Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 12/02/2021 20h00

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 21h à Paris, 15h à Washington, bienvenue dans votre Journal en français facile. Et pour m'accompagner durant ce journal, Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.
 
Sylvie Berruet : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous.
 
AD :
 C'était l'une des promesses de campagne de Joe Biden : l'intensification de la lutte contre le Covid aux États-Unis. Et l'une des armes prioritaires est la vaccination, désormais possible dans les pharmacies, y compris celles installées dans les grands magasins, comme la chaîne Walmart. Reportage dans ce journal.
 
SB : La lutte contre la pandémie qui a conduit les autorités australiennes à reconfiner la ville de Melbourne : résultat le tournoi du grand chelem de tennis qui s'y déroule se poursuit désormais sans spectateurs.
 
AD : Les Nations Unies appellent la junte birmane, les dirigeants militaires du pays, à libérer les personnes arrêtées lors du coup d'État la semaine passée. Mais aussi à rétablir le gouvernement civil. Vous entendrez le rapporteur spécial de l'Onu sur les droits de l'homme en Birmanie
 
SB : Et puis c'est une crise économique au long cours, sur une longue durée, que la pandémie de Covid-19 n'a pas améliorée : le Venezuela se bat toujours contre une très forte inflation, +3000% en 2020.
 
------
 
SB : C'est l'une des premières satisfactions du début de mandat de Joe Biden : le nombre de nouveaux cas de Covid aux États-Unis a été divisé par deux depuis son entrée en fonction.
 
AD : La courbe s'était déjà infléchie depuis le début du mois de janvier, mais la situation reste fragile, le nombre de morts au quotidien restant toujours très élevé. Le président américain pousse donc pour accélérer la campagne de vaccination et depuis hier, il est possible de recevoir sa dose dans les pharmacies mais aussi dans les grands magasins disposant d'un espace pharmaceutique. Près d'un millier d'établissements de la chaîne Walmart se préparent ainsi à se transformer en centre de vaccination. Le reportage de Thomas Harms.
 
Dans ce Walmart de Spring au Texas, les clients font leurs courses, les employés rangent les rayons et il n’y a pas encore de queue à la pharmacie : les doses sont arrivées, mais les vaccinations ne commencent que ce vendredi. Tina est préparatrice en pharmacie. « Actuellement avec notre équipes et les quelques doses que nous avons, nous planifions 20 vaccination par jours et 80 certains jours. Le vaccin est accessibles aux catégories prioritaires et aux séniors, (les 1 a et 1b). Si nous avons des doses supplémentaires ou si nous n’avons pas suffisamment de gens prioritaires inscrits, alors ce sera ouvert à n’importe qui. Même les employés de Walmart doivent être prioritaires pour en profiter ». Dans 8 États, les supermarchés Walmart seront les seules pharmacies qui pourront vacciner la population. À 1 heure de route, à Arvin, Savanah Gonzales est assistante médicale elle passe de voiture en voiture pour vacciner les gens qui ont réussi à s’inscrire sur le site de la clinique communautaire où elle travaille. « Hier on a vacciné 196 personnes, mais aujourd’hui on a eu plus de personnes inscrites ou qui sont venues spontanément donc on atteint 5 ou 600 vaccinations. On fait des heures supplémentaires donc ça va beaucoup nous aider que les patients puissent aller se faire vacciner en pharmacie ». 1 million de doses de vaccin  doivent être envoyées chaque semaine aux pharmacies participantes. Dans chaque État américain au moins une enseigne de pharmacie en recevra. Thomas Harms, Houston, RFI.
 
AD : La vaccination qui bat son plein également au Royaume-Uni où le cap des 15 millions de personnes vaccinées devrait être atteint d'ici le début de semaine prochaine, ouvrant la voie à un allègement des restrictions. Un allègement encore loin en France où environ 3,5 millions de personnes devraient avoir été vaccinées d'ici la fin du mois.
Quant au Brésil, la campagne a du mal à démarrer faute de doses suffisantes. Les vaccinations pourraient notamment s'interrompre à Rio de Janeiro où la pénurie, le manque de doses, guette.
 
SB : Et si la pandémie recule dans de nombreuses régions, elle continue de progresser dans certains pays, comme le Gabon.
 
AD : Face à une hausse inquiétante du nombre de cas, les autorités gabonaises ont décidé de durcir le couvre-feu en vigueur dans le pays. Il sera désormais interdit de circuler dès 18h et jusqu'à 5h du matin.
 
SB : Autre pays qui a décidé de durcir ses mesures, l'Australie, pourtant largement épargnée depuis des mois.
 
AD : Mais la détection de 13 nouveaux cas, dont certains liés au variant britannique, plus contagieux, a poussé les autorités à confiner de nouveau la ville de Melbourne. Et l'une des conséquences de ce confinement, c'est que le public n'est plus autorisé à assister aux matchs de l'Open d'Australie de tennis qui a débuté lundi. À Sydney, les explications de Grégory Plesse.
 
