Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 01/01/2021 20h00

Transcription

François Bernard : Merci d'écouter Radio France Internationale en direct de Paris où il est 21 heures. Bonsoir à tous, merci de nous rejoindre pour votre Journal en fran-çais facile. C'est Sébastien Duhamel qui va le présenter avec moi, bonsoir Sébas-tien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir François, bonsoir à toutes et à tous. 

FB : Dans l'actualité de ce vendredi 1er janvier 2021, la France accélère les vaccina-tions avec la possibilité pour les soignants de 50 ans et plus de se faire vacciner « dès lundi ».

SD : Le Royaume-Uni entame sa nouvelle vie d'après le Brexit, sans perturbation immédiate mais avec de nombreuses inconnues.

FB : Les autorités pakistanaises arrêtent au moins 30 personnes, suite à la démoli-tion d’un temple hindou dans le nord-ouest du pays.

-----

FB : En France, l'année 2021 commence comme 2020 a terminé, sous la menace d'une nouvelle flambée de l'épidémie de Covid-19.

SD : Les autorités tentent d'empêcher cette nouvelle vague avec un couvre-feu ren-forcé ce week-end dans 15 départements.

FB : Alors que les vaccinations contre le Covid ont débuté dimanche dernier, des voix se sont élevées en France pour protester contre une stratégie jugée trop lente, en comparaison notamment avec l’Allemagne et le Royaume-Uni.

SD : Face aux critiques de certains médecins et d’élus, le ministre de la santé, Oli-vier Véran, vient d’annoncer l’accélération de la campagne vaccinale. Agnès Rougier.

« Dès lundi, les soignants de 50 ans et plus pourront s’ils le souhaitent se faire vac-ciner dans les centres disposant déjà de vaccins », a déclaré en réponse aux cri-tiques le ministre de la santé Olivier Véran. En effet, Depuis dimanche, moins de 200 personnes ont été vaccinées, alors que l’Allemagne et l’Italie en sont déjà à plusieurs milliers, et pour l’académie de médecine notamment, la campagne de vaccinations a démarré trop lentement. Dans un premier temps, la campagne organisée en trois phases prévoyait de vacciner un million de personnes parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7 000 maisons de retraite de l’hexagone, d’ici fin février. La deuxième phase concernant « tous les retraités de plus de 65 ans » ; avant d’organiser, dans un troisième temps, la vaccination de masse. Mais après l’annonce par Olivier Véran, mardi dernier, de la vaccination des professionnels de santé de plus de 50 ans d’ici fin janvier, le calendrier s’accélère de nouveau, et le ministre assure qu’avant début février, les premiers centres de vacci-nation devraient ouvrir en ville, pour que d’ici quelques semaines, la campagne vac-cinale prenne de l’ampleur et rattrape ainsi le niveau des pays qui ont procédé diffé-remment.

FB : Une cinquantaine de pays ont déjà entamé leur campagne de vaccination. Quelques 2,8 millions d'Américains ont déjà reçu une dose de vaccin. 20 millions de cas sont recensés dans le pays.

SD : Dans l'Union européenne, qui a démarré plus tard, c'est l'Allemagne qui a effec-tué le plus d'injections, plus de 130 000 en cinq jours.

FB : Le Royaume-Uni continue de faire face à une flambée des cas de Covid, 19 attribuée à un variant du virus. C'est l'un des pays les plus touchés d'Europe avec plus de 70 000 morts.

SD : Les Britanniques qui vivent en France sont inquiets pour leurs proches en Grande-Bretagne, comme a pu le constater Murielle Paradon en Dordogne, où de nombreux Anglais résident. 

Dans le village d'Eymet en Dordogne, il n'y a pas que le Brexit qui occupe les con-versations, le Covid-19 aussi. 20% des habitants ici sont Britanniques et ils sont in-quiets pour leur famille au Royaume-Uni, comme Frane, la soixantaine : « La situa-tion n'est vraiment pas bonne en ce moment. Ma sœur que j'ai eu en visio est com-plètement isolée à la maison. Elle ne peut pas sortir, même pour promener le chien ou voir quelqu'un. C'est préoccupant oui ». Angela, elle vient tout juste de déména-ger en Dordogne avec son mari. Son fils de 27 ans est resté à Londres et elle n'est pas tranquille : « Il est assez prudent, il porte son masque tout le temps. Mais la si-tuation est dure car il n'a plus de travail, les bars et les restaurants sont fermés et c'est dur de s'en sortir, payer le loyer, etc. Je suis inquiète mais je croise surtout les doigts pour qu'il reste en bonne santé. » Le mari d'Angela, estime que le Royaume-Uni n'a pas pris de mesures assez strictes pour endiguer l'épidémie. « Le pays de-vrait être confiné entièrement. Et appliquer des mesures strictes, le simple fait de porter des masques n'est pas vraiment respecté ». Le Premier ministre britannique a annoncé de nouvelles restrictions mercredi pour tenter de faire face à la flambée de l'épidémie, d'autres mesures pourraient suivre.

