Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 06/03/2019 20h00

Transcription

Adrien Delgrange : RFi 21h à Paris, l’heure quotidienne de retrouver votre journal en français facile, je suis ce soir, accompagné de Sylvie Berruet pour vous le présenter. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Adrien, bonsoir à tous.

AD : Au sommaire de ce journal : le Venezuela. L’ambassadeur d’Allemagne à Caracas - Daniel Kriener-  doit quitter le pays « dans les 48 heures », annonce le ministère vénézuélien des Affaires étrangères. Contre une énorme somme d’argent, Carlos Ghosn est libéré ! Libération sous caution de l’ancien PDG de Renault-Nissan, libération très stricte ! À la Une également, au lendemain de l’agression de deux surveillants par un détenu radicalisée, la prison d’Alençon/Condé-sur-Sarthe est toujours bloquée par le personnel pénitentiaire. Enfin, c’est l’un des matchs les plus importants du PSG de ces dernières années, avec à la clé, peut-être, un ticket pour les quarts de finale de la ligue des champions. Le match contre Manchester vient de commencer. Voilà pour les titres, bienvenus à tous.

-----

SB : L’actualité internationale dominée par ce qui se passe au Venezuela. Tout d’abord, nous avons appris que l’ambassadeur d’Allemagne au Venezuela devait quitter le pays.

AD : Il n’est plus le bienvenu. Daniel Kriener est ce qu’on appelle « Personna non grata ». Le représentant de l’Allemagne est prié de quitter le pays « dans les 48 heures », annonce- le ministère vénézuélien des Affaires étrangères. Le pouvoir du président Niclaso Maduro lui reproche d’avoir accueilli, lundi dernier, à l’aéroport de Caracas, l’opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé.

SB : Par ailleurs, toujours au Venezuela, le président Nicolas Maduro a appelé ses partisans à manifester dans 3 jours. Le 9 mars, « quatre ans après » l’annonce de premières sanctions américaines.

AD : Des sanctions qui exacerbent, augmentent la crise au Venezuela, estime pour sa part la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet qui a présenté son rapport sur la situation dans le monde devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

« La situation au Venezuela illustre clairement la manière dont les violations des droits civils et politiques - y compris le non-respect des libertés fondamentales et l’indépendance des institutions clés - peuvent accentuer le déclin des droits économiques et sociaux. Cela montre aussi comment la détérioration rapide de ces conditions économiques et sociales donne lieu à un nombre encore plus grand de protestations, à une répression encore plus grande et à de nouvelles violations des droits civils et politiques. C’est une spirale qui entraîne une accélération de tous ces effets négatifs. Cette situation a été exacerbée par les sanctions et la crise politique, économique, sociale et institutionnelle actuelle qui en résulte est alarmante. Le nombre sans précédent de Vénézuéliens contraints de quitter leurs domiciles et leur pays a aussi de sérieuses conséquences dans l’ensemble de la région. »

AD : Parmi les sanctions américaines appliquées, les États-Unis interdisent de visa américain 77 personnes proches du président vénézuélien, Nicolas Maduro, annonce le vice-président américain Mike Pence.

SB : Un Attentat aujourd’hui en Afghanistan.

AD : 16 morts et 9 blessés dans l’attaque ce matin d’une entreprise située dans l’est du pays à Jalalabad. Il s’agissait d’une attaque suicide suivie d’échange de tirs. L’attentat n’a pas encore été revendiqué. Les précisions de Sonia Ghezali, correspondante de RFI en Afghanistan.

« L’attaque a commencé à 5h du matin heure locale. Elle a duré près de 7 heures. Cinq hommes armés ont lancé l’assaut sur le site de l’entreprise de construction situé dans un district de la province de Nangarhar. Deux se sont fait exploser, les trois autres ont ouvert le feu à l’intérieur des locaux tuant et blessant plusieurs employés de la société EBE s’engageant ensuite dans des échanges de tirs avec les forces de sécurité arrivées sur place. L’entreprise de construction prise pour cible intervient régulièrement dans l’aéroport militaire de Jalalabad, à 20 minutes du centre-ville pour y effectuer des travaux. Un aéroport ou des soldats des forces de l’OTAN sont postés. La capitale du Nangargar avait traversé une longue période d’attaque meurtrière revendiquée par l’EI ou par les talibans il y a plusieurs mois avant de connaître une relative accalmie suite à des renforts des forces de sécurités afghanes envoyées, déployées sur place. La ville est quadrillée par des barrages tenus par des unités spéciales de la police afghane. Cette attaque rappelle que le climat sécuritaire est très volatile dans le pays malgré les discussions qui ont lieu en ce moment à Doha au Qatar entre l’envoyé spécial des États-Unis et les représentants talibans en vue de parvenir à un processus de paix. »

