Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 02/09/2021 20h00

Transcription

Merci d’écouter RFI, il est 22h00 à Paris, deux heures de moins temps universel.

Clémentine Pawlotsky : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Clémentine, bonsoir à toutes et à tous.

CP : À la Une de l'actualité, le variant « Mu » du Covid-19 découvert en Amérique centrale. L'Organisation mondiale de la santé s'y intéresse de très près. Simon Rozé nous dira pourquoi.

ZK : La Cour suprême des États-Unis ne bloque pas la nouvelle loi anti-avortement au Texas. C'est une victoire pour les conservateurs. Le président Joe Biden dénonce une attaque contre les droits des femmes.

CP : Une ancienne ministre devant la justice au Danemark. Le procès d'Inger Stojberg s'est ouvert aujourd'hui. Elle est accusée d'avoir séparé des couples de demandeurs d'asile.  

ZK : Et puis, en football, nouveau record pour Cristiano Ronaldo. L'attaquant a marqué son 111ème but. Il devient le meilleur buteur de l'histoire des sélections.

-----

ZK : Avant de développer ces titres, un mot de l'Afghanistan : le pays attend son nouveau gouvernement.

CP : Les talibans pourraient le dévoiler demain, juste après la prière du vendredi. C’est ce qu’indiquent plusieurs sources au sein du mouvement islamiste. Les talibans ont promis que l'équipe gouvernementale serait inclusive. Pas sûre en revanche que des femmes soient nommées à des postes de ministres. Une cinquantaine de femmes ont d’ailleurs manifesté aujourd’hui dans les rues d'Hérat, dans l’ouest du pays. Elles ont revendiqué leur droit à travailler et réclamer la participation de femmes au sein du nouvel exécutif.

ZK : L'Organisation mondiale de la santé suit de très près le variant « Mu » du Covid-19.

CP : Ce variant est apparu, au début de l'année, en Amérique centrale. L'OMS le considère pour l'instant comme un variant « d'intérêt ». Simon Rozé nous explique ce que cela signifie.

Un variant considéré comme d'intérêt par l'OMS ne signifie pas qu'il deviendra forcément préoccupant plus tard. Seulement qu'il demande une vigilance renforcée, notamment pour déterminer plus précisément ses caractéristiques. En l'occurrence, le variant Mu est encore bien mystérieux. Détecté pour la première fois en janvier dernier en Colombie, il y a représenté aujourd'hui 40% des cas. En dehors de sa rapide progression en Amérique centrale, Mu reste ainsi bien obscur. Quelques études indiquent une transmissibilité similaire à celle du variant Alpha, moindre donc que celle de Delta, aujourd’hui majoritaire sur la planète. Sa résistance serait-elle comparable à celle de Beta, anciennement nommé variant sud-africain, c'est-à-dire que la vaccination resterait toujours efficace pour prévenir les formes graves. Il reste cependant beaucoup de conditionnel et plusieurs études complémentaires seront nécessaires pour savoir exactement à quoi s'en tenir. Il avait ainsi fallu plusieurs mois après l'émergence du variant Delta pour déterminer précisément de quoi il était capable. Un travail à mener une nouvelle fois avec B.1.621, le nom scientifique de ce variant Mu.

CP : Et pour l'instant, c'est toujours le variant Delta du Covid-19 qui focalise l’attention.

En France, près de 12,3 millions d'élèves ont fait leur rentrée scolaire aujourd'hui. Le gouvernement a retenu le protocole sanitaire de niveau 2 sur 4. Tous les élèves sont donc autorisés à assister aux cours en présentiel, c’est-à-dire en se rendant physiquement sur place, mais le masque reste obligatoire en intérieur, sauf pour les maternelles. Et si un cas de Covid-19 est détecté dans une classe de primaire, elle sera automatiquement fermée. Tandis qu'au collège et au lycée, seuls les cas contacts non vaccinés devront s'isoler.

ZK : Aux États-Unis, victoire pour les conservateurs, la Cour suprême ne bloque pas la loi anti-avortement au Texas.

CP : Il s’agit pourtant de la loi la plus restrictive, la plus sévère, du pays en matière d'avortement. L'IVG, l'interruption volontaire de grossesse, est désormais interdite, dès les premiers battements de cœur de l'embryon. Cette loi est appliquée au Texas depuis hier matin. Les précisions de Marie Normand

La Cour suprême ne valide pas cette loi du Texas, mais en attendant de l'examiner pour juger de sa constitutionnalité, elle refuse de suspendre son application comme le demandaient les défenseurs du droit à l'avortement. La Cour, désormais à majorité conservatrice depuis les nominations de Donald Trump, invoque des « questions de procédures complexes et nouvelles ». Au Texas depuis hier, les femmes n'ont donc plus le droit d'avorter, même en cas de viol ou d'inceste, à partir de six semaines de grossesse, soit bien avant que beaucoup ne réalisent qu'elles sont enceintes. Une dizaine d'autres États conservateurs ont fait passer des textes similaires depuis 2019, mais ils n'ont jamais été appliqué, facilement contestés devant les tribunaux par les organisations de planning familial. Le Texas fait exception car ce n'est pas le gouvernement qui est chargé de faire respecter la loi, mais les particuliers encouragés à dénoncer, à poursuivre, ceux suspecter d'aider une femme à avorter après SIX semaines de grossesse. Une prime de 10 000 dollars est même prévue pour les délateurs. Et selon les juristes, cela rend cette loi beaucoup plus difficile à attaquer.

