Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 25/07/2020 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sébastien Duhamel, bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l'actualité ce soir : en Chine les employés du consulat américain de Chengdu plient bagage. C'est-à-dire qu'ils quittent les lieux, conformément à un ordre de Pékin. Cela en réponse à la décision des États-Unis d'évacuer le consulat chinois de Houston. À nouveau une forme de guerre froide entre la Chine et les États-Unis.

SD : « Aucun pays n'est épargné ». Le message de l'Organisation mondiale de la santé alors que la pandémie de coronavirus repart à la hausse. Dans ce Journal en français facile nous irons au Vietnam où pour la première fois depuis plus de trois mois un homme a été contaminé sans avoir voyagé.

RA : Et puis en France, des mesures pour lutter contre l'insécurité. Le Premier ministre Jean Castex était dans la ville de Nice et il a plusieurs annonces. Tous les détails à la fin de cette édition.

-----

SD : En Chine l'heure est au déménagement au consulat américain de Chengdu.

RA : Hier la Chine a donné l'ordre de fermer le consulat. C'est une mesure en représailles à une décision des États-Unis prise cette semaine, d'évacuer le consulat chinois de Houston. Entre les États-Unis et la Chine cela ressemble de plus en plus à une guerre froide aujourd'hui, allusion à la situation dans le monde après la Seconde Guerre mondiale où l'on assistait à une confrontation entre les Occidentaux et l'URSS. Plus de 70 ans plus tard les États-Unis et la Chine s'accusent mutuellement d'espionnage. Pourtant la réalité semble être tout autre quand on observe de près les activités du consul américain de Chengdu. C'est un homme parlant un chinois très correct, et n'hésitant pas à entonner des chansons populaires chinoises avec sa femme et ses enfants. Correspondance de Simon Leplâtre.

Le consul le plus populaire de Chine est devenu l’ennemi public numéro un, il n’y a pas si longtemps le consul de Chengdu et sa femme étaient connus pour ce genre de performances. Le consul américain savait donner de la voix, tandis que sa femme, taiwanaise, était une chroniqueuse culinaire respectée. Mais ça, c’était avant, avant que les tensions politiques entre la Chine et les États-Unis ne l’emporte sur les efforts de rapprochement entre les peuples effectués par des diplomates locaux. Après la fermeture du consulat chinois de Houston, ordonnée par les États-Unis qui l’accuse d’être une « plaque tournante de l’espionnage », la Chine a riposté en ordonnant la fermeture du consulat américain de Chengdu. Aujourd’hui, une petite foule était rassemblée, et des millions d’internautes chinois ont regardé le live streaming de l’évacuation, qui montrait notamment le démontage de l’insigne américain cet après-midi. Sur le compte Weibo de la femme du consul, les messages admiratifs ont laissé place aux insultes des nationalistes. Simon Leplâtre Shanghai, RFI.

SD : En Asie, mais également partout dans le monde où la pandémie de coronavirus repart à la hausse.

RA : C'est le constat de la Corée du Sud qui a annoncé ce samedi son bilan le plus élevé depuis près de quatre mois, avec 113 nouveaux cas. Le Vietnam annonce pour la première fois depuis près de 100 jours un cas localement transmis, c'est-à-dire un homme contaminé sans avoir voyagé. On va s'intéresser à la situation du Vietnam dans la lutte contre la pandémie de coronavirus car jusque-là le pays présentait des statistiques impressionnantes avec 0 décès et 416 cas positifs. A Ho Chi Minh Ville pour RFI, Frédéric Noir.

C’est à l’issue d’un 5e test, revenu positif ce matin, que le gouvernement s’est résolu à l’annoncer l’officiellement : un homme de 57 ans qui n’avait pas quitté la ville de Danang depuis près d’un mois, a été contaminé par le virus. Mais les autorités locales, alertées depuis hier, ont déjà isolé près de 50 personnes avec lesquelles cet homme avait été en contact. C’est une très mauvaise nouvelle pour le Vietnam, qui s’apprêtait – sous conditions – à ré-autoriser certains vols internationaux. Pour l’instant, seuls certains experts étrangers sont autorisés à rentrer dans le pays, sous réserve qu’ils se soumettent à une période obligatoire de 2 semaines de quarantaine, en général dans des camps gérés par l’armée. Pour l’heure, personne ne sait comment cet homme, qui a récemment participé à un mariage, a pu être contaminé alors qu’il n’a pas quitté sa ville. Certains craignent désormais que le virus n’ait continué à circuler dans le pays sans que les autorités ne s’en rendent compte. En mars dernier, 6 habitants de Danang avaient déjà été déclarés positifs suite à la visite du porte-avion américain Theodore Roosevelt qui a par la suite signalé de nombreux cas à bord. La presse vietnamienne pointe également du doigt des travailleurs de nationalité chinoise, arrêtés par la police dans un hôtel, alors qu’ils étaient entrés illégalement dans le pays. Frédéric Noir, Ho Chi Minh Ville, RFI.

