Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 11/11/2020 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI il est 21h à Paris 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une ce soir : à Hong Kong le départ des députés pro-démocratie. Ils ont tous annoncé leur prochaine démission suite à cette décision du Parlement chinois. Décision dénoncée à l'étranger par Londres ou encore Berlin.

SB : En France l'entrée de Maurice Genevoix au Panthéon. Cet écrivain grièvement blessé pendant la Première guerre mondiale. C'était le temps fort des commémorations ce mercredi de l'armistice du 11 novembre 1918.

RA : Et puis du football ce soir. L'équipe de France reçoit la Finlande en match amical. Coup d'envoi dans 10 minutes, nous irons au Stade de France à la fin de cette édition.

-----

SB : Et on commence par cette décision brutale à Hong Kong.

RA : Tous les députés pro-démocratie (qui s'opposent donc à la mainmise de la Chine) ont annoncé leur prochaine démission. C'est une décision en signe de solidarité, car un peu plus tôt dans la journée, quatre députés pro-démocratie avaient été démis de leur mandat (donc poussés à démissionner). La raison une résolution adoptée par le Parlement chinois qui permet à l'exécutif de Hong Kong d'exclure tout élu qui mettrait en danger la sécurité nationale ou bien soutiendrait l'indépendance de Hong Kong.Heike Schmidt.

Tous les 15 députés pro-démocratie restants claquent la porte du parlement local en signe de solidarité – et pour protester contre l’exclusion de quatre élus de leur camp. Le couperet était tombé quelques instants après le feu vert venu de Pékin. Les quatre députés perdent leur mandat avec effet immédiat et sans la moindre procédure judiciaire. Leur tort : Ils avaient appelé les États-Unis à sanctionner les autorités hongkongaises, responsables selon eux de violations des droits de l’Homme. Ces exclusions sont « constitutionnelles, légales, raisonnables et nécessaires », a estimé Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif, toujours là pour prêter main forte à Pékin déterminé à porter un coup fatal au mouvement pro-démocratie. Ce mouvement est aujourd’hui au plus mal, suite à l’adoption d’une loi sur la sécurité nationale, qui criminalise la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères. Loin de se résigner, le désormais ex-député Dennis Kwok a déclaré : « Si le respect des procédures, la protection des systèmes et la lutte pour la démocratie et les droits de l’Homme entraînaient une exclusion, ce serait un honneur pour moi ».

RA : Et la démission collective des députés pro-démocratie de Hong Kong a vivement fait réagir à l'étranger ce mercredi. Évoquant la décision du Parlement chinois qui est à l'origine de l'action de ces députés, le Royaume-Uni a dénoncé une nouvelle attaque contre l'autonomie de Hong Kong (qui par ailleurs est une ancienne colonie britannique. Une décision qui « sape le pluralisme » estime l'Allemagne (c'est-à-dire qui détruit le pluralisme, donc le fait que plusieurs mouvements soient représentés).

SB : Ce sera l'un des grands dossiers de politique étrangère du futur Président américain Joe Biden : le dossier iranien.

RA : On sait que le Président sortant Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord sur le nucléaire qui avait été conclu en 2015. Hé bien ce mercredi le président iranien a dit que la voie était ouverte pour un retour des États-Unis dans cet accord. À Téhéran pour RFI Siavosh Ghazi.

C'est un message très clair du président iranien a l'égard du nouveau président américain Joe Biden, qui avait affirmé lors de sa campagne électorale qu'il voulait réintégrer l'accord nucléaire de 2015 conclu entre l’Iran et les grandes puissances. « Ce nouveau monsieur qui est arrivé récemment a affirmé dès le début qu'il voulait réintégrer l'accord nucléaire. Nous sommes dans l'accord nucléaire et nous ne l'avons pas quitté. S'ils veulent agir selon leur devoir, ils peuvent ou non choisir un nouveau chemin. La voie reste ouverte. Elle n'est pas fermée. » Ce nouveau message intervient alors que ces derniers jours les responsables iraniens ont multiplié les déclarations positives à l'égard de la nouvelle administration américaine. Téhéran espère un retour des États-Unis au sein de l'accord nucléaire et surtout un assouplissement des sanctions américaines qui étouffent l'économie du pays depuis trois ans. Le président sortant Donald Trump a quitté l'accord nucléaire en 2018 et a imposé depuis de très lourdes sanctions contre Téhéran. Siavosh Ghazi Téhéran RFI.

