Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 12/01/2021 20h00

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 21h à Paris, bienvenue dans votre Journal en français facile. À mes côtés pour cette édition, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.
 
Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous. 
 
AD : Il juge que son discours prononcé avant l'attaque du Capitole était « approprié » et qu'une nouvelle tentative de le destituer allait provoquer la colère. Mais Donald Trump ne devrait pas échapper à la procédure visant à écourter, réduire son mandat. Un premier vote est prévu ce mardi au Congrès américain.
 
ZK : Les partisans les plus radicaux du président américain sont quant à eux dans le collimateur, ils sont visés, par les géants du numérique, Amazon a ainsi décidé de bannir de ses serveurs informatiques le réseau social Parler, très populaire chez les Trumpistes.
 
AD : Des rayons fruits et légumes vides dans les supermarchés et des poissons qui ne peuvent être exportés vers l'Europe, les premières conséquences du Brexit se font sentir au Royaume-Uni. Précisions dans ce journal.
 
ZK : Enfin Sébastien Jédor nous dévoilera quelles ont été les chansons les plus écoutées en France en 2020. Beaucoup de rap, mais pas seulement.
 
-----
 
ZK : « Si vous lisez mon discours du 6 janvier, vous verrez que ce que j'ai dit était tout à fait approprié ». Accusé d'incitation à l'insurrection, Donald Trump, nie donc toute responsabilité.
 
AD : Le président américain, attendu au Texas pour l'un de ses derniers déplacements présidentiels, a par ailleurs dénoncé la suspension de ses comptes sur les réseaux sociaux, « une erreur catastrophique » selon lui et a jugé que vouloir le faire quitter ses fonctions avant la fin de son mandat la semaine prochaine allait provoquer la colère. Mais du côté des Démocrates, le parti du futur président Joe Biden, pas question de laisser les actes de Donald Trump sans conséquences. S'ils devraient échouer à obliger ce mardi le vice-président Mike Pence à priver Donald Trump de ses pouvoirs, une procédure de destitution va probablement être enclenchée. L'acte d'accusation est d'ailleurs déjà écrit. Écoutez l'un des rédacteurs du texte, l'élu démocrate David Cicilliné.

Nous allons démontrer sans équivoque que le langage du président, les déclarations qu’il a faites, la promotion de gros mensonges ont rendu les violences au capitole inévitables. Il en est responsable, il doit immédiatement être démis de ses fonctions, il représente un danger clair et actuel pour les États-Unis. Il n’y a pas besoin de mener l’enquête, nous avons tous été témoins ou victimes des événements, nous avons entendu les déclarations publiques de ce président et ses tweets et tout cela est amplement suffisant pour prouver les faits. Notre démocratie a été attaquée. Nous avons la responsabilité d’honorer notre serment et de rendre responsables le président et tous ceux qui ont été impliqués dans cette attaque, cette insurrection. Le seul outil dont nous disposons est la destitution. Nous l’avons appelé à démissionner, nous avons demandé au vice-président Pence d’invoquer le 25e amendement et si cela ne se produit pas, le congrès ne dispose que d’un moyen, légué par nos pères fondateurs, c’est de destituer le président. Donald Trump ne changera pas. Il demeure un danger pour le bien être des États-Unis, un danger pour le pays. Nous invitons nos collègues républicains à se joindre à nous, c’est un moment important. Le pays et le monde observent la manière dont nous répondons à cette attaque contre le capitole.

ZK : Propos recueillis par notre correspondante à Washington Anne Corpet.
Les supporters de Donald Trump sont quant à eux visés par les géants américains du numérique.
 
AD : Après avoir banni Donald Trump, Twitter a supprimé 70 000 comptes conspirationnistes liées à la mouvance QAnon, dont des partisans étaient présents en masse lors de l'attaque du Capitole. Et d'autres membres des GAFAM, Google, Apple et autres Facebook ont également pris des décisions drastiques, radicales, Myriam Berber.

Le géant Amazon n’héberge plus Parler, le réseau sans règles et sans limites très apprécié des partisans de Trump. Parler était, à ses débuts, très prisé par l’extrême droite. Mais il attire désormais des conservateurs, y compris des parlementaires républicains. Pour justifier cette mesure, Amazon dit avoir observé sur ce réseau social de nombreux contenus violents. Même constat du coté de Google et Apple qui ont suspendu de leurs plateformes de téléchargement, Parler. Le week-end dernier, l’application était la plus téléchargée sur l’App Store. D’autres réseaux grand public comme Facebook, Instagram ou encore Snapchat ont aussi banni Donald Trump et ses partisans. Cette censure des géants du Web soulève des questions, et suscite de nombreuses réactions en Europe, la France et l’Allemagne en tête. La chancelière allemande Angela Merkel juge problématique, la fermeture des comptes, de Donald Trump. En France, des politiques de tous bords, dénoncent le rôle de censeurs pris par les GAFAM, dans l’espace numérique.