À en croire les dernières directives annoncées par l’État du Victoria, les joueurs de tennis professionnel sont des travailleurs essentiels. Le tournoi n’est donc pas interrompu. En revanche, les matches se dérouleront désormais à huis clos, alors que jusqu’à présent, 30 000 personnes par jour étaient autorisées à venir assister aux matches. « Les prochains jours vont être difficiles », a commenté l’américaine Serena Williams sur Twitter, « mais il faut s’accrocher, on va y arriver. » Des matchs sans public, c’est surtout un coup dur pour les joueurs australiens, qui pouvaient compter sur le soutien du public. Mais pour les autres, ça ne change pas grand-chose. Depuis leur arrivée, ils mènent une vie quasiment monacale. En dehors des matches ou des séances d’entraînement, ils n’ont pas le droit de quitter leur chambre d’hôtel. Et pour s’assurer qu’aucun d’entre eux ne transgresse les règles, tous leurs déplacements sont assurés par des navettes affrétées par les organisateurs du tournoi. On est donc loin, très loin, du tennis champagne.
 
SB : Quant à l'origine du coronavirus qui affecte la planète depuis maintenant plus d'un an, elle reste mystérieuse, reconnaît l'Organisation Mondiale de la Santé.
 
AD : Après des déclarations écartant la piste d'une fuite de la maladie d'un laboratoire chinois, l'OMS a atténué ses propos. Son directeur Tedros Ghebreyesus a indiqué aujourd'hui que toutes les pistes continuent d'être étudiées.
 
SB : Les Nations Unies qui donnent par ailleurs de la voix, qui se font entendre à propos de la situation en Birmanie.
 
AD : Une session spéciale du conseil des droits de l'homme de l'ONU s'est tenue à Genève et ses membres ont appelé les militaires birmans qui ont pris le pouvoir la semaine dernière à rétablir le gouvernement civil. Autre urgence selon les Nations Unies, libérer les personnes arrêtées et notamment celle qui dirigeait de fait le pays jusqu'au coup d'État, Aung San Suu Kyi. Écoutez le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Birmanie. Tom Andrews
 
« Ce n'est pas la première fois que la junte birmane, la Tatmadaw, montre de manière cynique qu'elle se croit au-dessus des lois. Il est impératif qu'elle comprenne que  le peuple birman et le monde ne la laissera pas voler la démocratie naissante de Birmanie. Nous sommes ici à la suite d'un coup d'état militaire que la junte estime nécessaire pour la sauvegarde du pays après des soupçons de fraude électorale lors des dernières élections. Même en supposant qu'il y ait eu des irrégularités, cela ne justifie absolument pas l'état d'urgence, l'arrestation des autorités civiles et la destruction de la démocratie en Birmanie. C'est un coup d'État illégal dans tous les sens du terme. La communauté internationale ne doit pas reconnaître ce régime illégitime »
 
SB : Tom Andrews, le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Birmanie. 
Il est le nouvel homme fort de l'Italie. Mario Draghi a formellement accepté ce soir de diriger le gouvernement du pays.
 
AD : L'ancien patron de la Banque Centrale Européenne a réussi à réunir autour de lui un large échantillon des partis politiques du pays, du centre gauche à l'extrême droite, en ajoutant quelques profils techniques, notamment à l'Intérieur et à l'économie. L'économie l'une des priorités du gouvernement Draghi alors que la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 pèse lourdement sur les finances italiennes.
 
SB : Le Venezuela fait lui face à une crise économique profonde depuis déjà plusieurs années. Mais le Covid n'a évidemment pas arrangé les choses.
 
AD : Le pays s'est enfoncé dans l'hyperinflation en 2020, c'est à dire la perte de valeur de sa monnaie, entraînant une chute du pouvoir d'achat des citoyens. L'inflation, Altin Lazaj, a même atteint 3000% l'an passé. Elément de comparaison, elle a été de 0.5% en France en 2020.
 
Crise politique, crise sociale et grave crise économique, le Venezuela subit ce cocktail explosif depuis plusieurs années. Les difficultés économiques ont d’ailleurs contraint plus de 5 millions de Vénézuéliens à quitter le pays depuis 2015. Les raisons de cette situation sont multiples : le Venezuela, très riche en hydrocarbures, est trop dépendant de la rente pétrolière. Les exportations de l’or noir représentent plus de 95% de ses ressources en devises. Mais depuis 2013 les cours ont baissé et la production nationale du brut a fortement chuté. Ce qui a énormément pénalisé le modèle économique vénézuélien, basé sur une redistribution de la rente pétrolière. À cela s’ajoutent les tensions politiques qui secouent le pays et qui se jouent entre le président socialiste Nicola Maduro et l’opposition à droite, soutenue par les pays occidentaux. Autre facteur qui aggrave la crise; les sanctions économiques imposées depuis 2017 par les états unis pour obliger Maduro à quitter le pouvoir.  Résultat; une grave pénurie touche le pays et la majorité de la population vit sous le seuil de la pauvreté.
 
AD : Altin Lazaj du service Économie de RFI. Il est bientôt 21h10 à Paris, merci d'avoir été de nouveau fidèles à ce Journal en français facile et merci à vous Sylvie Berruet de m'avoir accompagné. Excellente soirée à l'écoute de RFI.

Article publié le 12/02/2021

RFI - Radio France Internationale