Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 07/09/2020 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, c'est l'heure de votre Journal en français facile. Présenté en compagnie de William de Lesseux, bonsoir William.

William de Lesseux : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l'actualité ce soir : Alexeï Navalny va mieux. L'opposant russe est sorti du coma artificiel selon les médecins de l'hôpital allemand où il se trouve. Rappelons que Berlin affirme qu'Alexeï Navalny a été victime d'un empoisonnement.

WDL : En France, la lutte contre le séparatisme. C'est l'un des chantiers sécuritaires du gouvernement. Un projet de loi sera présenté à l'automne. Les grandes lignes ont été dévoilées aujourd'hui, et le texte prévoit notamment la création d'un contrat d'engagement sur la laïcité pour toutes les associations.

RA : Et puis à la fin de ce Journal en français facile vous entendrez la voix de la soprano Christiane Eda-Pierre. Originaire de Martinique. Elle est décédée à l'âge de 88 ans.

------

WDL : On commence donc par ces nouvelles encourageantes concernant Alexeï Navalny.

RA : On ne peut pas parler de bonnes nouvelles car la santé de l'opposant russe reste très faible mais ce sont des nouvelles qui donnent de l'espoir : Alexeï Navalny est sorti du coma artificiel. Rappelons que selon l'Allemagne où il se trouve, Alexeï Navalny a été victime d'un empoisonnement. C'est l'hôpital où il est soigné qui a fait le point sur son état de santé, l'hôpital universitaire de Berlin. Les précisions dans la capitale allemande de Nathalie Versieux.

Les médecins ont sorti Alexeï Navalny du coma artificiel dans lequel il avait été plongé après un malaise dans l'avion le 20 août dernier. « Il réagit quand on lui parle et va cesser par étapes d'être sous respirateur artificiel » ont indiqué ses médecins, en accord avec l'épouse de l'opposant russe, convaincue que la communication sur l'état de santé de Navalny va dans le sens de son combat politique. Son état de santé s'améliore donc. Il n'est pourtant pour l'instant pas possible de dire si le patient conservera des séquelles sur le long terme à la suite de ce lourd empoisonnement, ont précisé ses médecins. Un laboratoire spécialisé de la Bundeswehr avait conclu la semaine dernière à un empoisonnement au novitchok, une substance classée comme arme chimique développée dans les années 70 par l'Union soviétique. L'affaire met en péril l'achèvement du gazoduc Nord Stream 2, qui doit permettre d'alimenter l'Europe en gaz russe. Nathalie Versieux Berlin RFI.

RA : Et à noter ce lundi la position de Londres dans ce dossier : les autorités britanniques ont convoqué l'ambassadeur de Russie au Royaume-Uni. Londres qui se dit « soulagé » de la sortie du coma d'Alexeï Navalny.

WDL : Protestation après le verdict final dans l'affaire Khashoggi.

RA : Le journaliste Jamal Khashoggi, critique du régime saoudien, assassiné en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, son corps découpé en morceaux. Aujourd'hui un tribunal de Riyad la capitale saoudienne a annulé les peines capitales qui avaient été prononcées pour le meurtre de Jamal Khashoggi alors qu'en décembre dernier 5 Saoudiens avaient été condamnés à mort, ces peines sont donc annulées. Dans le verdict final cinq prévenus sont condamnés à 20 ans de prison. Trois autres à des peines allant de 7 à 10 ans. La rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions sommaires dénonce une « parodie de justice ». La fiancée de Jamal Khashoggi parle d'une « farce ».

WDL : D'autres décisions de justice qui font polémique : cela se passe en Iran.

RA : Voilà l'histoire de deux étudiants, ils sont en prison depuis 5 mois. Et selon la sœur de l'un des deux, ils auraient été soumis à un choix par les forces de sécurités iraniennes : soit plaider coupable et écoper de la prison à vie, soit être condamné à mort. Retour sur cette affaire avec Oriane Verdier.

Ali Younessi à 20 ans tout comme son ami AmirHossein Moradi. Tous deux sont de brillants étudiants de l'Université Sharif. Ils ont été arrêtés le 10 avril dernier. La sœur d'Ali Younessi décrit alors le visage en sang de son frère. Les deux garçons sont ensuite placés à l'isolement pendant deux mois dans la prison d'Evin. Ils sont accusés sans preuve d'entretenir des liens avec l'Organisation des Moudjahidine du peuple. Au sortir de l'isolement Ali Younessi rejette ces accusation et exige que son cas ne soit plus géré par le ministère des renseignements mais par une cour de justice ordinaire afin dit-il de pouvoir se défendre. Les deux étudiants sont toujours détenus dans la prison d'Evin sous le contrôle des gardiens de la révolution. Selon la sœur d'Ali Younessi, leurs interrogateurs tentent depuis trois semaines de leur imposer une confession télévisée. Ils écoperaient d'une peine de prison à vie mais éviteraient la peine de mort. Le visage de ces deux hommes s'affiche aujourd'hui aux côtés de ceux de milliers d'autres prisonniers politiques sur les réseaux sociaux. Parmi eux notamment Navid Afkari manifestant et sportif de renom condamné à la peine de mort et à 74 coups de fouet après avoir avoué sous la torture, et l'avocate Nasrin Sotoudeh en grève de la faim depuis un mois pour dénoncer les conditions de détentions des prisonniers politique.