AD : Myriam Berber, à noter que le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annulé sa visite en Belgique cette semaine. Son absence aurait coïncidé avec le vote sur la destitution de Donald Trump au Congrès. 
Les États-Unis qui vont finalement vacciner plusieurs millions de personnes supplémentaires dans les prochains jours. Les doses avaient été mises de côté pour la deuxième injection que doivent recevoir les personnes traitées. Washington préfère protéger partiellement davantage d'Américains en attendant l'arrivée des autres doses commandées. De leur côté les Pays Bas ont annoncé ce soir prolonger les restrictions en place dans le pays jusqu'au 9 février.
 
ZK : Les pays européens toujours inquiets de la recrudescence de cas du variant britannique du Covid-19.
 
AD : Il représenterait déjà 1% des cas positifs en France selon le ministre de la Santé Olivier Véran. De l'autre côté de la Manche, outre la situation sanitaire, ce sont les premières conséquences du Brexit qui alarment, quinze jours après la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, Béatrice Leveillé.

L’accord commercial négocié à la dernière minute créé évidement des tensions liées à sa mise en œuvre. Les nouvelles contraintes administratives pèsent déjà sur les échanges. Les entreprises de transport qui craignent les bouchons ont considérablement réduit leurs tournées au point que les rayons se vident dans les supermarchés. En raison de ce problème de transport et du casse-tête administratif que représente le Brexit, les pécheurs britanniques se retrouvent avec leurs poissons sur les bras. Ils n’exportent plus vers l’Union européenne les cours ont dévissés dans les criées. Les prix se sont effondrés jusqu’à moins 80%. En Irlande du Nord, les nouveaux contrôles sur les marchandises arrivant depuis la Grande-Bretagne ont ralenti les échanges de 30 à 40% même les ferries ont annulé des traversées car le trafic de fret est en baisse. Les entreprises sont inquiètes d’avoir à faire face à de nouveaux frais qui vont impacter leurs exportations vers la Grande-Bretagne et leurs importations. Un flux vital pour la région désormais coupé du reste du Royaume-Uni puisque la frontière pour les marchandises est située aujourd’hui  en mer d’Irlande.

AD : La Grande Bretagne qui a par ailleurs décidé de mettre en place des mesures visant à empêcher les importations de marchandises produites en Chine par des travailleurs forcés Ouïghours. Des dizaines de milliers de membres de cette minorité musulmane seraient notamment employés de force dans la culture du coton. Le Canada a annoncé qu'il allait prendre des mesures similaires.
  
ZK : Quelles sont les musiques préférées des Français ? Les albums les plus vendus ou les plus écoutés en ligne ? La réponse est tombée, Aurélien.
 
AD : Oui avec le classement 2020 du SNEP, le Syndicat national de l'édition phonographique. Largement en tête, le duo Vitaa et Slimane dans un classement bouleversé par la crise sanitaire qui a conduit à une explosion de l'écoute sur Internet et à la fermeture des disquaires, une partie de l'année, Sébastien Jédor.

Charlotte Gonin et Slimane Nebchi, alias Vitaa et Slimane ne sont pas près de redescendre de leur petit nuage. Après la Victoire de la chanson de l'année, décernée par le public l'année dernière, pour « Ca va ça vient », le duo s'installe confortablement en tête des ventes de disque, aussi bien physiques que digitales. Leur album « Versus » s'est écoulé à près de 420 000 exemplaires, loin devant celui du rappeur NINHO, 2e du classement, avec un peu moins de 300 000 ventes. Boostés par l'écoute en ligne, le rap et le R'n'B imposent 9 albums dans les 20 premières places du classement, avec Maes, Nekfeu, Dadju. JUL est même présent 3 fois dans le top 30 avec « La Machine » et « C'est pas des LOL » et aussi avec le collectif marseillais 13 Organisés et ses paroles fleuries. Si les plus jeunes écoutent la musique sur Internet, leurs ainés continuent d'acheter des disques, mais les volumes ne sont pas les mêmes. « À l'aube revenant », l'album du retour de Francis Cabrel, 5e meilleure vente, s'est écoulé à un peu moins de 210 000 exemplaires.

AD : Et c'est ainsi que se termine ce Journal en français facile, merci à vous Zéphyrin Kouadio de m'avoir accompagné. Excellente soirée à l'écoute de RFI.

Article publié le 12/01/2021

RFI - Radio France Internationale