Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 11/07/2021 20h00

Transcription

Merci d’être à l’écoute de Radio France international. Il est 20h en temps universel, 22h dans nos studios à Paris.

Raphaël Delvové : Bonsoir à toutes et à tous, et bienvenu dans le Journal en français facile. Je suis en compagnie d’Emmanuelle Klotz. Bonsoir Emmanuelle.

Emmanuelle Klotz : Bonsoir Raphaël, Bonsoir à tous.

RD : Dans ce journal, nous allons parler d'un certain Richard Branson. C'est un milliardaire britannique et il s'est offert aujourd'hui, avec son propre argent, un court voyage dans l'espace. Un vol d'essai car Richard Branson espère un jour pouvoir développer des voyages pour touristes dans l'espace.

EM : Les ministres des Finances du G20, c'est-à-dire le groupe des vingt pays les plus riches du monde, se sont réunis hier. Ils ont évoqué la menace que le variant Delta du Coronavirus fait peser sur l'économie mondiale. Nous entendrons notamment la secrétaire d'État américaine au Trésor, particulièrement inquiète au moment où le variant progresse partout sur la planète.

RD : La visite du sultan d'Oman en Arabie saoudite. Le premier voyage à l'étrange d'Haitham ben Tarek, dirigeant du pays depuis janvier 2020. Il vient en Arabie saoudite pour parler économie, mais aussi des différents dossiers régionaux.

EM : Et puis nous parlerons de sport, de tennis. Novak Djokovic remporte à nouveau Wimbledon. Ce succès lui permet de détenir vingt titres du Grand Chelem, à égalité avec Roger Federer et Rafael Nadal.

-----

EM : Nous commençons donc ce journal avec le voyage dans l'espace d'un milliardaire ce dimanche.

RD : Il s'appelle Richard Branson. Il est connu pour avoir créé la société Virgin. Ce britannique envisage de proposer des voyages dans l'espace à n'importe qui dans un avenir proche. Le vol d'aujourd'hui a duré 90 minutes et servait donc à tester le vaisseau appeler à transporter les touristes. Ce vaisseau s'appelle Virgin Galactic et a décollé des États-Unis. C'est pour cela que c'est notre journaliste présente là-bas qui nous raconte cette journée peu ordinaire. Loubna Anaki.

Richard Branson est officiellement devenu un astronaute aujourd’hui après cet aller-retour express. Le fondateur de Virgin rêve de ce jour depuis toujours et avait spécialement créé Virgin Galactic, il y a près de 20 ans, pour travailler sur la possibilité de vols commerciaux dans l’espace. Ce matin, l’avion porteur qui transportait le vaisseau VSS Unity a pris son envol à 10h30 heure locale depuis le Nouveau-Mexique sous les applaudissements d’un public surexcité. Après une heure de vol, le vaisseau a été largué puis s’est élancé à la limite de l’espace. Richard Branson, trois autres membres d’équipage et les deux pilotes ont pu, le temps de quelques minutes, flotter en apesanteur et profiter de la vue sur la terre. Le milliardaire était à bord afin de tester l’expérience avant que la compagnie n’entame des vols commerciaux en 2022. 600 billets ont déjà été vendus. Il faut quand même compter 250 000 dollars le billet. Le tourisme spatial devient un peu le duel des milliardaires. La date de ce vol a été avancée pour qu’il ait lieu avant celui de Jeff Bezos. Mais le patron d’Amazon devrait apparemment aller plus loin que Richard Branson. Loubna Anaki, New York, RFI.

EM : La réunion des ministres des Finances du G20 s'est refermé hier en Italie. Les représentants des 20 pays les plus riches du monde ont évoqué le coronavirus.

RD : Ils ont notamment parlé du variant Delta. Cette nouvelle souche du virus est plus contagieuse, c'est-à-dire qu'elle se transmet plus facilement d'un humain à un autre. Et pour le G20, sa diffusion dans le monde pourrait avoir des conséquences importantes sur l'activité économique. Le variant Delta pourrait entrainer de nouvelles restrictions et donc ralentir la reprise de l'économie. La secrétaire d'État américaine au Trésor, c'est-à-dire l'équivalent du ministre de l'Économie, en a parlé dans une conférence de presse ce dimanche. Cette secrétaire d'État s'appelle, Janet Yellen.

« Nous sommes très inquiets au sujet du variant Delta et à l'idée que d'autres variants pourraient émerger et menacer la reprise. Nous sommes dans une économie mondiale connectée. Ce qu’il se passe dans n'importe quelle partie du monde affecte tous les autres pays. C'est pourquoi nous reconnaissons l'importance de travailler ensemble pour accélérer la vaccination. Nous visons l'objectif de pouvoir vacciner 70% de la population mondiale l'an prochain. Beaucoup de choses ont été faites pour financer l'achat de vaccins. Nous devons faire davantage et être plus efficaces. »

RD : Janet Yellen, la secrétaire d'État américaine au Trésor. Une déclaration recueillie par Pauline Gleize.

Et le variant Delta progresse dans plusieurs pays du monde. Notamment en France, où il représente plus de la moitié des nouveaux cas. Le président français, Emmanuel Macron, doit annoncer des mesures pour ralentir la progression du variant ce lundi.