AD : Alors qu’aujourd’hui encore plusieurs milliers d’étudiants ont manifesté en Algérie, contre la 5e candidature du président Abdelaziz Bouteflika. Jy le Drian s’est exprimé sur la situation algérienne. Il faut laisser le processus électoral se dérouler en Algérie, « pays souverain » dont la stabilité est « essentielle », déclare le ministre français des Affaires étrangères.

AD : Et puis dans le pays voisin à l’Algérie, nous avons appris aujourd’hui qu’en Tunisie, les élections présidentielles et législatives auront lieu dans 8 mois : les 6 et 10 novembre prochains, annonce la Commission électorale tunisienne.

SB : La Corée du Nord aurait commencé des travaux de reconstruction d’un site nucléaire.

AD : Ce site de lancement de fusée avait commencé à être démonté l’année dernière, alors que démarraient les pourparlers entre Washington et Pyongyang. Ces travaux, très récents, peuvent être vus comme un message envoyé aux États-Unis, car le sommet de Hanoi la semaine dernière n’a débouché sur aucun accord entre les dirigeants américain et nord-coréen, Donald Trump et Kim Jong-un.

« Les images satellites montrent deux grues qui entourent un bâtiment de transport de fusée, posé sur des rails et en train d’être reconstruit. On y voit aussi des travaux de rénovation d’une structure servant à tester les moteurs des fusées. Ces photos, publiées et analysées par deux tanks américains, confirment les informations des espions sud-coréens, qui ont révélé hier (lors d’une session parlementaire) que la Corée du Nord reconstruisait son pas de tir de Sohae. Le site était inactif depuis août dernier et les travaux ont débuté il y a quelques jours seulement. Pour l’organisation américaine CSIS, c’est un signal ; Pyongyang affiche sa détermination face aux États-Unis, qui viennent de refuser à Hanoi d’alléger les sanctions votées en 2016 et 2017 (par le Conseil de Sécurité de l’ONU.). Il ne s’agit cependant pas de préparatifs à un nouvel essai et à Séoul, l’agence d’espionnage assure ne voir aucune reprise d’activité sur le site nucléaire de Yongbyon (3). Ces travaux sont ainsi un message soigneusement calibré, destiné à Donald Trump : s’ils ne provoqueront pas la fin des pourparlers... ils rappellent que le régime peut relancer ses essais balistiques à tout moment. »

SB : L’actualité en France. Des surveillants de prison sont en colère au lendemain de l’agression de deux collègues.

AD : Dans la prison de Condé-sur-Sarthe, au nord-ouest de la France, la veille, les collègues en question ont été agressés par un détenu dit radicalisé. La prison, ainsi que d’autres établissements pénitentiaires, a du coup été bloquée ce matin. Au total, le fonctionnement de 18 prisons a été perturbé par ce mouvement de protestations. Simon Rozé.

[Transcription manquante]

SB : Beaucoup d’argent : 1 milliard de yens, soit environ 8 millions d’euros, déposés sur la table pour retrouver la liberté ! C’est la somme déboursée par Carlos Ghosn, pour sortir de prison après 107 jours derrière les barreaux. Ironie du sort, l’ancien PDG de Renault et Nissan est parti à bord d’une toute petite voiture. Des images de sa sortie qui ont fait le tour du monde. Il est désormais chez lui, dans une résidence surveillée. Pour le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, c’est une bonne chose que Carlos Ghosn puisse se défendre librement et sereinement.

[Transcription manquante]

Article publié le 06/03/2019

RFI - Radio France Internationale