Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 12/12/2021 20h00

Transcription

Raphaël Reynes : Merci d’écouter RFI, il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie ! 

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous.

RR : Les pays du G7 mettent la Russie en garde. Si Moscou envoie ses soldats en Ukraine, les conséquences seront « massives » affirment les ministres des Affaires étrangères des 7 pays les plus développés dans le monde.

SB : Une première « historique », dans le Golfe persique. La visite d'un Premier ministre israélien à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. Naftali Bennet doit y rencontrer le prince héritier, Mohammed ben Zayed al-Nahyane.
 
RR : Et puis, il n'y a pas d'âge pour apprendre. En Inde, une femme l'a prouvé. Elle vient de passer son test d'alphabétisation. À 104 ans, elle a appris à lire et à écrire.

-----

SB : Il y aura « des conséquences massives » si la Russie tente de faire entrer ses soldats en Ukraine.

RR : C'est ce que déclare la ministre britannique des Affaires étrangères, ce dimanche, après une réunion du G7, à Liverpool en Angleterre. Pour Liz Truss, dont le pays préside actuellement le groupe des 7 pays les plus développés du monde, toute incursion militaire russe en Ukraine entrainera notamment des sanctions économiques contre Moscou.

« Ce que nous avons vu ce week-end, c'est une voix unie des nations du G7, qui représentent 50 % du PIB mondial, affirmant très clairement qu'en cas d'incursion en Ukraine, les conséquences pour la Russie seraient très lourdes. Nous avons envoyé un message uni très clair à Vladimir Poutine depuis cette réunion du G7. Nous voulons que la Russie mette fin à son agression contre l'Ukraine et nous sommes très clairs sur le fait qu'il y aurait de graves conséquences si cette incursion avait lieu. Il s'agit de dissuader la Russie d'entreprendre cette action. »

RR : Des propos recueillis par Jelena Tomic.

SB : Et le G7 met également l'Iran en garde, Raphaël.

RR : Téhéran a « une dernière chance » de négocier sérieusement pour sauver l'accord sur le nucléaire, déclare Liz Truss. Et elle ajoute qu'il est « vital » que la délégation iranienne arrive aux discussions « avec un solution sérieuse ». Les négociations autour du programme nucléaire de l'Iran ont repris, fin novembre à Vienne, en Autriche, entre les États-Unis et la république islamique d'Iran, mais de manière indirecte, sous l'égide des Européens.

SB : Une visite inédite. Celle du Premier ministre israélien aux Émirats arabes unis.

RR : Naftali Bennett est arrivé dans le pays du Golfe persique pour s'entretenir avec le prince héritier, le cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane. C'est la première fois qu'un chef de gouvernement israélien fait le déplacement à Abu Dhabi. Une étape majeure, donc, dans les relations autrefois tendues entre les deux pays. Michel Paul.

Une visite qui n’avait pas été annoncée. Pas de journalistes dans l’avion officiel qui mène Naftali Bennett aux Émirats arabes unis. Il est le premier chef de gouvernement israélien à se rendre dans ce pays depuis la signature des accords d’Abraham du moins de manière ouverte. Au centre de ce voyage éclair la rencontre avec le prince héritier d’Abou Dhabi, le sheikh Mohammed ben Zayed. Très vaguement un communiqué du bureau du Premier ministre israélien indique qu’il sera question du renforcement des liens entre les deux pays qui ont normalisé leur relation en septembre 2020. Selon les médias en Israël le dossier nucléaire iranien, le sujet qui préoccupe le plus en ce moment les responsables israéliens sera également à l’ordre du jour. En juin dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid s'était rendu aux Émirats, pour inaugurer l'ambassade d'Israël à Abou Dhabi et le consulat de Dubaï. Une visite qui avait donné lieu à la signature de plusieurs accords de partenariat entre Israël et les Émirats.

SB : Au moins 80 personnes sont mortes dans l'État du Kentucky, aux États-Unis.

RR : Tuées par le passage d'une tornade. L'une des plus longues jamais enregistrées dans le pays. Elle a parcouru plus de 300 kilomètres, détruisant tout sur son passage. Le Kentucky n'est pas un État habituellement touché par ce phénomène climatique. Il n'est pas le seul à avoir été touché, hier. Le Tennessee a également été traversé par des tornades. Au total, il y a au moins 93 morts, selon un bilan encore provisoire.

SB : Un accrochage armé a fait trois morts, dans un camp palestinien du sud du Liban.

