Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 13/12/2021 20h00

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d’écouter RFI, il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris et Budapest. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Clémentine, bonsoir à tous.

CP : Dans l’actualité, la visite du président français en Hongrie. Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre conservateur Victor Orban, à quinze jours de la présidence française du Conseil de l'Union européenne. 

ZP : Ce journal nous emmènera aussi à Hong-Kong, où 8 militants pro-démocraties ont été condamnés à de la prison ferme. 

CP : 17 blessés dont 13 policiers, au Mexique. Des violences ont opposé les forces de l’ordre à des migrants. Ces derniers voulaient se rendre au pèlerinage de la vierge de Guadeloupe. 

ZK : Enfin, en Suisse, une petite révolution technologique. Deux camions 100% électriques circulent actuellement sur les routes du pays. 

------

ZK : Le président français s'est rendu en Hongrie, ce lundi. 

CP : Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Victor Orban. Cette visite intervient 2 semaines, avant le début de la présidence française du Conseil de l'Union européenne. Emmanuel Macron et Victor Orban sont traditionnellement des adversaires politiques, sur la scène européenne. Mais aujourd’hui les deux dirigeants ont plutôt affiché leurs points communs plutôt que leurs différences. À Budapest, Antony Lattier. 

Les deux hommes ont beau s’affronter publiquement depuis 5 ans, quand ils se rencontrent, la poignée de main est chaleureuse. « Il était temps qu’un Président revienne à Budapest se réjouit Victor Orban. La dernière fois, c'était Nicolas Sarkozy il y a 14 ans. » Et le Premier ministre hongrois reprend la définition que fait la France de leur relation : « adversaires politiques et en même temps partenaires européens ». Emmanuel Macron acquiesce. Il expédie les sujets qui fâchent. […] Pour mettre l’accent sur les possibles points de convergence : l’Europe de la défense, le nucléaire ou encore la politique migratoire. Et pour insister sur l’importance de la discussion pour faire plier Victor Orban sur l’État de droit. […] Le respect plutôt que l’affrontement. On est loin de la campagne des européennes où le chef de l’État français accusait Orban de « prôner un discours de haine ». Anthony Lattier, Budapest, RFI.

ZK : En Tunisie, le président Kais Saied s'est adressé à la nation, ce soir. Plusieurs annonces sont à retenir.

CP : Des législatives seront organisée le 17 décembre 2022. D'ici là, le parlement reste suspendu. Le chef de l'État a également annoncé le lancement d'une série de « consultations populaires », à partir de janvier. L'objectif, dit-il, est de recueillir la volonté du peuple, concernant des amendements constitutionnels et électoraux. Un référendum sera ensuite organisé le 25 juillet. On y reviendra en détails dans nos prochains journaux. 

ZK : À Hong Kong, de nouvelles peines de prison sont tombées pour 8 militants.

CP : Ces militants ont organisé, participé ou incité à participer à la veillée du souvenir de Tian an men. Les faits remontent à l'an dernier. Pour la première fois depuis 30 ans, cette veillée de commémoration du massacre du 4 juin 1989 avait été interdite par les autorités pour des raisons sanitaires. La correspondance de Florence de Changy. 

Les 8 accusés, parmi lesquels 4 piliers de l’opposition pro démocratie d'Hong Kong ont écopé de peines allant de 4 mois et demi à 14 mois de prison ferme. Aucun n’a eu de sursis. Et ce pour la veillée annuelle du 4 juin qui n’a pas existé techniquement, puisque les organisateurs avaient bien noté l’interdiction et avaient simplement indiqué leur intention de se rendre au lieu habituel à titre individuel. Mais quelques dizaines de milliers de personnes ont fait comme eux. Le plus lourdement condamné est Lee Cheuk-yan, un vétéran de l’Alliance d'Hong Kong, l’Alliance en soutien aux mouvements patriotiques et démocratiques de Chine, le mouvement qui depuis 1989, a systématiquement organisé une veillée le 4 juin à Hong Kong en souvenir du massacre des étudiants chinois à Pékin aux abords de la place Tiananmen. Jimmy Lai, le fondateur du Apple Daily, le journal pro-démocratie le plus populaire d'Hong Kong acculé à la fermeture par la police en juin dernier, a quant à lui écopé de 13 mois de prison. Il ne s’est pas rendu dans le parc Victoria, mais la cour a estimé que le fait qu’il ait allumé une bougie devant la presse ce soir-là, était, de par son statut, une incitation. Florence de Changy Hong Kong RFI.

