Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 04/09/2021 20h00

Transcription

22h00 à Paris, 20h en temps universel.

Loïc Bussières : L'heure de votre Journal en français facile. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez. Et bonsoir Zéphyrin Kouadio.

ZK : Bonsoir Loïc, bonsoir à toutes et à tous.

LB : À mes côtés pour vous présenter cette édition.

À la Une ce soir, l'Afghanistan toujours dans l'attente d'un gouvernement. Les talibans ont une nouvelle fois différé son annonce aujourd'hui. Alors que des affrontements sont en cours pour le contrôle du Panchir et que la situation humanitaire continue d'inquiéter.

ZK : À la Une également, la liste rouge des espèces menacées qui s'allonge encore un peu plus. Un tiers des requins ou encore les dragons de Komodo figure désormais dans le recensement de l'UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature, réunie en ce moment à Marseille.

LB : Et puis il y a du football ce soir. L'équipe de France se déplace en Ukraine dans le cadre des qualifications pour le Mondial 2022. Nous serons en direct de Kiev dans ce journal.

-----

ZK : Plus d'un tiers des requins, mais aussi les célèbres dragons de Komodo, ce sont quelques-unes des espèces qui rejoignent la « liste rouge » des espèces menacées.

LB : Une liste dressée par l'UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature qui tient à Marseille, en ce moment, son congrès mondial. L'occasion notamment de mettre à jour cette fameuse liste qui revoit à la hausse le nombre d'espèces menacées. Agnès Rougier.

Pour cette deuxième mise à jour annuelle, les espèces de requins et de raies ont été complètement réévaluées, révélant que 37% d’entre elles sont maintenant menacées d’extinction. En cause, la surpêche et la dégradation des habitats, et pour 10% d’entre elles le changement climatique. Quant au plus grand lézard du monde, le dragon de Komodo, il est passé du statut « vulnérable » à celui de « en danger d’extinction ». Cette espèce endémique d’Indonésie, présente uniquement dans le parc national de Komodo et sur l’île de Florès, est menacée par la hausse de la température et la montée des mers dues au changement climatique. Plusieurs espèces de reptiles et d’insectes moins remarquables sont également en danger d’extinction. Et pour Florian Kirchner de l’UICN, c’est tout le tissu de la biodiversité qui est en train de s’effriter. Il y a pourtant un point positif : la mise en place des quotas de pêche et la lutte contre la pêche illégale, depuis une dizaine d’années, ont permis le rétablissement de quatre espèces de thon sur les sept qui étaient voie de disparition. Agnès Rougier, Marseille RFI.

ZK : À la Une également, la situation en Afghanistan, trois semaines après la prise de pouvoir des talibans dans le pays.

LB : Des talibans qui doivent annoncer la formation d'un nouveau gouvernement, une annonce attendue avec beaucoup d'intérêt par la communauté internationale. Mais au-delà de ce contexte politique, c'est aussi la situation humanitaire dans le pays qui reste au centre des attentions. Hier, les Émirats arabes unis ont annoncé l’envoi d’un avion chargé « d‘aide médicale et alimentaire d’urgence » en Afghanistan. C‘est le « premier vol humanitaire [émirien] depuis les récents événements » a précisé le ministère des Affaires étrangères. Dans le Golfe, Abou Dhabi est l‘une des capitales les plus actives au sujet de la crise afghane. Les explications de notre correspondant dans la région, Nicolas Keraudren.

Pour peser dans le dossier afghan, Abou Dhabi joue la carte de l‘humanitaire. Depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, il y a près de trois semaines, les Émirats arabes unis ont multiplié les initiatives de ce genre. L‘envoi d‘une cargaison humanitaire est la dernière en date. Celle-ci devrait bénéficier à « plusieurs milliers de familles afghanes ». Avant cela, les Émirats avaient joué un rôle central dans les opérations d‘évacuation. 28 000 personnes ont en effet transité dans le pays. La monarchie a aussi accueilli « temporairement » plus de 8 500 citoyens afghans sur son territoire. Malgré ses efforts, Abou Dhabi reste dans l‘ombre de Doha. En devenant l‘unique médiateur entre les talibans et la communauté internationale, le Qatar semble en effet tirer profit diplomatiquement de cette situation. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont d‘ailleurs déjà annoncé le transfert de leur ambassade de Kaboul à Doha. L‘autre grande puissance de la région, l‘Arabie saoudite, reste quant à elle bien plus discrète. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, Riyad a pris ses distances avec les talibans. Nicolas Keraudren, Dubaï, RFI.

