Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 26/02/2018 20h00

Transcription

21 h Paris, 20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir à toutes et tous, bienvenue dans votre journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Dans l'actualité :

Toujours aucun répit pour les habitants de  la Ghouta bombardés quotidiennement par l'armée du régime syrien. Mais la Russie, alliée fidèle de ce régime, a ordonné la mise en place d'une trêve humanitaire de quelques heures à partir de demain.

SB : En France, les grandes lignes de la réforme de la SNCF ont été présentées par le Premier ministre Edouard Philippe. Réforme qui prévoit la suppression progressive du statut de cheminots. Le gouvernement a choisi de légiférer par ordonnances. Il est menacé d'un conflit social "majeur" par les syndicats.

GM : Football, Neymar blessé à  la cheville. C'est un coup très dur pour le Paris St Germain. Pas sûr en effet que la star brésilienne soit rétablie d'ici au match retour contre le Real Madrid, dans 8 jours en Ligue des champions.

SB : En Syrie, les bombardements de la Ghouta orientale se poursuivent malgré le récent appel de l'ONU à un cessez-le-feu. 

GM : La résolution du Conseil de sécurité n’est toujours pas appliquée, même si le pilonnage du régime syrien a baissé en intensité ces dernières 48 heures. Une vingtaine de civils, dont des enfants, ont été tués ce lundi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. La situation pourrait évoluer à partir de demain mardi. La Russie, allié fidèle du régime de Damas, a en effet ordonné  la mise en place d'une "trêve humanitaire" quotidienne dans la Ghouta orientale.  

Les précisions à Moscou de Daniel Vallot :

« L’annonce été faite par le ministre de la Défense.« sur ordre de Validimir Poutine et pour éviter les pertes civiles » : ce sont les termes utilisés par Sergei Choigu, une trêve quotidienne sera observée entre 9h et 14h heures locales. Autre annonce, l’instauration d’un corridor humanitaire pour l’évacuation des civils.

L’annonce de cette trêve était inattendue et elle devrait offrir aux habitants de la Ghouta un répit de quelques heures tous les matins. C’est un point positif, mais cela ne veut pas dire pour autant que le pilonnage exercé par l’armée syrienne cessera le reste du temps.

Par ailleurs, le corridor humanitaire évoqué par Moscou n’aura pas pour fonction l’acheminement de l’aide humanitaire dont la population a cruellement besoin, mais l’évacuation des civils.  Et cela, les groupes rebelles le refusent catégoriquement, car la mise en place de ces corridors d’évacuation leur rappelle la bataille d’Alep-Est, et la reprise de la deuxième ville du pays en décembre 2016, par le régime syrien. »

GM : L'annonce de Moscou sur cette trêve est intervenue alors que l'ONU, l'UE et des puissances occidentales ont demandé l'application immédiate de la résolution du Conseil de sécurité.

SB : En RDC, des réactions d'indignation ont suivi la mort dimanche à Kinshasa de l’activiste Rossy Mukendi.

GM : Enseignant et père de deux enfants, il appartenait au "Collectif 2016", un mouvement citoyen congolais. Cet homme de 36 ans a été victime de la répression des marches des catholiques contre le maintien au pouvoir de Jospeh Kabila.

SB : Direction la Colombie. L'ELN, dernière guerilla encore active dans le pays, annonce un nouveau cessez le feu à l'occasion des législatives du 11 mars.

GM : Les affrontements ont repris après l'expiration, le 9 janvier dernier, du premier cessez-le-feu intervenu entre l'ELN et les autorités colombiennes...

Les explications de Marie Normand :

« C'est par respect pour les électeurs que l'Armée de libération nationale dit prendre cette décision. Elle promet un cessez-le feu unilatéral le temps des législatives, plus précisément du 9 au 13 mars. Déterminant pour Bogota, car l'ELN avait perturbé le bon déroulement des élections en 2014 et 2015.

Dans son communiqué, la guérilla propose au président colombien de fixer la date d'un nouveau cycle de discussions. Mais interrogé par une radio locale, ce dernier répond prudemment. Juan Manuel Santos soutient qu'il va... "bien lire le communiqué et l'authentifier avant de prendre une décision".

Joint par Angelica Perez, de RFI, le président de l'Institut colombien des études pour le développement et la paix, Camilo Gonzales Posso, explique ne pas croire en une résolution rapide du conflit.

"Ce sont des calculs politiques, de la part de deux positions qui ne sont pas prêtes à aboutir à un accord en ce moment".

En cause, selon lui : le contexte électoral d'abord, des législatives, suivies d'une élection présidentielle, deux mois plus tard. Autre frein à ces discussions: les difficultés d'application de l'accord signé en 2016 avec une autre guérilla, celle des FARC. »

SB : En France, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté son projet de réforme de la SNCF.

