Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 14/05/2021 20h00

Transcription

François Bernard : Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 21 heures. Bonsoir à tous. Merci de nous rejoindre pour votre Journal en français facile. C'est Zéphyrin Kouadio qui va le présenter avec moi, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir François. Bonsoir à toutes et à tous.

FB : Dans l’actualité de ce vendredi 14 mai, l'armée israélienne maintient la pression sur la bande de Gaza et renouvelle raids aériens et tirs d'artillerie sur l'enclave palestinienne.

ZK : Afghanistan : un attentat dans une mosquée de Kaboul, au deuxième jour du cessez-le feu.

FB : En Thaïlande, deux nouveaux foyers épidémiques de plusieurs milliers de personnes viennent d’être découverts dans les prisons du pays.

-----

FB : La situation reste très tendue entre Israéliens et Palestiniens. Les frappes aériennes se poursuivent sur Gaza, les villes israéliennes sont barricadées dans la crainte de nouvelles émeutes entre Juifs et Arabes et des heurts prennent de l'ampleur en Cisjordanie.

ZK : La Cisjordanie où dix Palestiniens ont été tués dans plusieurs affrontements avec l'armée israélienne, en marge d'une vaste journée de manifestations de colère. Depuis le début de cette nouvelle escalade de violence lundi, 122 Palestiniens sont morts dans les bombardements. En Israël, le bilan s'élève à huit morts.

FB : L’extrême tension provoquée par les affrontements entre Juifs et Arabes israéliens de ces derniers jours vont peut-être permettre à Benyamin Netanyahu d’assurer sa survie politique, nous dit notre correspondant sur place Christian Brunel.

Benyamin Netanyahu semblait en fin de course. Il n’a pas réussi à mobiliser une majorité après les élections du 23 mars. Son rival centriste Yaïr Lapid a été désigné par le président Reuven Rivlin pour tenter de former un gouvernement avec tous les partis anti-Bibi, le surnom du Premier ministre sortant. Il y a quelques jours, il paraissait près du but. Mais un de ses alliés, Naftali Bennett, chef d’un parti nationaliste, a lui a fait faux bond en expliquant qu’un gouvernement qui était en train de se constituer ne serait pas assez ferme pour réprimer les émeutiers arabes alors qu’il dépendrait du soutien de Mansour Abbas. Ce dernier est le dirigeant de Raam, un parti islamiste représentant une partie des arabes israéliens. Avec ses quatre députés, il est en position de faiseur de rois. Bref, la coalition contre Benyamin Netanyahu n’a plus les moyens de mettre fin à ses 12 ans pouvoir consécutif. Désormais, il va pouvoir tenter de faire voter une loi pour l’élection directe du Premier ministre et obtenir une immunité alors qu’il est en procès pour corruption ou organisé les cinquièmes législatives en moins de trois ans. Christian Brunel, Tel Aviv, RFI.

FB : En Afghanistan, le cessez-le-feu entre talibans et forces gouvernementales conclu pour l’Aïd a volé en éclat dès le deuxième jour.

ZK : Une explosion a fait au moins douze morts et une quinzaine de blessés dans une mosquée de la capitale, Kaboul. Les précisions de Christophe Paget.

Parmi les personnes tuées, l’imam qui dirigeait la prière dans cette mosquée de la banlieue de Kaboul. Le cessez-le-feu entre l’armée et les talibans n’aura même pas tenu les trois jours prévus. De fait, depuis l’annonce le mois dernier du président américain Joe Biden que le retrait de ses soldats d’Afghanistan serait terminé le 11 septembre et non le 1er mai, les attaques des talibans ont sensiblement augmenté. Avec, il y a moins d’une semaine, l’attentat le plus meurtrier depuis un an : une série d’explosion dans un quartier hazara chiite de l’ouest de la capitale, bilan cinquante morts et une centaine de blessés. Mardi, les talibans se sont aussi emparés d’un district de la périphérie de Kaboul. Et la semaine dernière, les forces afghanes ont eu une nouvelle fois besoin de l’aviation américaine, partie de la base de Kandahâr dans le sud, pour les aider à repousser une offensive talibane. Mais, on l’a appris aujourd’hui, cette base aérienne de Kandahâr, les Américains ont terminé de s’en retirer ce mercredi. Un épisode qui illustre de manière flagrante les difficultés que vont avoir le gouvernement afghan et son armée à conserver, après le départ des Américains, les 50% du pays qu’ils contrôlent encore.

FB : Des négociateurs du gouvernement afghan et des membres de la direction du mouvement taliban se sont rencontrés au Qatar pour tenter de renouer le dialogue de la paix dans le pays.