RA : Et ce samedi dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le message de l'Organisation mondiale de la santé, « aucun pays n'est épargné » par la résurgence de la pandémie rappelle l'OMS dans un communiqué. Enfin l'image de Jaïr Bolsonaro aujourd'hui, le Président brésilien testé positif il y a 18 jours. Il a posté aujourd'hui une photo sur les réseaux sociaux où on le voit le pouce levé, annonçant sa guérison, avec à ses côtés une boite d'hydroxy chloroquine, ce médicament plusieurs fois prouvé inefficace contre le Covid-19.

SD : Et puis l'inquiétude toujours plus forte concernant la liberté de la presse en Hongrie.

RA : Une décision fait beaucoup réagir, l'annonce de la démission de la quasi-totalité des journalistes du principal site d'information indépendant du pays. Ils entendent ainsi soutenir leur rédacteur en chef licencié deux jours plus tôt. Licenciement, selon eux, sous la pression de proches du gouvernement de Viktor Orban. Le site en question s'appelle Index et il s'agit d'une rare voix critique envers le pouvoir hongrois. Écoutez les inquiétudes de Balazs Csekö, journaliste hongrois indépendant basé en Autriche.

« C’est une perte immense pour la Hongrie, pour la liberté de parole en Hongrie, Index était le portail d’information le plus populaire. Il n’appartenait pas à l’opposition, au gouvernement non plus, ce n’était pas un outil de propagande. C’était un média indépendant très respecté. Celui de toute une génération. Quand on veut les dernières infos sur la Hongrie, ça fait 20 ans qu'on se tourne vers Index. Moi par exemple vous voyez j’ai 34 ans, et j’ai aussi grandi avec Index. On ne sait pas ce que va devenir le nom de domaine mais c'est sûr il n'aura pas d'équivalent. Et c'est très clairement une nouvelle action du gouvernement pour essayer d’éliminer les médias indépendants qui pourraient représenter une certaine menace ou du moins un risque pour le gouvernement. Regardez les élections d’octobre dernier : le parti Fidesz a obtenu des résultats très faibles, l’opposition a remporté la mairie de Budapest. Et évidement Orban essaye de réduire les risques pour son pouvoir. Ces temps-ci, les gens critiques à l’égard du pouvoir ne sont pas les bienvenus dans la Hongrie de Viktor Orban. »

RA : Balazs Csekö, journaliste hongrois indépendant basé en Autriche.

SD : RFI 22h08 à Paris. Dans l'actualité français le Premier ministre était à Nice aujourd'hui.

RA : Dans cette ville du sud-est du pays où a eu lieu en début de semaine une fusillade en plein jour, devant un supermarché. Jean Castex était accompagné du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin et du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. Et pour montrer sa détermination à lutter contre l'insécurité Jean Castex a fait plusieurs annonces. Alexis Bédu.

La plus emblématique : c’est la forfaitisation des délits d’usage de stupéfiants. Je cite Jean Castex pour lutter « contre les points de vente qui gangrènent les quartiers ». Une amende forfaitaire de 200 euros pourra être établi directement par les policiers. Cette mesure doit aider les forces de l’ordre à « appliquer une sanction sans délai ». Le Premier ministre a également annoncé la création de 150 emplois supplémentaires fin 2020 pour « renforcer l’action pénale de proximité ». La justice a été trop longtemps délaissé a-t-il dit. Concernant Nice qui connaît un regain de violence ces dernières semaines dans certains quartiers. Le Premier ministre a annoncé le déploiement immédiat de 60 policiers supplémentaires. Une expérimentation sera également menée : l’élargissement des compétences de la police municipale. Un combat cher au maire Les Républicains de Nice Christian Estrosi. Aucun détail pour l’instant quand à ces nouvelles compétences mais Jean Castex l’a dit, usant une fois de plus d’un terme qui revient comme une marotte à chacune de ses sorties : « la sécurité c’est d’abord la proximité ».

SD : Enfin on termine ce Journal en français facile en musique.

RA : Le son de la guitare du britannique Peter Green, membre fondateur du groupe Fleetwood Mac. Il est mort dans son sommeil à l'âge de 73 ans. Il avait quitté le groupe en 1970 en raison de graves problèmes psychologiques

Article publié le 25/07/2020

RFI - Radio France Internationale