Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 21/02/2018 20h00

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris.

Vous écoutez votre journal en français facile, bienvenu. Je suis aux côtés de Pierre Pinto pour vous présenter cette édition. Bonsoir Pierre.

Pierre PINTO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

L'escalade de la violence dans le nord de la Syrie. Le régime de Bachar al Assad se déchaîne depuis trois jours contre cette enclave, de la Ghouta Orientale, cette région isolée qui est contrôlée par des rebelles. Plusieurs centaines de milliers de personnes sont prises entre deux feux.

PP

A quelques jours du Salon de l'Agriculture à Paris, les agriculteurs français font connaitre leurs inquiétudes concernant les négociations avec plusieurs pays d'Amérique latine. En effet l'Union Européenne discute d'un accord de libre-échange avec les pays du Mercosur.

CP

Les associations en France viennent en aide aux migrants et elles s'en prennent également au projet de loi du gouvernement. Un texte qui réduit la marge de manœuvre des personnes qui demandent le droit d'asile. Notamment en permettant une rétention plus longue.

PP

Pour le Secrétaire général de l'ONU, la région de la Ghouta orientale en Syrie est "un enfer sur Terre".

CP

Le régime de Bachar Al Assad et ses alliés souhaitent en finir avec les groupes rebelles qui contrôlent ce territoire. La Ghouta Orientale est encerclée par les militaires du régime de Damas. Elle est soumise à une violence qui ne fait qu'augmenter. Depuis trois jours, les bombardements aériens ont tué au moins trois cent dix personnes. En tout, ce sont quatre cent mille civils qui sont pris au piège rappelle Mohamed Al Atrache, Il est militant de l’opposition et il se trouve dans la Ghouta Orientale.

"Les forces du régime et la Russie, commettent de véritables carnages. Les civils assiégés dans la Ghouta Orientale sont exterminés. D’abord il y eu une centaine de raids aériens menés par l’aviation russe et l’aviation de Bachar Al Assad. Les hélicoptères ont largué des barils d’explosifs sur plusieurs villages de la Ghouta. Les forces du régime pilonnent toutes les localités grâce à leur artillerie lourde. On a eu d’abord une centaine de morts et plus de sept cent blessés, puis ces attaques acharnées ont fait une dizaine de victimes de plus, puis encore quarante morts. Puis on a dépassé les cent cinquante. Et ce chiffre macabre ne fait qu’augmenter".

CP

Mohamed Al Atrache, militant de l’opposition syrienne. Il était contacté dans la Ghouta Orientale parSami Boukhelifa.

PP

On parle d'un autre opposant au régime, dans un autre pays du Proche-Orient: le Bahreïn.

CP

Nabil Rajab  a été condamné à cinq ans de prison pour des tweets, des messages sur un réseau social. Le jugement a été prononcé par la Haute-Cour criminelle de Bahreïn. Cette monarchie du Golfe est régulièrement critiquée pour la façon dont elle réprime toute forme d'opposition. Nicolas Falez.

Dans les tweets pour lesquels il était poursuivi, Nabil Rajab dénonçait des cas de torture dans une prison de Bahreïn. L'opposant très actif a aussi critiqué la guerre au Yémen et l'intervention dans ce pays de la coalition commandée par l'Arabie Saoudite et à laquelle participe le royaume de Bahreïn. Des propos que la justice de son pays considère comme "insultants". Et pour lesquels Nabil Rajab a été reconnu coupable de "propagation de rumeurs et de fausses nouvelles". Cinq ans de prison pour des tweets. Alors que Nabil Rajab a déjà été condamné en juillet dernier à deux années d'emprisonnement pour avoir critiqué le pouvoir bahreïnien lors d'interviews télévisées. La Fédération Internationale des Droits de l'Homme dénonce "un verdict surréaliste" et "une parodie de justice". Elle s'indigne de la volonté des autorités de faire taire toute voix dissidente depuis le soulèvement de 2011 à Bahreïn, à l'époque des printemps arabes.

PP

Aux Etats Unis, des lycéens et des étudiants de la ville de Parkland se sont réunis massivement dans la capitale de la Floride, Tallahassee.

CP

Leur but c'est de faire voter, le plus rapidement possible, un durcissement de la législation sur les armes. Un mouvement qui est né de la tuerie qui a fait dix-sept morts dans le lycée de leur ville. Ces jeunes américains ne comptent pas en rester là. Ils veulent organiser un grand rassemblement le 24 mars à Washington. Les Etats Unis sont un pays où environ trois cent millions d'armes à feu circulent au sein de la population.

PP

Près de la zone frontalière du Niger, dans le nord-est du Mali, deux soldats français ont été tués et un autre blessé, dans l'explosion d'une mine artisanale

CP

Depuis le lancement de l'opération Barkhane, c’était à l'été 2014, douze militaires français ont été tués au Mali. Actuellement quatre mille militaires français sont déployés dans cette région du Sahel pour cette opération antijihadiste appelée Barkhane.

PP

Les agriculteurs français regardent avec inquiétude vers l'Amérique du Sud.