FB : Covid. En Inde, la vaccination avec le Spoutnik V russe a commencé, alors que beaucoup d'États du pays manquent de vaccins.

ZK : Le Japon a étendu l'état d'urgence sanitaire à trois départements supplémentaires face à la progression de la pandémie, à dix semaines seulement de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo. Dans la capitale, l'état d'urgence est déjà appliqué depuis le 25 avril.

FB : En Thaïlande, alors que le pays doit faire face à la phase de développement la plus rapide depuis le début de l’épidémie, deux nouveaux clusters de plusieurs milliers de personnes viennent d’être découverts dans les prisons du pays, Carol Isoux.

3 000 détenus infectés dans deux prisons du royaume, du jamais vu dans un pays qui s’enorgueillissait jusqu’ici de la façon dont le gouvernement avait géré l’épidémie, en fermant très tôt les magasins et les frontières du pays, en imposant le port du masque partout dès février 2020. Parmi les prisonniers infectés, quatre jeunes du mouvement pro-démocratie thaïlandais, incarcérés pour lèse-majesté et sédition, des prisonniers politiques pour l’opposition. Ce nouveau cluster porte à près de 5 000 le nombre de nouvelles contamination pour la seule journée d’hier, un chiffre inédit qui inquiète les Thaïlandais. Le nombre de morts, 550, reste limité par rapport à d’autres pays, mais la Thaïlande a pris un retard considérable dans le déroulement de la campagne de vaccination. Les hôpitaux, surtout en province, manquent cruellement de matériel de réanimation et de respirateurs en cas d’accélération de l’épidémie.

FB : En France, le nombre de patients hospitalisés dans des services de soins de réanimation, en baisse de 90 personnes, à 4 352. Sur le front des contaminations, 7 025 nouveaux cas ont été dénombrés par les autorités sanitaires. Les hôpitaux ont enregistré 173 nouveaux décès en 24 heures.

ZK : Le Premier ministre britannique Boris Johnson a prévenu que le variant indien risquait de perturber la poursuite du déconfinement en Angleterre. En effet, ce variant indien continue à se propager en Grande-Bretagne.

FB : La Grèce a rouvert sa saison touristique, sous un soleil radieux. Le pays lève un confinement qui a duré sept mois.

FB : Aux États-Unis, le Congrès du Texas vient de voter l'une des lois les plus strictes pour limiter le droit à l'avortement. Même si le droit à l'avortement est garanti par un arrêt de la Cour suprême, les États ont le droit d'encadrer l'interruption volontaire de grossesse sur leur territoire.

ZK : Le Texas l'interdit désormais à partir du premier battement de cœur du fœtus, c'est-à-dire à six semaines de grossesse. La loi autorise même à attaquer en justice ceux - médecins, amis, associations - qui auraient pu aider une femme à avorter après cette date.

FB : Elizabeth Nash, une des spécialistes américains en politiques publiques, explique qu'un nombre record de projets de lois limitant le droit à l'avortement ont été déposés dans les Congrès locaux depuis le début de l'année.

« Ce que nous voyons au Texas, c'est ce que l'on observe dans tout le pays. Aux États-Unis, l’accès à l'avortement est déjà assez difficile à la base. Il faut se rendre dans un établissement spécial. Donc tout type de restriction rend les choses plus compliquées. Six semaines de grossesse, c’est souvent trop tôt pour que les femmes sachent qu'elles sont enceintes. Une dizaine d'États ont voté ce type de lois qui interdisent l'avortement après six semaines, mais jusqu'ici aucune n'est entrée en vigueur. L'application des lois est bloquée, car des tribunaux les ont suspendues après des recours en justice. Mais l'objectif de ces lois, c'est justement de provoquer ces recours en justice, pour que ces affaires remontent jusqu'à la Cour suprême et l'amène à revisiter et potentiellement affaiblir le droit à l'avortement. »

FB : Elizabeth Nash de l’Institut Guttmacher, un institut de recherche qui fait référence en matière d'avortement aux États-Unis, au micro de Marie Normand.

On finit avec cette déclaration de Roger Federer : « les athlètes ont besoin d'une décision », ferme sur le maintien des Jeux olympiques de Tokyo. La star du tennis ajoute qu'il comprendrait tout à fait si l'évènement, déjà reporté d'un an, était finalement annulé.

C’est la fin de ce journal. Merci Zéphyrin, merci à vous qui nous écoutez, et à demain.

Article publié le 14/05/2021

RFI - Radio France Internationale