GM : Il souhaite aller vite et réformer en profondeur.  "La situation est alarmante" a jugé le chef du gouvernement qui a décidé de recourir aux ordonnances (comme il l'avait fait pour la réforme du marché du travail). Ce procédé permet au gouvernement d'éviter un long débat parlementaire. Quant au fond de la réforme, la SNCF ne sera pas privatisée mais transformée en société nationale à capitaux publics.  Le statut de cheminots - statut avantageux - ne sera plus appliqué aux nouveaux salariés. Ce projet s'inspire en grande partie du rapport Spinetta qui a été remis récemment au gouvernement. En revanche Edouard Philippe n'a pas suivi la recommandation de fermer des petites lignes régionales jugées peu rentables.

Les syndicats dénoncent un passage en force et se disent prêts à appeler à faire grève. Ecoutons Thomas Clavel de la CFDT Cheminots, joint par Namouri Dosso :

« On l’a dit côté CFDT Cheminots, s’il y avait passage par ordonnances et remise en cause du statut, ce sont deux lignes rouges pour nous, donc demain nous avons une réunion avec nos collègues des autres organisations syndicales et nous proposerons, au nom de la CFDT Cheminots, un mouvement rapide et reconductible. Le sujet est grave, les attaques sont graves et pas prises, à notre sens, par le bon pied. Donc il faut une réaction qui soit à la hauteur de ce qui est posé. »

SB : Tout autre chose maintenant, une vague de froid polaire s'est installée sur le continent européen.

GM : Elle a déjà fait au moins 10 morts dont 4 en Pologne. En Allemagne et en Autriche, les températures ont plongé jusqu'à - 23  d° Celsius ! 

Ces températures sibériennes peuvent mettre le corps à rude épreuve. Valérie Cohen :

« L’organisme fait des efforts supplémentaires pour s’adapter au froid. Le cœur en particulier bat plus vite pour lutter contre le refroidissement. Un épisode glacial peut ainsi aggraver des problèmes cardio-vasculaires, avertit la Direction générale de la santé. Selon une étude scientifique, en période de grand froid, chaque degré de température en moins est associé à une augmentation de 2% du risque d’infarctus du myocarde.

L’activité physique à l’extérieur est à bannir et la prudence s’impose donc, pour les personnes atteintes d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque, ou ayant des antécédents d’infarctus du myocarde ou d’AVC. Idem pour les personnes atteintes de maladies respiratoires, telles que l’asthme ou la bronchite chronique.

Autres risques liés à des températures polaires : les gelures aux extrémités, et bien sûr l’hypothermie, c’est-à-dire une température corporelle en dessous de 35°C. Les nourrissons sont particulièrement vulnérables, car leur système de régulation de température est encore immature. Les autorités sanitaires recommandent de les garder au chaud. Même conseil adressé aux personnes âgées, elles aussi plus fragiles.

Bien sûr ce sont les personnes sans-abri qui souffrent le plus de ces épisodes de grand froid. Deux hommes ont été retrouvés mort ce week-end en France. »

SB : Football, le PSG a facilement battu Marseille, 3-0 hier soir au Parc des Princes. Mais ce succès a été totalement éclipsé aujourd'hui par la blessure de Neymar.

GM : La star brésilienne a dû sortir sur une civière après s'être tordu la cheville. Blessure qui tombe au plus mal, à l'approche du match retour de Ligue des champions contre  le Real Madrid.

Hugo Moissonnier :              

« Quand vous achetez un joueur plus de 220 millions d'euros, vous espérez bien sûr le voir briller lors du match le plus important de votre saison face au Real Madrid en huitième de finale de la Ligue des Champions dans 9 jours.

Le PSG est condamné à l'exploit, battu 3-1 à l'aller, il compte sur Neymar pour renverser la vapeur.

Le problème, c'est qu'un bandage recouvre actuellement le pied droit magique du Brésilien.

L’intéressé a publié la photo sur les réseaux sociaux ce matin au sortir de la rencontre, sa cheville était gonflée au point d'impressionner certains de ses coéquipiers...

Son entraîneur, Unaï Emery, a évoqué une torsion après le Classico face à l'OM hier, en faisant tout de même part de son optimisme quant à la présence de sa vedette face au Real.

Les nouvelles sont plutôt rassurantes également dans le Parisien, journal qui suit de très près l'actualité du PSG.

Pas de fracture ni d'entorse grave pour Neymar, mais il faudra encore patienter quelques heures avant de pouvoir établir la gravité de sa blessure.

L’heure est donc encore aux spéculations autour d'un attaquant qui a déjà prouvé qu'on pouvait compter sur lui pour réaliser l'impossible.

Le PSG, victime de la « remontada » du Barca et de Neymar il y a presque un an jour pour jour, est bien placé pour le savoir. »

GM : La Fédération internationale de tennis  a présenté son projet de réforme de la Coupe Davis. Réforme radicale, puisque cette compétition par équipes serait désormais disputée sur une semaine au mois de novembre. Au lieu de quatre week-ends étalés sur une saison. 18 équipes s'affronteraient en un seul et même lieu. Les rencontres ne seraient plus disputées en cinq sets mais au meilleur des trois manches.    La Coupe Davis nouvelle formule doit être approuvée par l'Assemblée générale de la Fédération internationale, qui se tiendra l'été prochain aux Etats unis. C’est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI savoirs.

Bonsoir à tous !

Article publié le 26/02/2018

RFI - Radio France Internationale