EM : C'est aussi à retenir dans l'actualité de ce dimanche 11 juillet. Des élections législatives ont eu lieux en Bulgarie. Peu d'électeurs sont allés voter.

RD : Selon les premiers résultats, deux partis sont quasiment à égalité. Le GERB du conservateur Boïko Borissov et le parti Il y a un peuple réputé antisystème dirigé par un chanteur appelé Slavi Trifonov.

Et puis en Moldavie, on votait également ce dimanche. Une élection législative convoquée sur demande de la présidente, Maia Sandu, réputée favorable à l'Europe plutôt qu'à la Russie. Lorsque des élections sont organisées sur demande du pouvoir exécutif on parle « d'élections anticipées ». La présidente les a demandées car elle veut obtenir la majorité au Parlement. Selon les premiers résultats, son parti obtiendrait plus de 50% des voix et donc des sièges au Parlement.

EM : Allons maintenant en Arabie saoudite, le Sultan d'Oman y a entamé ce dimanche une visite officielle.

RD : Le Sultan Haitham ben Tarek est arrivé dans la ville saoudienne de Neom et doit rester dans le pays pour deux jours. Au cours de sa visite, il va discuter avec le roi Salmane de plusieurs sujets très importants, économiques mais aussi diplomatiques. Car les tensions entre pays de cette région du monde sont fortes ces dernières années et Oman joue traditionnellement un rôle de médiateur. Nous retrouvons notre journaliste présent dans le Golfe, Nicolas Keraudren.

C‘est son premier voyage à l'étranger depuis qu'il est devenu le dirigeant d'Oman en janvier 2020. Au cours de cette visite en Arabie saoudite du sultan Haitham ben Tarek, les questions d‘ordre économique seront au cœur de l‘agenda. Des accords dans les domaines du commerce ou encore des transports seront notamment signés. Oman, déjà confronté à une situation financière critique depuis 2014, cherche en effet à réduire sa dépendance au pétrole. Le nouveau sultan a d‘ailleurs fait de l‘économie sa priorité pour les années qui viennent. Les grands dossiers diplomatiques de la région ne devraient toutefois pas être ignorés lors de ce sommet. Oman, surnommé « la Suisse du Moyen-Orient », joue en effet un rôle clé de médiateur notamment entre les belligérants de la guerre au Yémen. « Nous travaillons sans relâche pour stopper les souffrances du peuple frère yéménite », a déclaré le chef de la diplomatie omanaise dans une interview accordée à la presse locale. Le sultanat pourrait par ailleurs intensifier ses efforts pour faciliter le rapprochement entre l‘Arabie saoudite et l‘Iran. Depuis plusieurs semaines, des messages d‘apaisement circulent en effet entre les deux grands rivaux régionaux. Nicolas Keraudren, Dubaï, RFI.

RD : Dans l'actualité africaine, la mort de l'ancien archevêque de Kinshasa. Le cardinal Monsengwo s'est éteint à Paris. Il avait 81 ans. Ce personnage de l'Église de République démocratique du Congo était très connu notamment pour son rôle politique. Il se montrait favorable à une ouverture démocratique de son pays.

EM : Nous passons maintenant à l'actualité sportive. Le joueur de tennis serbe, Novak Djokovic, a gagné le tournoi de Wimbledon.

RD : Le numéro un mondial a battu en quatre sets l'Italien Matteo Berrettini en finale. Novak Djokovic gagne son sixième titre à Wimbledon et un vingtième tournoi du Grand Chelem. Le Grand Chelem, ce sont quatre tournois plus importants que les autres. Avec ce vingtième titre dans cette catégorie, Novak Djokovic égale deux autres grands joueurs, Roger Federer et Rafael Nadal. Martin Guez.

À 39, 35 et 34 ans, Federer, Nadal et Djokovic ont désormais tous la vingtaine. Comme le Suisse et l'Espagnol, le Serbe a lui aussi soufflé son vingtième Grand Chelem. Invincible sur le gazon anglais, Nolé a reçu les hourras du public londonien, malgré la perte du premier set face au jeune italien Matteo Berrettini, Novak Djokovic a remis le filet au centre du court. En trois coups de raquette, le numéro 1 mondial s'est finalement imposé 6-7, 6-4, 6-4, 6-3. Un élève brillant, reçu 20 sur 20 au Panthéon du tennis mondial. Djokovic en tête du bulletin de note en 2021 : l'Open d'Australie remporté au premier trimestre, Roland Garros au deuxième, et donc Wimbledon au troisième. Alors que ses deux camarades, ex aequo avec lui à la première place, enchaînent les pépins physiques, abandons et éliminations précoces. Nadal était forfait à Wimbledon, Federer sorti en huitième, Djokovic ne fait, lui, pas son âge et ne faiblit pas. Son sixième sacre en terre anglaise, ne reste que l'US Open pour réussir le Grand Chelem parfait et se mettre sur son 21 pour prendre le large au tableau d’honneur, seul au monde.

RD : Martin Gueiz.

Et puis en sport toujours, la finale du championnat d'Europe de football. Elle est jouée en ce moment entre l'Angleterre et l'Italie à Wembley à Londres, au Royaume-Uni. Les Anglais mènent 1 but à 0 à la mi-temps.

C’est ainsi que se referme ce Journal en français facile.

Article publié le 11/07/2021

RFI - Radio France Internationale