Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 05/05/2020 20h00

Transcription

Fanny Bleichner : Vous écoutez RFi il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. À la une de l'actualité ce soir : 
- la vie qui reprend doucement en Italie. Notre envoyée spéciale Pauline Gleize est à Bergame, dans le nord du pays, ville particulièrement touchée par l'épidémie de coronavirus. Les habitants y retrouvent certaines libertés mais restent prudents.
- en Allemagne aussi le déconfinement s'accélère. En Bavière particulièrement, c'est plus grand État du pays et les restaurants vont y rouvrir dès la fin du mois de mai. 
- de nouvelles mesures protectionnistes aux États-Unis. L'administration Trump veut limiter les importations de produits comme les réacteurs, les transformateurs et les générateurs. Des produits notamment qui viennent de Chine.
- et puis le coronavirus a fait une nouvelle victime dans le monde de la musique. Dave Greenfield, le claviériste du groupe rock The Stranglers, est mort. Il avait 71 ans. Nous reviendrons en musique sur son parcours à la fin de cette édition.

-----

FB : Cette semaine a comme un goût de retour à la liberté en Italie après deux mois de confinement. Depuis lundi l’activité manufacturière a repris, les restaurants et bars peuvent vendre à emporter et les activités physiques individuelles sont de nouveau autorisées. Les parcs sont aussi rouverts. Dans le nord du pays, l'une des villes les plus touchées, Bergame, revient doucement à la vie. Notre envoyée spéciale Pauline Gleize est sur place. Elle nous décrit l'ambiance dans la ville ce mardi.

C’est très partagé. Dans la ville basse en d’après-midi, l’ambiance était un peu surréaliste, triste. Les avenues paraissent ridiculement larges par rapport au trafic routier, quelques passants traversaient des rues commerçantes sans commerces ouverts ou presque. Au contraire, en début de soirée, les ruelles de la ville-haute, sont assez empruntées et les voix des enfants qui jouent résonnent sur la piazza Vecchia. Les exclamations qui émanent ça et là, rappellent que certains résidents ne se sont pas vus depuis longtemps. Certains dégustent leurs premières glaces d’autre passent commande [à emporter] dans le seul bar ouvert de la place et improvisent un petit apéritif en cercle élargi pour maintenir malgré tout les distances de sécurité. La différence aussi avec le reste de la ville, c’est l’absence de voitures de police qui patrouillent très régulièrement dans la ville-basse. Néanmoins, malgré cet air d’insouciance ce soir, les Bergamasques veulent rester prudents. Si un grand-père était très heureux de revoir ses petits-enfants, d’autres n’iront pas voir leurs proches avant plusieurs jours. De la prudence car ces dernières semaines, le son des sirènes incessantes, resteront graves dans les mémoires, m’a dit une passante. Rappelons que la mortalité a augmenté de 568% en mars à Bergame. Au-delà de la crise sanitaire, ce qui inquiète c’est la crise économique dans cette ville touristique.

FB : L'Allemagne, elle, a été bien moins touchée que d'autres pays européens par le coronavirus, on compte trois fois moins de victimes qu'en France par exemple et le déconfinement y est donc plus rapide. Une réunion est prévue ce mercredi entre la chancelière et les différents États régionaux du pays, pour définir une ligne d'action commune. Mais le plus grand État du pays, la Bavière a déjà annoncé que restaurants et hôtels seraient rouverts dès la fin du mois. Anissa El Jabri revient la façon dont cette région a traversé cette crise. 

Le patient 0 du coronavirus en Allemagne était en Bavière. Premiers signes constatés le 27 janvier 2020 chez un cadre d’une entreprise ayant été en rapport indirect avec la Chine. Le président de la région la plus touchée par l’épidémie, Markus Söder a aussi été le premier à décréter la fermeture des écoles le 13 mars dernier et quelques jours plus tard l’état de catastrophe. Ce géant de 1,94 mètre réaffirme aujourd’hui la tradition de grande autonomie de la Bavière avec ces annonces. Kaiser corona, l’empereur du corona c’est comme ça qu’il a été surnommé ces dernières semaines a aussi vu sa popularité s’envoler avec la crise au même niveau qu’Angela Merkel. Markus Söder est un des prétendants à sa succession, c’est aussi le cas d’un autre baron régional Armin Laschet. Le président de la Rhénanie du nord-Westphalie est une des voix les plus critiques de la chancelière, accusée d’être trop prudente et d’asphyxier l’économie. La course au déconfinement est aussi en Allemagne une course à la succession à la chancellerie.