SB : Dans la lutte contre le coronavirus, la course au vaccin se poursuit.

RA : L'excitation est importante après l'annonce d'un vaccin efficace à 90% selon les résultats préliminaires d'un essai en cours. Aujourd’hui la Commission européenne a annoncé un contrat avec les deux laboratoires à l'origine de ce vaccin, l'un est américain l'autre est allemand, pour en acheter jusqu'à 300 millions de doses. Rien ne dit que ce sera le vaccin contre le coronavirus, la course se poursuit, ce mercredi le Brésil a annoncé la reprise des essais cliniques d'un vaccin développé par un laboratoire chinois, il avait été suspendu suite à la mort d'un volontaire. La pandémie de coronavirus qui continue de progresser et en premier lieu en Europe. Situation « très, très inquiétante » affirme la directrice du Centre européen de contrôle des maladies. Avec notamment le cap des 50 000 morts qui a été franchi ce mercredi au Royaume-Uni. Face à cela les re-confinements continuent, depuis ce mercredi la Hongrie impose un confinement partiel censé durer au moins 30 jours. 

SB : Et puis ce mercredi avaient lieu les commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918.

RA : Un armistice c'est un texte qui met fin à un conflit, l'armistice de 1918 a mis fin à la Première Guerre mondiale celle que l'on surnomme la Grande Guerre. Ces commémorations sont marquées en France par l'entrée au Panthéon de Maurice Genevoix. Le Panthéon c'est un monument de Paris qui accueille les dépouilles des hommes et femmes ayant marqué l'Histoire. C'est donc le cas de l'écrivain Maurice Genevoix, auteur d'une des œuvres les plus importantes consacrées à la Première Guerre mondiale et grièvement blessé pendant le conflit. Son portrait avec Catherine Fruchon-Toussaint.

Il était encore étudiant, quand à 24 ans, Maurice Genevoix est mobilisé et envoyé sur le front de la Meuse. Là, avec son bataillon il endure la guerre sale : la boue des tranchées, le sang des soldats, les orages d'acier comme on nomme les bombardements allemands, toute « cette farce démente » comme il l'écrira plus tard. Blessé en 1915, cloué sur un lit d'hôpital pendant 7 mois, il prend des notes, raconte ce qu'il a vu, entendu. En 1916, il publie Sous Verdun récit ultra réaliste et enchaine avec Nuit de Guerre en 1917 plus trois autres livres implacables après la fin de la guerre, qui seront rassemblés sous le titre Ceux de 14, témoignage magistral du courage des hommes au combat. En 1925, Maurice Genevoix est couronné par le prix Goncourt pour son roman Raboliot qui lui est un hymne à la liberté à travers le portrait d'un braconnier. Membre de l'académie française jusqu'en 1973, l'écrivain qui s'est retiré loin de Paris se tourne vers une littérature qui célèbre la nature, les animaux et la vie simple. À sa mort en 1980, après avoir été l'auteur du bruit et de la fureur, il est salué comme le premier conteur écologiste.

RA : Et ce soir à l'occasion de l'entrée au Panthéon de Maurice Genevoix, le président Emmanuel Macron a célébré le « courage français ». « Avec Maurice Genevoix, entre au Panthéon un destin républicain, une existence française », a déclaré le Chef de l'État dans son discours.

SB : En sport, l'équipe de France de football sur le terrain ce soir.

RA : Les Bleus accueillent la Finlande en match amical, la rencontre sera à suivre dans les journaux de RFI avec Antoine Grognet en direct du Stade de France, Antoine le coup d'envoi du match est imminent, dans les prochaines minutes.

[Transcription manquante]

RA : Antoine Grognet en direct du Stade de France pour RFI.

Article publié le 11/11/2020

RFI - Radio France Internationale