Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 17/11/2020 20h00

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris 20h en TU.
Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphryrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Romain, bonsoir à toutes et à tous.

RA : À la Une ce soir, la barre des 2 million de cas de coronavirus franchie aujourd'hui en France. Le Premier ministre Jean Castex pourrait rouvrir les commerces dans dix jours. Nous évoquerons également les mauvais chiffres d'Easyjet, la compagnie aérienne britannique frappée de plein fouet par la crise.

ZK : Le bilan de l'ouragan Iota en Amérique centrale. Dans certaines zones, presque la totalité des bâtiments ont été détruits. L'ouragan a perdu de sa puissance et se trouve désormais en catégorie 1.

RA : Dans cette édition également, la Hongrie à nouveau mauvaise élève de l'Union européenne : le Conseil de l'Europe dénonce le manque d'engagement de Budapest dans la lutte contre la corruption. C’est la première période et la Suède mène 1-0.

ZK : Et puis du football, l'équipe de France accueille la Suède dans le cadre de la Ligue des Nations.

-----

ZK : La pandémie de coronavirus et de nouveaux chiffres-clés annoncés aujourd'hui.

RA : Deux chiffres à retenir d'abord l'Europe qui passe la barre des 15 millions de cas recensés selon l'Agence France presse. Et parmi ces 15 millions de cas, 2 millions se trouvent en France, c'est l'autre chiffre du jour. La France qui est toujours confinée, on apprend ce soir que le Premier ministre Jean Castex n'exclut pas une réouverture des commerces à partir du 27 novembre donc dans dix jours, c'est le porte-parole du gouvernement qui l'annonce. Et puis autre information en France, le président Emmanuel Macron devrait s'exprimer en milieu de semaine prochaine pour évoquer les étapes du déconfinement.

ZK : Cela nous amène à évoquer les conséquences économiques de la crise sanitaire.

RA : Avec ce mardi, les résultats de la compagnie aérienne britannique Easyjet, qui pour la première fois se trouve dans le rouge. On dit d'une entreprise qu'elle est dans le rouge quand ses pertes deviennent très importantes. C'est donc le cas d'Easyjet qui a perdu cette année plus d'un milliard 100 millions d'euros. Mais malgré ce résultat la compagnie veut rester optimiste, Ariane Gaffuri.

Easyjet avait prévenu en octobre dernier qu’elle subirait les pertes les plus importantes de son histoire. Cette année, et malgré la reprise de l’activité cet été, la compagnie a transporté environ 48 millions de passagers. C’est deux fois moins qu’en 2019. Ses recettes s’élèvent à seulement 3 milliards 300 millions d’euros, cette année. Johan Lundgren, le patron du transporteur britannique, assure toutefois que son entreprise a « non seulement résisté aux conséquences de la pandémie », mais qu’elle dispose « de fondations sans pareilles pour émerger forte de la crise ». Il faut dire qu’Easyjet a taillé dans ses dépenses et a licencié 4 500 personnes, soit près d’un tiers de ses effectifs. De plus, l’entreprise compte vendre onze avions A320 pour 145 millions d’euros, histoire de renforcer sa trésorerie. Fort de tout cela, et même si l'entreprise ne pense pas voler à plus de 20% de sa capacité au premier trimestre 2021, elle se dit prête à accélérer la cadence dès que la demande reviendra. Même si l’hiver s’annonce difficile, la perspective d’un vaccin accessible prochainement met un peu de baume au cœur à ce secteur sinistré.

RA : Ariane Gaffuri.
Et l'un des projets de vaccin justement objet de discussions. Il s'agit du vaccin de la société américaine Moderna que l'on évoquait hier dans le Journal en français facile, ce mardi, le patron de Moderna a mis la pression sur les Européens pour qu'ils achètent des doses de ce vaccin, le prolongement des négociations risque de ralentir les livraisons prévient Moderna.

ZK : En Amérique centrale, c'est la désolation après le passage de l'ouragan Iota.

RA : L'ouragan a touché terre la nuit dernière dans le nord du Nicaragua, il s'est ensuite étendu à plusieurs pays d'Amérique centrale. Ce soir, il perd de sa puissance il a été rétrogradé en catégorie 1 alors qu'il se trouvait en catégorie 5 - rétrogradé cela veut dire qu'il est passé de la catégorie 5 à la catégorie 1. Et effectivement dans les zones sinistrées, c'est l'heure du bilan. Par exemple, sur l'île de la Providence rattachée à la Colombie et où vivent environ 5 000 habitants, 98% des bâtiments seraient détruits. La région qui avait déjà été touchée par un ouragan, du nom d'Eta, c'était il y a deux semaines. À Genève, l'Organisation météorologique mondiale avoue qu'elle a du mal à trouver les mots pour décrire l'ampleur du phénomène. La correspondance de Jérémie Lanche.