RR : Les victimes sont toutes membres du Hamas. Le mouvement chiite accuse son rival palestinien, le Fatah, d'être à l'origine des faits. Des coups de feu tirés en direction d'un convoi funéraire durant les obsèques d'un autre membre du Hamas, mort hier dans une explosion accidentelle.

SB : Pas de cri de joie ni de célébration après la victoire du « non » au référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie. 

RR : Il faut dire que le camp des indépendantistes avait appelé à la « non-participation » au scrutin. L'abstention a donc été massive pour ce troisième référendum en 3 ans : à peine 43,9% de participation. Le « non » à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie l'emporte avec plus de 96% des voix et l'archipel du Pacifique entre désormais dans une phase qui va durer 18 mois destinée à définir son nouveau statut vis-à-vis de la France. Emmanuel Macron a dit accueillir les résultats avec « respect et humilité » et appelle les autorités locales à travailler toutes ensemble sur les dossiers les plus importants.

[Transcription manquante]

RR : Emmanuel Macron. Propos recueillis par Marie Casadebaig.

SB : Plus de 2 500 malades se trouvent actuellement dans les services de soins critiques en France.

RR : La pression liée au Covid-19 ne faiblit pas sur les hôpitaux français. Depuis fin octobre, le nombre d'admissions grimpe tous les jours. Mais si la vague épidémique est violente, elle marque toutefois un ralentissement. Dans un entretien au journal Le Parisien, le ministre de la Santé, OIivier Véran, affirme que le nombre de contaminations est en train d’atteindre un pic et évoque « un bon signe », même s’il est « encore trop tôt pour dire si le nombre de contaminations va diminuer rapidement ou rester sur un plateau haut ».

SB : Et, toujours en France, il y aurait de très nombreuses fraudes au pass sanitaire.

RR : C'est ce qu'affirme le ministre de l'Intérieur, au lendemain de la mort d'une patiente, dans un hôpital. Une femme qui possédait un certificat de vaccination alors qu'elle n'avait pas reçu de vaccin. Selon Gérald Darmanin, 400 enquêtes sont en cours pour démanteler des réseaux de faux pass sanitaires.

SB : Le Royaume-Uni, de son côté, renforce son niveau d'alerte face au Covid.

RR : Devant la brusque augmentation du nombre de cas du nouveau variant (appelé Omicron), Londres annonce de nouvelles mesures, plus strictes. À partir de mardi, les cas contacts totalement vaccinés de personnes testées positives au Covid-19 seront priés d'effectuer quotidiennement des tests antigéniques pendant sept jours. Ceux qui ne sont pas vaccinés devront s'isoler pendant dix jours.

SB : Il n’y a pas d’âge pour commencer à apprendre.

RR : C’est ce qu’a démontré une femme indienne de 104 ans qui vient d’apprendre à lire et à écrire. Cette femme vient de passer son test d’alphabétisme, un rêve qu’elle avait depuis sa plus jeune enfance. Écoutez le récit de notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis.

Kuttiyamma a de longs cheveux blancs et le dos courbé quand elle marche, mais elle déchiffre ses cahiers avec une avidité d’enfant. Il y a quelques semaines, cette femme de basse caste de 104 ans de l’État du Kérala, au sud de l'inde, a obtenu son diplôme gouvernemental d’alphabétisation, après plus d’un an à apprendre, comme elle le raconte à la BBC. « J’ai toujours voulu apprendre, mais j’ai été marié à 16 ans par mes parents et après j’ai été pris par les tâches ménagères ; dernièrement, quand mes petits-enfants étudiaient, je m’asseyais avec eux et les observais. Une professeure a vu mon intérêt et m’a donc proposé d’étudier également. » Aujourd’hui, sa routine a changé : tous les matins, Kuttiyamma dévore pendant deux heures le journal local, écrit dans la langue Malayalam qu’elle sait maintenant lire. C’est donc un rêve qui se réalise pour cette femme qui a toujours voulu découvrir le monde. Kuttiyamma a maintenant comme objectif de passer l’examen de 4e année de primaire, et devra pour cela étudier les mathématiques et l’anglais. Cela ne lui fait pas peur, car plus rien n’est impossible, affirme-t-elle dans un large sourire édenté.

RR : C'est la fin de ce Journal en français facile. Merci, Sylvie Berruet. Vous pouvez retrouver cette édition sur notre application Pure Radio ainsi que sur le site www.savoirs.rfi.fr

Article publié le 12/12/2021

RFI - Radio France Internationale