CP

Une angoisse causée par la reprise des négociations sur l'accord de libre-échange Union européenne-Mercosur. Un accord de libre-échange c'est un accord majoritairement économique, qui régit, qui organise les produits qui peuvent circuler entre deux régions du globe. Et en quelle quantité. Et ces négociations qui viennent de reprendre mettent autour de la table, les représentants de l’Union européenne et du Mercosur. C'est-à-dire quatre pays: Le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. Mais les discussions s'annoncent difficiles Anieshka Koumor.

Les deux semaines de discussions ont pour objectif d'avancer sur plusieurs points sensibles. Et notamment sur l'importation de la viande bovine sud-américaine. D'après Eladio Loizaga, le chef de la diplomatie paraguayenne, cette question ne serait plus un obstacle si Bruxelles augmente ses quotas. L'Union Européenne a, en effet, signalé qu'elle était prête à faire des concessions, et à ouvrir son marché intérieur à quatre-vingt-dix-neuf mille tonnes annuelle de viande, contre soixante-dix mille tonnes évoqués auparavant. Mais cette éventuelle concession inquiète les éleveurs européens, notamment français. Ils redoutent la concurrence sud-américaine aux coûts de production très inférieurs et dénoncent des cahiers de charges sanitaires différents. Selon les syndicats des agriculteurs le manque de traçabilité, l'utilisation des hormones ou encore de l'alimentation qui contient des OGM, fausse la concurrence. En retour de leurs concessions, les Européens s'attendent à pouvoir augmenter leurs exportations de lait, de fromage et de vin. Ils demandent aussi des baisses de droits de douane sur les voitures et les pièces détachées. Les deux parties souhaitent conclure un accord d’ici à la fin mars, avant le début de la campagne pour l’élection présidentielle au Brésil.

PP

L'actualité en France, avec le projet de loi asile-immigration qui est très contesté.

CP

Un texte qui vient à peine d'être présenté devant le Conseil des ministres, mais qui fait déjà descendre des opposants dans la rue. Ce mercredi  plusieurs dizaines d'opposants ont répondu à l'appel de l'association Emmaüs. C’étaut dans le quatrième arrondissement de Paris. Reportage de Tom Rossi.

Vêtus de noir, silencieux, ils sont une centaine à se rassembler dans le froid devant le grand bâtiment de la préfecture de police de Paris. "Ci-gît l'humanité de Macron" peut-on lire sur une grande banderole. "Pour nous c'est vraiment une journée de deuil", Stéphane Melchieuri d'Emmaüs Internationale, "on nous présente une loi qui est encore plus restrictive que les autres. Et qui est un vrai recul pour le droit des étrangers. Par exemple quand un étranger fera une demande de recours, ce ne sera pas suspensif. C'est-à-dire qu'il pourra être expulsé. Ça, c'est on invente de la législation pour expulser les gens". Après le deuil, la colère. "Macron, ta loi bafoue l'Humanité!". Les slogans résonnent pour contester cette loi qui prévoit aussi de réduire de moitié ces délais de recours. Sébastien Bailleul, délégué général du Crid, un collectif d'associations françaises de solidarité internationale: "Cette loi est principalement liberticide. Un des exemples précis c'est l'augmentation par exemple de la durée de rétention, pour des demandeurs d'asile qui voit leurs demandes refusées. Alors même qu'on est face à des personnes qui ont vécu des situations d'exil. On va les enfermer. On va les mettre en centre de rétention pour mieux les expulser". L'année dernière, sur les cent mille demandes d'asile reçues par la France, un tiers ont été acceptées.

PP

"C'est comme gagner à la loterie cosmique", selon les astrophysiciens. Et c'est Victor Buso qui a eu le ticket gagnant

CP

Cet astronome amateur argentin avait une chance sur cent millions, mais c'est bien ce qui s'est passé. Il a débusqué une supernova, alors une supernova c’est l'explosion très violente d'une étoile qui était en fin de vie. Et tout cela et bien s'est fait un peu grâce au hasard. Le 20 septembre 2016, en effet, Victor Buso, décide de tester un nouvel appareil photo sur son télescope pour prendre des clichés de l’espace. Il choisit, pour faire ses premiers clichés, la galaxie NGC 613, un nom un peu barbare pour cette galaxie située à environ quatre-vingt millions d'années-lumière de la Terre, cela se trouve dans la constellation du Sculpteur. Alors coup de chance: une étoile massive venait d'y vivre ses dernières heures avec une explosion cataclysmique connue sous le nom de supernova. L'étoile était environ vingt fois plus grosse que le Soleil. Ce phénomène est très rare et surtout imprévisible selon les astrophysiciens. Les astronomes professionnels le détectent généralement après plusieurs jours et jamais à son début. Et donc Victor Buso, amateur, et qui aime tourner on regard vers le ciel a eu beaucoup de chance.

Vous écoutez RFI, il est 20 heures passées de dix minutes en temps universel. C'est la fin de cette édition du journal en français facile, réalisé par Christophe Loisel. Et présenté avec Pierre Pinto. Merci à tous les deux. Vous pouvez évidemment réécouter et relire ce journal en français facile sur le site savoirs.rfi.fr.

Article publié le 21/02/2018

RFI - Radio France Internationale