortant à briguer un second mandat à la magistrature suprême, cette candidature aux sénatoriales avait été perçue comme une manœuvre pour rester dans la vie politique. Mais selon le porte-parole du président, Karlo Nograles, « après plus de quatre décennies dans le service public, le président a décidé de se retirer de la vie politique pour passer plus de temps avec sa famille après la fin de son mandat en juin 2022 ». L'abandon de sa candidature au Sénat lui permettra également de « mieux se concentrer » sur la réponse du gouvernement à la pandémie et de garantir des élections « transparentes, impartiales, ordonnées et pacifiques ». Sa fille, Sara Duterte-Carpio, brigue la vice-présidence après avoir formé une alliance avec le fils et homonyme de l'ancien dictateur Ferdinand Marcos, favori pour les prochaines élections présidentielles de mai 2022. La guerre que l’actuel président philippin mène contre la drogue fait l'objet d'une enquête internationale, et selon les experts, Rodrigo Duterte pourrait avoir « passé un accord » pour s'assurer que le prochain président le protégerait de poursuites criminelles aux Philippines ou devant la Cour pénale internationale.

ZK : Une célèbre blogueuse a été condamnée à 9 ans de prison au Vietnam pour avoir critiqué le régime autoritaire.

CP : Son procès s'est ouvert ce lundi à Hanoï, la capitale. Pham Doan Trang est accusée de « propagande contre l'État de la République socialiste du Vietnam ». La police l'avait arrêtée le 6 octobre 2020, à Ho Chi Minh-Ville, quelques heures seulement après le dialogue annuel sur les droits humains entre les États-Unis et le Vietnam. Human Rights Watch dénonce un procès politique. Le directeur adjoint de la section Asie de l'ONG, Phil Robertson, nous explique pourquoi la jeune femme dérange les autorités. 

« Pham Doan Trang est une blogueuse très politique. Elle est parmi les militantes les plus connues du Vietnam. Elle a certainement pu rencontrer Barack Obama et d’autres dirigeants lors de leurs visites dans le pays. Avant de retourner au Vietnam, elle avait voyagé dans toute la région pour militer en faveur des droits humains. Elle a publié de nombreux ouvrages sur la corruption et sur l’expropriation des terres. Aux yeux du gouvernement, elle dérange. Ils ont peur qu’elle mobilise d’autres pour critiquer le régime. C’est pour cela qu’ils l’ont accusé de propagande contre l’État. Cela est totalement inacceptable, car elle n’a rien fait de mal. Nous demandons donc sa libération immédiate. Le Vietnam utilise les lois sur la sécurité nationale qui criminalisent toute opposition contre le parti au pouvoir pour justifier la répression. »

CP : Propos recueillis par Heike Schmidt.

ZK : L'ONG Amnesty International dénonce, quant à elle, la détention arbitraire de deux journalistes au Togo.

CP : Il s'agit de 2 journalistes critiques vis-à-vis du pouvoir : Ferdinand Ayité, directeur de publication du journal l'Alternative, et Joel Egah, directeur de publication du journal Fraternité. Ils ont été arrêtés pour leurs propos dans une émission diffusée sur YouTube. Ils critiquaient deux ministres du gouvernement actuel. Amnesty estime que ces propos « ne devraient pas fonder leur arrestation ni aucune poursuite pénale ». L'organisation exige leur libération immédiate. 

ZK : Un nouveau drame en Haïti : au moins 62 personnes sont mortes dans l'explosion d'un camion-citerne.

CP : 48 autres personnes ont été blessées, beaucoup d'entre elles sont actuellement dans un état critique. Le drame s'est produit dans la matinée, à Cap haitïen, la deuxième ville du pays. Selon les autorités locales, le chauffeur du camion-citerne aurait tenté d’éviter une collision avec un taxi moto. Il a perdu le contrôle de son véhicule qui s'est renversé. Des habitants se seraient ensuite précipité vers le camion pour récupérer le carburant.

ZK : L'organisation météorologique mondiale alerte une nouvelle fois sur le réchauffement climatique.

CP : La ville russe de Verkhoiansk, dans l'arctique, a enregistré une température de 38 degrés Celsius. C'était le 20 juin 2020, un nouveau et triste record. Anissa el Jabri. 

On était en juin 2020 à 115 kilomètres à peine au nord du cercle polaire, quand il a fait 38 degrés l’arctique est la région du monde qui se réchauffe le plus vite.  Verkhoiansk a connu depuis d’autres records qui restent encore à valider. Cet été qui vient de s’écouler a notamment été marqué par des incendies jamais vus en Russie. C’est l’équivalent de la surface totale de l’Italie qui a brûlé et sur la banquise il a des cendres. Moscou vient pourtant de mettre son veto à une résolution sur le réchauffement climatique au Conseil de sécurité des Nations unies. Il s’agissait je cite d’« intégrer les risques de sécurité liés au climat en tant qu'élément central dans les stratégies globales de prévention des conflits ». Après avoir longtemps contesté l’origine humaine du réchauffement climatique, Vladimir Poutine vient de classer le sujet au rang des priorités du pays. Nouvelle convertie en tout cas dans les mots la Russie reste soucieuse de son développement économique. Le pays est l’un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux d’hydrocarbures. Anissa El Jabri, Moscou, RFI.

Article publié le 14/12/2021

RFI - Radio France Internationale