Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 02/04/2021 20h00

Transcription

François Bernard : Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 22 heures. Bonsoir à tous. Merci de nous rejoindre pour votre Journal en français facile. C'est Mehdi Meddeb qui va le présenter avec moi, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir François, bonsoir à tous.

FB : Dans l’actualité de ce vendredi 2 avril 2021, un regain de tensions avec la Russie à la frontière est de l'Ukraine.

MM : En Birmanie, l’armée ordonne aux entreprises de télécommunications de bloquer l'accès à internet.

FB : L’Équateur confronté à la propagation du Covid est de nouveau soumise à de fortes restrictions.

MM : Aux Pays-Bas, le Premier ministre Mark Rutte survit temporairement à une motion de défiance.

-----

FB : L’Ukraine s’inquiète des mouvements de troupes russes près de ses frontières. La tension est montée d’un cran dans le conflit qui oppose depuis 2014 les forces ukrainiennes et les combattants pro-russes des Républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk.

MM : La Russie assure ne pas vouloir de conflit et adresse des mises en gardes aux Occidentaux nous dit Anastasia Becchio.

Moscou n’a rien à voir dans l’escalade des tensions. « La Russie ne menace personne et n'a jamais menacé personne », affirme Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin tout en mettant en garde les Occidentaux qui seraient tentés de venir en aide à l’Ukraine : « Un tel scenario à proximité des frontières russes mènerait à une escalade des tensions. Il entraînerait des mesures supplémentaires de la partie russe pour assurer sa sécurité. » Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité de l'escalade des tensions, chaque camp accusant l’autre de provocations sur la ligne de contact. Pour autant, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune veut croire que le conflit ne va pas dégénérer : « Il faut rester prudent parce qu’il y a parfois beaucoup de provocation. Vous savez, à chaque fois qu’il y a un espoir de reprise des discussions, c’est accompagné, je ne dirai pas d’un jeu parce que malheureusement il y a des morts chaque mois, mais de tensions ou de provocation. Je ne crois pas qu’on aura une escalade, mais on est très prudents et c’est pourquoi la France et l’Allemagne essayent de pousser le président russe et le président ukrainien à reprendre les discussions. On espère que les discussions pourront reprendre dans les prochaines semaines. » Les dernières discussions entre les président russe et ukrainien remontent à décembre 2019 à l’Élysée.

FB : Anastasia Becchio
Le président américain Joe Biden a promis à son homologue ukrainien, Zelensky, de soutenir la souveraineté de l'Ukraine face à la Russie.

Aux États Unis, un automobiliste a tenté de renverser deux policiers près du Capitole, à Washington.

MM : L'un des policiers est décédé, l'autre est blessé. Plusieurs médias rapportent que le suspect de l'attaque est mort lui aussi, abattu par la police.

FB : Aux États-Unis encore plus de 100 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin. C’est le Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), c’est la principale agence fédérale de santé publique du pays qui le dit.

En Amérique du Sud, depuis ce vendredi 0h00 heure locale, en Équateur, 70% de la population est soumise à de nouvelles restrictions de mobilité en soirée.

MM : Le président de la République Lenin Moreno l’a annoncé en précisant que cette mesure est une réponse aux signaux « d’alerte de calamité publique » qui se multiplient sur le front de la pandémie. Les explications de notre correspondant en Équateur Eric Samson.

Il y a quelques jours, c’est le responsable de l’hôpital public du sud de Quito qui lançait un appel d’alarme. Après avoir réquisitionné des tentes installées dans un parking, son unité de soins intensifs est désormais remplie à 145%. Dans tous les centres de soin de la capitale, les listes d’attente s’allongent. À Guayaquil, ville martyre de la pandémie il y a un an, 20 personnes meurent tous les jours de Covid-19. Faute de vaccins, moins de 200 000 personnes ont à ce jour reçu une première injection dans tout le pays. Pour limiter autant que faire se peut les interactions sociales, un couvre-feu a été rétabli de 20h00 à 5h00 du matin dans les huit provinces les plus peuplées du pays. Il y aura tout de même de nombreuses exceptions pour le corps médical, la police, l’armée, les journalistes et les travailleurs des secteurs stratégiques. Prévu pour un mois, l’état d’exception pourra être prolongé en fonction de l’évolution de la pandémie. La circulation automobile et les ventes d’alcool ont été limitées et les agglomérations de personnes sont interdites. Du lundi 5 au vendredi 9 avril, le télétravail sera obligatoire pour tous les travailleurs du service public. Ces restrictions seront levées exceptionnellement le dimanche 11 pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Eric Samson, Quito, RFI.