ZK : Des affrontements entre policiers et migrants font 17 blessés au Mexique.

CP : Parmi eux, 13 policiers. Les violences ont éclaté à l'entrée sud de Mexico, la capitale. Les migrants voulaient se rendre au pèlerinage de la vierge de Guadeloupe. Le récit de Christophe Paget. 

Ces migrants, de nationalité salvadorienne, hondurienne et haïtienne étaient partis dimanche matin du village de Rio Frio, au sud de Mexico. Ils voulaient se rendre à la basilique de Guadalupe, dans le nord de la capitale, pour participer au pèlerinage qui a réuni ces derniers jours des millions de personnes. Ils ont refusé la proposition du gouvernement de Mexico d'aller dans un foyer, et au niveau du pont de la Concorde, ils sont tombés sur plusieurs centaines de policiers qui leur barraient la route. Les affrontements ont commencé, gaz lacrymogènes contre pierres. « Ils nous ont traité comme des chiens », affirmera ensuite un défenseur des droits des migrants qui les accompagnait. Le gouvernement de la ville de Mexico affirme de son côté que les policiers n’ont fait que repousser les migrants avec leurs équipements de protection. En fin de journée, six autobus ont finalement été affrétés pour emmener les migrants à la basilique. Ces affrontements adviennent trois jours après l’accident de la route qui tué 55 migrants jeudi dernier. Depuis la relance du programme « Reste au Mexique » par la Cour suprême américaine, les migrants doivent attendre au Mexique le résultat de leur demande d’asile aux États-Unis. Mais d’autres affrontements entre les migrants et les forces de sécurité avaient déjà eu lieu ces derniers mois dans le sud de la capitale.

ZK : Le Royaume-Uni lance une campagne de vaccination massive contre le Covid-19.

CP : Objectif des autorités britanniques : permettre à tous les adultes de recevoir une 3e dose du vaccin d’ici à la fin du mois. Le pays est durement touché par la pandémie avec plus de 146 000 morts et près de 50 000 nouvelles contaminations chaque jour. 

ZK : Le Maroc autorise exceptionnellement ses ressortissants bloqués à l'étranger à rentrer dans leur pays.

CP : L’opération débutera mercredi, elle concerne les citoyens marocains résidant au Maroc et qui ont récemment quitté le territoire national. Ils sont plusieurs à être bloqués à l’étranger, en raison de la fermeture des frontières liées au variant Omicron du Covid-19. Chaque passager devra toutefois présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures, avant d'embarquer. 

ZK : Dans l'actualité en bref également, un ancien ministre français a été incarcéré.

CP : Il s’agit de Claude Guéant, 76 ans, ministre de l'Intérieur sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Il a été incarcéré ce matin à Paris, en application d'une condamnation prononcée en 2017, dans l’affaire dite des primes en liquide. 

ZK : Direction la Suisse où des entreprises ont réussi à créer un camion 100% électrique.

CP : Un poids-lourd capable de transporter 21 tonnes sur 500 kilomètres, sans essence. Il fonctionne uniquement grâce à un moteur électrique. Deux camions de ce type circulent depuis quelques semaines sur les routes du pays. Une prouesse, un exploit, technique et écologique. Jérémy Lanche. 

Nicolas Lang aime son métier de chauffeur poids lourd. Mais il l'aime encore plus depuis qu'il conduit le 40 tonnes électrique de Friderici Special. L'une des deux entreprises à avoir acheté ce camion nouvelle génération. Clément Friderici est le patron de l'entreprise. Plus silencieux, plus propre, plus cher également. Le véhicule coûte 6 à 7 fois le prix d'un camion diesel. Mais Clément Friderici ne regrette en rien son achat : « Trop cher pour être un simple argument marketing, le camion va permettre d'économiser 141 tonnes de CO2 chaque année pendant dix ans. Soit 141 allers/retours Paris New-York en avion. »

Article publié le 13/12/2021

RFI - Radio France Internationale