Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 11/12/2021 20h00

Transcription

Johanne Burgell : RFI 21 h à Paris, 20 h en temps universel. Bonsoir et bienvenue pour ce Journal en français facile. Pour le présenter avec moi Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Johanne, bonsoir à toutes et à tous.

JB : Au moins 70 morts dans le Kentucky, état du centre des États-Unis, après le passage de tornades dévastatrices. 

SB : Jour de vote ce dimanche en Nouvelle-Calédonie. C'est un referendum avec une question sur l'indépendance ou non de l'archipel français. 

JB : Et puis la Bulgarie annonce un nouveau gouvernement. C'est donc la fin d'une longue crise politique. 

-----

SB : Les bureaux de vote viennent tout juste d'ouvrir en Nouvelle-Calédonie, pour un référendum sur l'indépendance de l'archipel français d'Océanie. 

JB : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » C'est la question posée, aux électeurs. Troisième et dernier vote du processus de référendum. Le « non » l'a emporté en 2018 et 2020. Cette fois, les indépendantistes ont appelé leurs partisans à ne pas se prononcer, faute d'avoir obtenu un report du scrutin. Ils estiment que la campagne n'a pas été équitable à cause de la pandémie. La grande particularité de ce scrutin Marie Casadebaig, c'est le corps électoral, puisque tous les habitants de l'archipel ne peuvent pas voter. 

« Seuls les électeurs inscrits sur la "Liste électorale spéciale pour la consultation" peuvent voter. Ils sont donc un peu plus de 185 000. Ils justifient d'une résidence continue en Nouvelle-Calédonie depuis au moins le 31 décembre 1994, bénéficient du statut civil coutumier kanak où sont nés en Nouvelle-Calédonie et y ont leurs intérêts matériels et moraux. Cela exclut de fait plus de 35 000 électeurs de la liste électorale valable pour les autres élections : présidentielles, législatives ou encore municipales. Il s'agit surtout d'européens, arrivés dans l'archipel après 1994. Ce corps électoral spécifique au référendum est le fruit de l'accord de Nouméa de 1998. Il a pour but d'éviter le droit de vote à des résidents installés récemment et donc de contenir, je cite, la « colonisation de peuplement » dénoncée par les indépendantistes. L'équilibre des forces doit rester le même qu'au moment de la signature de l'accord. Cette liste fait régulièrement débat. Certains calédoniens dénonçant leur exclusion. Elle sera de toute façon caduque à l'issue de l'opération de vote, quels que soient les résultats. »

SB : Londres fait un geste dans l'épineux dossier de la pêche post-Brexit. Les Britanniques accordent 23 licences supplémentaires aux pêcheurs français.

JB : Mais ce chiffre est bien inférieur aux 104 licences réclamées par la France qui avait menacé d'engager une procédure européenne contre Londres. Paris et l'UE comptent continuer à travailler pour obtenir davantage d'approbations de la part de Londres. 

SB : Direction la Bulgarie, où une longue crise politique se termine. Rien que cette année, trois élections législatives se sont tenues dans le pays. 

JB : Et finalement un accord inédit entre quatre formations politiques a été trouvé. Un gouvernement pourra être formé, avec comme priorité notamment la lutte contre la corruption. Les précisions deDamian Vodénitcharov.

« Les pourparlers ont abouti. Quatre partis de toutes les couleurs politiques ont pu se mettre d'accord et se répartir les postes au sein d'un éventuel gouvernement. Il y a d'abord le nouveau venu, nous continuons le changement, un parti fondé il y a quelques mois à peine et qui a pourtant remporté les législatives de novembre. Son cofondateur, Kiril Petkov est candidat au poste de premier ministre. À 41 ans, Petkov a peu d'expérience politique, hormis les quatre mois passés à la tête du ministère de l'Économie cette année. Le parti a pourtant su tirer profit du chaos politique dans lequel la Bulgarie était plongée après les manifestations antigouvernementales de 2020 et la démission du troisième gouvernement de Boyko Borissov. Le gouvernement proposé par Petkov est constitué de ministres issus d'une grande coalition de quatre partis. Elle rassemble les réformateurs de droite, le Parti socialiste et le parti antisystème "Il y a un tel peuple". Les priorités annoncées sont la lutte contre le covid, la stabilisation des prix de l'énergie et la lutte contre la corruption, grande promesse électorale des partis dits "protestataires". Le parlement votera la composition du gouvernement lundi 12 décembre. »

SB : Nouvelle manifestation contre la vaccination obligatoire en Autriche. Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies dans le centre de Vienne pour dénoncer je cite « la honte de l'obligation vaccinale » pour tous les Autrichiens.

JB : Le pays est pour le moment le seul de l'UE à imposer une telle mesure, c’est-à-dire l’obligation d’être vaccinée pour l’ensemble de la population. Le confinement en vigueur actuellement, en raison du variant Omicron, se terminera demain, sauf pour les non-vaccinés qui doivent rester chez eux. 

SB : En Suisse, le Parlement devra se former aux questions climatiques. Et c'est grâce à l'action d'un homme, un père de famille.

JB : Il a fait une grève de la faim pendant 40 jours, devant le Palais fédéral de Berne. Son nom : Guillermo Fernandez. Mobilisé pour que la classe politique de son pays prendre au sérieux les enjeux environnementaux. Le parlement suisse étudiera donc l'an prochain les rapports du GIEC, le groupe d'experts sur le climat. Une victoire très symbolique pour Guillermo Fernandez. Correspondance,Jérémie Lanche.

« Guillermo Fernandez ne regrette rien de son action. Cet informaticien et père de famille s'était dit prêt à mourir s'il fallait en arriver là pour provoquer un électrochoc parmi la classe politique suisse. Coupable, selon lui, d'inaction dans la lutte contre le changement climatique. […] Le déclic pour lui est venu d'un rapport du GIEC publié en même temps que l'anniversaire de sa fille. Pris de vertige par l'ampleur du dérèglement climatique, il décide alors de passer à l'action. Lui qui n'avait jamais milité auparavant espère maintenant que sa démarche fera tache d'huile. Sans nécessairement que cela passe par d'autres grèves de la faim. […] Le Parlement suisse se réunira le 2 mai prochain pour étudier les rapports du GIEC. Guillermo Fernandez assure lui qu'il sera bien là pour compter les députés présents. »

SB : Le nageur français Yannick Agnel mis en examen. Soupçonné de viol et d'agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans. Il a été placé sous contrôle judiciaire. 

JB : Agé de 29 ans, Yannick Agnel avait été arrêté jeudi matin et placé en garde-à-vue à Mulhouse, dans l'est de la France. Affaire remonte à 2016, le nageur était à ce moment-là membre du club Mulhouse Olympique Natation. Selon l'Équipe et France Inter, une nageuse, a porté plainte pour viol l'été dernier. 

JB : Et puis il est « sexiste » pour certains, « glamour » pour d'autres.

Le concours Miss France se déroule ce soir à Caen, en Normandie. Il sera suivi, comme chaque année par des millions de téléspectateurs. 

Pourtant, pour les associations féministes, ce concours renvoie les femmes à leur seul aspect physique et faire la promotion de l'archétype de la jeune fille bonne à marier.

Article publié le 11/12/2021

RFI - Radio France Internationale