FB : Confrontée également à un regain de la pandémie, l'Europe entame un week-end de Pâques sous pression. La vaccination a toujours du mal à se mettre en place dans l'Union.

MM : En France, on craint une grande pagaille dans les gares, à l'heure des départs pour le week-end de Pâques, avant leur interdiction pendant un mois.

FB : Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a par ailleurs de nouveau augmenté ce vendredi, dépassant les 5 200. Il y a également 332 décès supplémentaires.

FB : En Birmanie, 543 civils dont plus de 40 mineurs ont été tués par les forces de sécurité qui répriment toute opposition au nouveau régime militaire depuis le coup d'État du 1er février.

MM : La junte tente d’empêcher les manifestants de communiquer entre eux. Elle a ordonné hier soir aux entreprises de télécommunication de bloquer l’accès à internet.

FB : Pendant ce temps, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné la violence des forces de sécurité dans le pays. Christophe Paget.

Le Conseil de sécurité dénonce « fermement le recours à la violence contre des manifestants pacifiques ». Il aura fallu deux jours de laborieuses négociations pour aboutir à un texte au final largement édulcoré par la Chine : dans les versions précédentes le Conseil était « prêt à envisager de nouvelles étapes », ce qui aurait pu annoncer des sanctions, auxquelles Pékin est opposé. Plusieurs dizaines de pays membres de l’ONU ont également condamné la suspension par les militaires birmans, ce vendredi, des connexions internet sans fil pour, estiment ces pays, « restreindre l’accès à l’information ». Sur le terrain les militants s’adaptent déjà, mettant en place des systèmes d’alerte SMS et partageant des fréquences radio. « Écoutons à nouveau la radio. Téléphonons-nous les uns aux autres », écrivait dans la nuit sur sa page Facebook Khin Sadar, une des figures du mouvement, qui appelait aussi les Birmans à déposer, ce vendredi, des fleurs aux arrêts de bus d’où des manifestants sont partis avant d’être tués par les forces de sécurité. Le groupe de défense de l'Association pour les prisonniers politiques estime que 543 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, parmi elles 44 enfants. Selon l’ONG Save The Children, le nombre d’enfants tués a plus que doublé ces douze derniers jours.

FB : Christophe Paget.
L'Inde a émis une condamnation ferme de la répression des manifestations par la junte au pouvoir en Birmanie. Elle demande au pays de rétablir la démocratie et mettre fin aux violences.

Retour en Europe où le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a réussi à surmonter la motion de défiance au Parlement. Il était accusé d'avoir menti lors de négociations pour former une nouvelle coalition.

MM : Mark Rutte avait démissionné en janvier à cause d’un scandale concernant les allocations familiales, mais il a conforté sa position aux élections législatives du 15 mars.

FB : Le Premier ministre sortant a échappé à cette motion de défiance. En revanche, ses chances semblent, désormais, sérieusement compromises de parvenir à rassembler une nouvelle coalition autour de lui pour former un gouvernement. Les explications de Pierre Benazet.

Lors des législatives du 15 mars, le parti libéral, le VVD de Mark Rutte, a réussi à remporter un siège supplémentaire. Les alliés potentiels des libéraux sont d’une part les chrétiens-démocrates du CDA et surtout les centristes de D66 arrivés deuxièmes aux législatives. Malheureusement pour Mark Rutte, c’est justement des rangs du D66 et du CDA que provient la motion de défiance à son encontre à la deuxième Chambre des États généraux. Au cours du débat parlementaire de la nuit, il a admis avoir menti et avoir envisagé de confier un maroquin ministériel au député qui avait révélé le scandale à l’origine de la chute du gouvernement. Difficile dans ces conditions de recréer la confiance estime désormais la cheffe de file des centristes de D66. La coalition potentielle a donc a priori du plomb dans l’aile, du plomb plutôt que du téflon donc, car Mark Rutte qui est aux commandes depuis 2010 joue désormais son avenir à ce poste et la deuxième Chambre a acté dans la nuit la démission des deux formateurs qui préparaient l’accord de gouvernement. Pierre Benazet, Bruxelles, RFI.

FB : Du sport, du football avec la 31e journée de Ligue 1 en France qui s'annonce intéressante ce samedi. Le Paris-Saint-Germain et Lille savent que leur confrontation au Parc des Princes pourrait être déterminante dans la course au titre. Paris devra se passer de Marco Verratti qui a été testé positif au Covid-19. Pas de match contre Lille pour lui donc, mais pas non plus de quart de finale aller de Ligue des Champions face au Bayern Munich mercredi.

C'est la fin du Journal en français facile. Merci Mehdi Meddeb d'y avoir participé, merci à vous de l'avoir suivi. À demain.

Article publié le 02/04/2021

RFI - Radio France Internationale