LB : J'ajoute que les Nations unies tiendront, dans une dizaine de jours, une conférence internationale sur l'aide à l'Afghanistan. « Nous avons besoin que la communauté internationale soit solidaire et soutienne le peuple afghan », dit Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies.

ZK : Vous écoutez Radio France international, le Journal en français facile, il est 4h05 à Shanghai. On s'intéresse à présent à la bataille mondiale pour les puces électroniques. Une guerre économique dans laquelle le chinois SMIC n'entend pas se laisser distancer par la concurrence.

LB : SMIC pour Semiconductor Manufacturing International Corporation. C'est le premier fabricant chinois de puces et il va investir près de neuf milliards de dollars dans une nouvelle usine à Shanghai. Le but est à la fois de répondre à la pénurie actuelle de semi-conducteurs, mais aussi de rattraper le retard technologique de la Chine dans ce domaine. Les explications d’Olivier Rogez.

C'est le deuxième investissement d'envergure annoncé par Smic cette année. Après celui de Shenzen - deux milliards trois cent millions de dollars - le chinois va consacrer cette fois le triple pour fondre à Shanghai 100 000 galettes de silicium chaque année, galettes d'où sont tirées les puces électroniques. Déjà numéro un chinois des semi-conducteurs, Smic entend accroître son avance et surtout répondre à la pénurie de puces qui frappe toutes les industries et notamment le secteur automobile mondial. L'entreprise a les poches d'autant plus profondes que l'État chinois soutient fermement son développement, bien décidé à répondre aux sanctions américaines. Washington a en effet interdit aux manufacturiers chinois d'utiliser ses technologies, sous prétexte qu'elles pourraient servir à Pékin à développer des armes. Des sanctions qui, si elles ne freinent pas les volumes produits par Smic, entravent bel et bien son accès aux gravures ultrafines. Ainsi Smic doit se contenter du 28 nanomètre quand ses concurrents taïwanais, américains et coréens en sont déjà à la gravure en 7 ou 5 nanomètres. Mais Pékin qui a vu cette année sa capacité de production de puces augmenter de 47% entend inonder la planète de ses produits. La stratégie d'envahissement du marché par le bas conduisant souvent à la conquête des segments les plus hauts.

ZK : En France, du mieux sur le front du Covid.

LB : Le nombre de patients reflue légèrement en cette fin de semaine, y compris en réanimation avec 2 223 cas ce soir - soit 36 de moins que la veille, selon les chiffres de Santé publique France, qui compte un peu plus de 13 300 nouvelles contaminations en 24 heures. Un chiffre là aussi en légère baisse.

Et puis cet autre chiffre, également à la baisse, celui du nombre de manifestants contre le passe sanitaire. Ils étaient un peu moins de 142 000 dans toute la France, selon le décompte du ministère de l'Intérieur. C'était le huitième samedi de mobilisation consécutif. Des manifestations se sont tenues à Marseille, Bordeaux, Rennes ou Paris.

ZK : Toujours en France, un nouveau candidat pour la prochaine présidentielle. Arnaud Montebourg se lance officiellement pour 2022.

LB : L'ancien ministre du Redressement productif de François Hollande, qui ne compte pas passer par une primaire à gauche, propose, je cite, une « remontada » de la France pour répondre notamment à la « chute des services publics », mais aussi dans le domaine de la sécurité et de l'industrie. Arnaud Montebourg qui emprunte au vocabulaire du football, où la remontada désigne un retour spectaculaire d'une équipe menée au score.

ZK : Justement, on passe au football et on se rend à Kiev où l'équipe de France affronte l'Ukraine.

LB : Pour match de qualification comptant pour le prochain mondial. Une rencontre que suit pour nous notre envoyé spécial Cédric de Oliveira. On avait quitté l’équipe de France un peu poussive, mercredi à Strasbourg, avec un match nul concédait face à la Bosnie-Herzégovine, un but partout. Un but partout, c’est justement le score de Ukraine-France à la 64eminute de jeu.

(Transcription manquante)

LB : On suivra cette rencontre dans nos prochaines éditions avec vous Cédric Oliveira, en direct de Kiev, pour cet Ukraine-France en football. Je le rappelle un but partout, c’est le score à la 66e minute de jeu.

Article publié le 04/09/2021

RFI - Radio France Internationale