WDL : Dans l'actualité africaine, la Cedeao qui fait à nouveau pression sur les militaires au pouvoir.

RA : Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest étaient réunis aujourd'hui lors d'un sommet à Niamey au Niger. Ils demandent qu'un président civil de transition soit nommé d'ici le 15 septembre prochain. Rappelons qu'il y a près de trois semaines le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par un coup d'État mené par des militaires, et ces derniers proposent une transition de deux ans sous la conduite d'un militaire. Ce qui n'est donc pas ce que souhaite la Cedeao.

WDL : Dans l'actualité française la lutte contre le séparatisme.

RA : On parle de séparatisme lorsqu'une communauté ne respecte plus les lois de la République au profit de valeurs religieuses, culturelles, ou sexuelles. Cet automne une loi sur le sujet devrait voir le jour, c'était une promesse du Président Emmanuel Macron. Et déjà on connait les grandes lignes de ce texte qui sera porté par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Précisions Alexis Bédu.

« Pas un euro d’argent public ne doit aller aux associations qui sont les ennemis de la République ». Gérald Darmanin le ministre de l’Intérieur donne le ton. Aucune subvention ne sera versée aux associations ne respectant pas ce contrat d’engagement comprenant respect de l’égalité hommes-femmes. Laïcité, et liberté de conscience. Une façon de lutter contre ces associations étiquetées comme « communautaristes ». Le « séparatisme islamiste » est dans la ligne de mire du gouvernement. La loi permettra de répondre juridiquement sur certains faits. Comme par exemple fermer une chaine Youtube prêchant des appels à la haine. Autre mesure : l’interdiction et la pénalisation des certificats de virginité. Encore exercé par certains médecins cette pratique consiste à certifier qu’une femme est vierge pour permettre un mariage religieux. Enfin le gouvernement envisage de rendre les naturalisations plus « solennelles ». Diffusion d’un film sur les valeurs de la République. Marseillaise chantée par une chorale… Des symboles pour une loi très politique. Emmanuel Macron étant régulièrement taxé de laxisme sur ces questions de sécurité.

WDL : Enfin c'est une grande voix de la Martinique qui s'est éteinte.

RA : La soprano Christiane Eda-Pierre est décédée à l'âge de 88 ans. Soprano, dans un orchestre, c'est la voix la plus élevée, la plus « aigue » pourrait-on dire. Elle a chanté dans les plus grandes maisons d'opéra, de Paris à New York en passant par Londres ou Vienne. Elle a été la première cantatrice française noire à faire une carrière internationale d'envergure. Retour sur cette carrière, en musique, avec Carmen Lunsmann.

Pour Christiane Eda-Pierre, la musique c'est une histoire de famille. Avec une grand-mère organiste et un grand-père flûtiste, elle s'initie à l'âge de 7 ans au piano auprès de sa mère. Suivant les traces de sa tante, première femme noire à étudier à la Sorbonne et militante de la cause noire, la jeune Martiniquaise part à Paris à 17 ans pour intégrer le Conservatoire d'où elle sort trois ans plus tard avec trois premiers prix en chant lyrique. Moins d'un an après, elle fait ses débuts à Nice, puis se distingue dans le prestigieux festival d'Aix-en-Provence avant d'entamer, à partir de 1966, une carrière de plus en plus internationale qui l'amène à Vienne, Lisbonne, Londres et New York. De la musique baroque aux œuvres contemporaines -avec une prédilection pour Mozart- Christiane Eda-Pierre vole de triomphe en triomphe. Elle côtoie les plus grands artistes de son époque - du metteur en scène français Patrice Chéreau au ténor italien Luciano Pavarotti ; avec cet engagement en particulier la défense des artistes noirs dans tous les arts.

RA : Et on termine ce Journal en français facile avec ce duo entre Christiane Eda-Pierre et Luciano Pavarotti, issu de l'opéra intitulé « Rigoletto » qui attira 250 milles spectateurs à Central Park à New York, en 1980.

Article publié le 07/09/2020

RFI - Radio France Internationale