FB : Le déconfinement s'annonce plus compliqué au Royaume-Uni : c'est désormais le deuxième pays le plus touché au monde par l'épidémie. Plus de 30 000 personnes y sont mortes. Les autorités assurent cependant que le pic de la pandémie est passé. Le gouvernement devrait donc annoncer des mesures pour relancer l'économie dans les jours à venir.

Mais le pays où l'on compte le plus de victimes du Covid-19 restent les États-Unis avec plus de 70 000 morts et l'on pourrait compter 100 000 victimes au mois de juin. Dans ce contexte de crise sanitaire et économique, l’administration américaine a pris de nouvelles mesures protectionnistes. Il s'agit de limiter les importations destinées à son réseau électrique. Une enquête est ouverte afin d’évaluer si des équipements étrangers menacent la sécurité nationale. Et bien sûr c'est la Chine qui est visée nous explique Aabla Jounaïdi.

Ce recours à l’article 232 n’est pas inédit de la part de l’administration Trump. La même arme avait été brandie il y a deux ans contre les importations d’acier et d’aluminium. Cette fois, sont visées les produits tels que réacteurs, transformateurs et générateurs qui permettent la production et le transport de l’électricité en gros. Comme pour tant d’autres produits, les États-Unis dépendent des fabricants chinois. Vendredi dernier, un décret présidentiel a été publié qui limite les importations venant, je cite, d’ « adversaires étrangers ». Comme souvent, le secrétariat au Trésor promet une enquête minutieuse et transparente. Elle peut déboucher sur des restrictions aux importations. La motivation protectionniste est claire. D’ailleurs, AK Steel, le dernier fournisseur américain d’acier destiné à fabriquer les générateurs et autres transformateurs électriques a salué la décision. Néanmoins, pour l’administration, le danger pour la sécurité de ces réseaux critiques est réel. En mars dernier, la NERC, l’organisme continental chargé de la fiabilité du réseau s’est alarmé des nombreuses tentatives de cyber attaques étrangères visant les entreprises du secteur. Attaques facilitées par le contexte de la crise sanitaire.

FB : Toujours aux États-Unis, Donald Trump assure que son gouvernement n'a « rien à voir » avec une tentative d' « invasion » par mer du Venezuela. 15 personnes dont 2 Américains ont en effet été arrêtés pour une tentative ratée « d'invasion » ce sont les mots des autorités vénézuéliennes.

Ce lundi le parquet vénézuélien a accusé le leader de l'opposition Juan Guaido d'avoir recruté des « mercenaires » pour organiser une « invasion » maritime du pays.

La crise du coronavirus n'a pas eu raison de leur projet. Les constructeurs Fiat Chrysler et PSA veulent toujours finaliser leur fusion fin 2020-début 2021. Le groupe italo-américain subit pourtant une lourde perte trimestrielle d'1,7 milliards d'euros. FCA a dû fermer progressivement ses usines dans le monde entier à cause de l'épidémie, elles vont rouvrir progressivement.

Le rock est en deuil. Dave Greenfield est mort à l’âge de 71 ans. Il était le claviériste de The Stranglers. Il a été contaminé par le coronavirus. Edmond Sadaka revient sur son parcours musical.

Dave Greenfield a joué pendant près de 45 ans dans le groupe The Stranglers qu’il avait rejoint en 1975 , l’année de sa formation. Cet orfèvre du clavier s’est vite impose comme un excellent mélodiste. On lui doit notamment le titre Golden Brown paru en 1982. C’est le plus grand succès de la formation. Un titre porté par un air de clavecin très mélancolique. Les autres membres du groupe ne voulaient pas sortir initialement cette chanson qui évoque l'héroïne que les Stranglers avaient décidé de prendre à la fin des années 70 pour devenir plus créatifs. « Sa sorcellerie au clavier était connue du monde entier », écrit aujourd'hui le groupe qui évoque le souvenir d’un Génie musical.

FB : RFI il est 22h et bientôt 10 minutes à Paris, je vous rappelle que ce journal est à retrouver sur notre site savoirs.rfi.fr.

Article publié le 05/05/2020

RFI - Radio France Internationale