Des vents dévastateurs soufflant à plus de 250 kilomètres par heure, jusqu'à 700 millimètres de précipitations par endroits, dans une zone déjà complètement inondée. Des crues soudaines et mortelles. Iota est officiellement l'ouragan le plus violent de la saison dans l'Atlantique. C'est aussi le plus tardif dit Clare Nullis, la porte-parole de l'Organisation météorologique mondiale : « C'est un record, dans tous les sens du terme. Iota est la 30e tempête tropicale de la saison dans l'Atlantique. Nous sommes normalement à un moment de l'année où ce genre de phénomènes est en train de diminuer. Mais ce n'est pas le cas. C'est même la première fois que nous voyons deux ouragans majeurs se produire au mois de novembre. » Iota suit pour le moment la même trajectoire que l'ouragan Eta. Menaçant des millions de personnes au Nicaragua et au Honduras. Mais même après Iota, ces populations ne seront pas encore à l'abri d'un autre cataclysme. Aux États-Unis, le Centre national des ouragans estime qu'il y a encore 40% de chances que la zone connaisse un nouvel ouragan dans les cinq prochains jours. Jérémie Lanche, Genève, RFI.

RA : Et ce soir, l'ouragan Iota progresse au Nicaragua et à l'approche du Honduras, mais il est beaucoup moins puissant.

ZK : Et la Hongrie à nouveau pointée du doigt en Europe.

RA : Hier, dans le Journal en français facile, on évoquait le veto, c'est-à-dire l'opposition de la Hongrie et de la Pologne au budget de l'Union européenne car les deux pays refusent que les subventions soient conditionnées au respect de l'état de droit. Aujourd’hui, c'est l'un des organes du Conseil de l'Europe qui s'élève dans un rapport et dénonce le manque d'action de la Hongrie contre la corruption. Explications Béatrice Leveillé.

Les actions menées par les autorités hongroises pour lutter contre la corruption des parlementaires, des juges et des procureurs restent « globalement insatisfaisantes » selon le Greco, le Groupe d'États contre la corruption. Le Greco est l'organe du Conseil de l'Europe qui regroupe 49 États dont les États-Unis. Il veille au respect des normes anticorruptions et constate cette année encore que la Hongrie n’a fait aucun progrès. Le Greco appelle Budapest à introduire des règles pour régir les relations entre les parlementaires et les lobbyistes. Des parlementaires qui ne sont toujours pas obligés de déclarer des conflits d'intérêts et même de déclarer leur patrimoine. Le rapport encourage également la Hongrie à réduire le périmètre de leur immunité parlementaire. En ce qui concerne les juges, c’est plus simple, « aucun progrès n'a été enregistré ». Les procureurs jouissent encore d’une trop large immunité. La corruption est avérée à tel point que les États-Unis ont interdit à plusieurs fonctionnaires hongrois l'entrée sur leur territoire ces dernières années.

RA : Béatrice Leveillé.

ZK : Un mot de sport à présent. En football, l'équipe de France actuellement sur la pelouse.

RA : C'est la 6e et dernière journée des phases de groupe de la Ligue des Nations, la France accueille la Suède. Pas de grand enjeu pour les Bleus qui sont déjà qualifiés pour la phase finale depuis leur victoire au Portugal le week-end dernier. Mais pas question de laisser filer la rencontre, le sélectionneur a aligné son équipe type, son équipe classique. On retrouve en direct du Stade de France Antoine Grognet. Antoine, on joue actuellement la première période et l'équipe de France a égalisé 1 but partout.

(Transcription manquante)

RA : Antoine Grognet en direct du Stade de France. On vous retrouve dans le prochain journal pour suivre l'évolution du score de ce match entre la France et la Suède.

ZK : Et puis un petit mot de tennis, troisième journée du Masters de Londres ce mardi.

RA : Avec la défaite du numéro 2 mondial Rafael Nadal contre l'Autrichien Dominic Thiem, le tournoi n'est pas pour autant terminé pour l'Espagnol car ce sont deux groupes qui s'opposent au Masters, Nadal aura donc une dernière chance dans deux jours face au Grec Stéfanos Tsitsipas.

C’est la fin du Journal en français facile. Il est 21h10, ici, à Paris.

Article publié le 17/11/2020

RFI - Radio France Internationale