CP : Toujours au sujet de cette loi, le président Joe Biden dénonce une « attaque sans précédent », contre les droits constitutionnels des femmes.

ZK : L'actualité des États-Unis, c'est aussi la tempête Ida qui sème le chaos.

CP : Au moins 18 personnes sont mortes dans l'État de New York. La ville a été frappée aujourd’hui par des pluies torrentielles et des inondations historiques. Les pompiers ont porté secours à des centaines de personnes. Le New Jersey est aussi touché. L'état d'urgence a été décrété dans les deux États.

ZK : Dans l'actualité également, la bataille de Marib qui se poursuit au Yémen, les combats font rage entre forces gouvernementales et rebelles.

CP : Au moins 65 combattants ont été tués, ces dernières 48 heures. La province de Marib, dans le nord du Yémen, est la cible d'une offensive des Houtis depuis février dernier.

ZK : C'est un procès rarissime qui s'est ouvert aujourd'hui au Danemark.

CP : Celui d'une ex ministre chargée de l'immigration. Inger Stojberg comparait devant la Cour spéciale de justice, une juridiction qui ne juge que les membres du gouvernement. C'est la première fois que la Cour se réunit en 25 ans. Inger Stojberg est accusée d'avoir ordonné la séparation de couples demandeurs d'asile, ce qui constitue une violation de la loi. Retour sur cette affaire, avec Murielle Paradon

L'affaire remonte à 2016, Inger Stojberg est alors ministre de l'Immigration. Elle ordonne la séparation de couples demandeurs d'asile au Danemark, lorsque la femme est mineure. 23 couples sont ainsi séparés, sans examen de leur dossier. La ministre aurait en outre fourni de fausses informations pour appuyer sa politique. Elle se défend aujourd'hui en affirmant avoir voulu éviter des mariages forcés de jeunes filles. À 48 ans, Inger Stojberg est bien connue au Danemark pour sa politique anti-immigration. Entre 2015 et 2019, elle est chargée de ce dossier au sein d'un gouvernement de centre-droit, soutenu par un parti populiste. Durant cette période, elle fait adopter une centaine d'amendements restreignant le droit des étrangers. Politique dont elle se vante en postant sur les réseaux sociaux une photo d'elle avec un gâteau d'anniversaire pour fêter le 50e amendement, suscitant la polémique. Aujourd'hui, Inger Stojberg n'est plus ministre mais député. Le procès qui s'ouvre ce jeudi et à l'issue duquel elle risque au minimum une amende pourrait peser sur son avenir politique.

ZK : Il était dans l'espace il y a deux mois. Le vaisseau spatial de Virgin Galactic est maintenant cloué au sol.

CP : L'Agence américaine de l'aviation a annoncé enquêter sur de graves incidents pendant le vol, notamment une déviation de trajectoire. Ce vol avait été très médiatisé. Le patron de l'entreprise, le milliardaire Richard Branson, se trouvait à bord. Virgin Galactic avait à l'époque assuré que tout s'était déroulé comme prévu. Le vaisseau a en réalité brièvement volé en dehors de l'espace aérien dédié à la mission.

ZK : On termine avec du sport et cet énième record pour Cristiano Ronaldo.

CP : À 36 ans, l'attaquant écrit encore sa légende. Il est devenu le meilleur buteur de l'histoire des sélections. En inscrivant un doublé face à l'Irlande, il en est à 111 buts et dépasse l'Iranien Ali Daei.Martin Guez.

Et de deux qui font 111. Un triple 1 pour couronner le roi Ronaldo, premier, trois fois premier de la hiérarchie mondiale. Il avait pourtant tout raté, mercredi, face à l'Irlande, en qualification du Mondial 2022. Ce pénalty d'abord, à la 15e minute, repoussé par le gardien adverse. Et alors que les Irlandais menaient 1-0 à la 89e, ce diable de CR7 est sorti deux fois de sa boîte, deux coups de casque, le 2e à la 96e minute, qui ont permis au Portugal de l'emporter, mais qui place aussi et surtout le nouveau joueur de Manchester United à 111 buts en 180 sélections. Cristiano Ronaldo dépasse enfin l'Iranien Ali Daei, et devient seul meilleur buteur de l'histoire en équipe nationale. Et le serial scoreur, qui a ouvert son compteur un soir de juin 2004 lors de l'Euro à domicile face à la Grèce, ne devrait pas s'arrêter là, puisqu'il affrontera dans la semaine le Qatar en amical et l'Azerbaïdjan en qualification pour le Mondial. Ronaldo, loin d'être rassasié, qui devrait battre un autre record dans la semaine : celui de sélections avec une équipe européenne, qu'il codétient pour l'instant avec l'Espagnol Sergio Ramos.

CP : C’est la fin de ce Journal en français facile, merci à vous de l’avoir suivi.

Article publié le 02/09/2021

RFI - Radio France Internationale