FB : Après d'un demi-siècle dans le giron européen, le Royaume-Uni entame sa nouvelle vie d'après le Brexit.

SD : Une surprise à Paris les passagers de l'Eurostar en provenance de Londres à leur arrivée sur les quais de la gare du Nord : les premiers contrôles douaniers sur les marchandises, conséquences du Brexit bien sûr.

FB : Le ballet des camions et ferries du trafic transmanche s'est opéré sans accroc dans les ports de Douvres et de Calais après le rétablissement des formalités doua-nières.

FB : Les autorités pakistanaises ont arrêté au moins 30 personnes, dont un religieux et un leader islamiste « pour destruction d’un lieu de culte et incitation à l’émeute ».

SD : Des arrestation qui font suite à la démolition mercredi d’un temple hindou dans le nord-ouest du pays.

FB : Une cinquantaine d’autres personnes sont recherchées par la police qui les a identifiées sur des vidéos de l’attaque, les précisions de Yelena Tomic.

Ils étaient plusieurs centaines à participer à cette attaque, une opération manifeste-ment orchestrée selon la police puisque les assaillants sont arrivés sur les lieux mu-nis de marteaux, de poutres et de bidons d’essence. Pas de victimes, mais les dé-gâts matériels sont considérables. La reconstruction du temple interviendra dans les plus brefs délais grâce aux fonds du gouvernement local a confirmé le ministre de l’information de la province de Khyber Pakthunkhwa. Ce n’est pas la première fois que ce lieu de culte hindou est pris pour cible. En 1997 déjà, il avait été détruit dans des circonstances similaires : en signe de protestation contre des travaux de rénova-tion dans un bâtiment adjacent, réaménagement qui avait provoqué la colère des habitants locaux. Plus de 200 membres de la minorité hindoue ont manifesté à Kara-chi devant la cour suprême pour demander justice. New Delhi a également protesté auprès d’Islamabad dénonçant un acte de vandalisme. La cour suprême a convoqué à une audience les autorités locales. Elles devront se présenter devant les juges le 5 janvier prochain.

FB : Trois jours après le séisme qui a frappé les villes de Petrinja et Sisak en Croa-tie, les secours continuent de s'organiser pour venir en aide aux centaines de per-sonnes sinistrées.

SD : Sept personnes ont été tuées, des dizaines d'autres blessées, et les dégâts matériels sont très importants. Des bâtiments, des églises et des maisons se sont écroulés.

FB : Il faut leur trouver des abris alors qu'il fait un froid glacial. C'est ce qu'explique Nora Peter, porte-parole de la Croix Rouge, qui vient d'arriver sur place. Des propos recueillis par Étienne Bouche.

La situation est très mauvaise, une grande partie de la ville de Petrinja a été tou-chée. De nombreux bâtiments historiques se sont écroulés. L'électricité et l'eau ont été coupées, elles ont finalement pu être rétablies. Mais le plus gros problème c'est que les gens ont dû quitter leur maison, le nombre de sinistrés ne cesse d'augmen-ter. Ce vendredi nous allons ouvrir une autre école pour les accueillir, car certains sont encore sous des tentes, d'autres dans des hôtels, ou ont pu s'abriter chez des proches. Beaucoup veulent rester près de chez eux pour continuer à s'occuper de leurs animaux, mais ils se rendent compte qu'il fait vraiment très froid la nuit ici, du coup ils nous sollicitent pour se mettre à l'abri. Les gens ont encore très peur qu'il y ait de nouvelles secousses, car il y en a eu plusieurs depuis mardi, mais on ne peut pas être sûr que ce soit fini.

FB : Demain samedi les autorités croates ont décrété une journée de deuil national. C'est dans cette actualité que s'est opéré le passage à l'an 2021.

SD : Affluence ultra réduite sur Times Square à New York, Champs-Élysées déser-tés à Paris : de nombreux pays du monde ont mis la sourdine aux célébrations du Nouvel An.

FB : Des plages quasiment vidées à Rio de Janeiro, les éboueurs de la célèbre Co-pacabana, ont eu l'agréable surprise d'avoir 89% d'ordures à collecter en moins que lors du réveillon de 2020.

SD : Ils n'ont ramassé que 39 tonnes de déchets sur la plage après un réveillon si-lencieux, soit bien moins que les 351 tonnes collectées l'année dernière.

FB : Les nouvelles vagues épidémiques ont contraint des milliards de personnes à célébrer le passage au Nouvel An dans l'intimité. En espérant que l'année 2021 voient la fin des restrictions voire des confinement. Meilleurs vœux à tous.

Article publié le 01/01/2021

RFI - Radio France Internationale