Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 17/02/2018 20h00

Transcription

21 h Paris, 20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir à toutes et tous, et bienvenue dans votre Journal en français facile. Bonsoir Sylvie Berruet !

Sylvie avec moi pour présenter ce journal qui s'ouvrira dans un instant sur le démenti des autorités russes après une série d'inculpations aux Etats Unis. Elles ont rejeté les accusations d'ingérence dans la dernière campagne américaine.

SB : Au Tibet, un incendie s'est déclaré au temple du Jokhang, dans la capitale Lhassa. C’est l'un des grands lieux sacrés du bouddhisme.

GM : Nicolas Maduro, le président du Vénézuela, accuse la Colombie. Avec le soutien américain,  l'armée colombienne entrainerait des Vénézuéliens en vue de déclencher un conflit armé.

SB : A la fin de ce journal, Yvan Amar pour le mot de la semaine, le mot "Dézinguer".

SB : A Munich, en Allemagne, la Conférence annuelle sur la sécurité, qui se tient actuellement, coïncide avec les inculpations de 13 ressortissants et 3 sociétés russes aux Etats-Unis.

GM : Ces personnes sont accusées d'ingérence électorale. Elles auraient favorisé la candidature de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Un proche du président Poutine figure parmi ces accusés. Présent à Munich, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a rejeté ces accusations américaines, les qualifiant de "baratin".

Etienne Bouche :

« A la conférence de Munich, la Russie est représentée ce samedi par son ministre des Affaires étrangères. Sergueï Lavrov y a tenu un discours d'une dizaine de minutes avant d'être interrogé par la presse. Sans surprise, il a été question des treize ressortissants russes inculpés aux Etats-Unis. Le chef de la diplomatie russe l'a répété, les accusations d'ingérence dans la vie politique américaine sont un non-sujet car elles n'ont pas de fondement.

Sergueï Lavrov : « On peut publier tout ce qu'on veut, nous voyons les accusations, affirmations et déclarations se multiplier, mais tant que nous n'avons pas de faits, tout cela c'est du baratin - pardonnez-moi pour cette expression fort peu diplomatique. »

Pour appuyer son propos, Sergueï Lavrov a fait valoir le fait que les déclarations américaines étaient à ce sujet contradictoires. Des responsables américains ont en effet affirmé que la victoire du candidat républicain Donald Trump n'était pas le résultat d'une ingérence russe. Sans pour autant remettre en cause la volonté de Moscou d'interférer dans les affaires intérieures américaines. Vendredi, Maria Zakharova, la porte-parole de la diplomatie russe, tournait en dérision le pouvoir de nuisance de treize ressortissants russes face au budget des services secrets américains. »

SB : Le conseiller américain à la Sécurité nationale est lui aussi à Munich. Il s' est exprimé sur la situation en Syrie.

GM : Le régime de Damas continue selon lui d'utiliser des armes chimiques contre sa propre population.  Des informations et des photos le montrent sans doute possible. "Il est temps que la communauté internationale demande à Damas de rendre des comptes", a ajouté Herbert Raymond McMaster.

SB : Allons au Tibet, où un incendie s'est déclaré au temple du Jokhang, dans la capitale Lhassa.

GM : On ignore pour le moment l'étendue des dégâts subis par le site, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Ecoutons le spécialiste du Tibet Robbie Barnett. Il explique ce que représente ce lieu sacré pour les Tibétains et les bouddhistes :

"Le temple du Jokhang n'est pas seulement le plus ancien temple de Lhassa, mais aussi et surtout le symbole religieux et spirituel par excellence pour les bouddhistes du monde entier. C'est l'équivalent de la Mecque pour les musulmans. Il date du 7éme siècle de notre ère, et a été construit par le 1er roi bouddhiste du Tibet. Une de ses épouses chinoises avait offert pour la circonstance une statue de Bouddha: la statue de Jowa, qui représente Bouddha jeune. C’est le plus important des monuments du Tibet. Des milliers et des milliers de gens se pressent chaque année pour vénérer cette statue depuis des siècles. C'est vraiment un symbole très important pour les gens."

GM : Propos recueillis par Thomas Wheeldon.          

SB : En Ethiopie, l'état d'urgence décrété par le gouvernement restera en vigueur pendant 6 mois. Il interdit notamment toute manifestation.

GM : L’état d'urgence intervient au lendemain de la démission du Premier ministre et  après trois années de crise politique et de violences qui ont fait des centaines de morts. La situation a été exposée aujourd'hui devant la presse par le ministre de la Défense Siraj Fegessa, l'un des hommes forts au pouvoir. Dans un communiqué très ferme, l'ambassade des Etats-Unis à Addis Abeba, a fait part de "son profond désaccord".

SB : enons-en à cette nouvelle sortie remarquée de Nicolas Maduro, le bouillant président du Vénézuela.

GM : Nicolas Maduro affirme que l'armée colombienne entraine des Vénézuéliens en vue de déclencher un conflit armé entre les deux pays. Le complot serait encouragé par les Etats-Unis.

Le récit de Marie Normand :     

« Quelque 150 Vénézuéliens ont déjà été entrainés, endoctrinés par la Colombie, notamment des éléments avec une expérience militaire. Voilà ce qu'a soutenu Nicolas Maduro vendredi en conseil des ministres. Un conseil retransmis par la télévision publique lors duquel le président vénézuélien a directement pointé du doigt l'armée colombienne : « Elle est en train de former un groupe de Vénézuéliens, que nous avons parfaitement identifiés. Ils vont recevoir leur diplôme le 5 mars, dans la ville de Pamplona, en Colombie. On va leur donner des uniformes vénézuéliens, des armes afin de rentrer sur le territoire vénézuélien, qu'ils commettent une attaque quelconque, attaque qui sera ensuite utilisée comme excuse par le gouvernement colombien pour déclarer un conflit armé contre notre patrie pacifique. » Ce n'est pas la première fois que Nicolas Maduro accuse la Colombie et son allié, les Etats-Unis, de vouloir déstabiliser son gouvernement. Les deux voisins, qui organisent chacun une présidentielle dans quelques semaines, entretiennent des relations tendues, notamment depuis que des centaines de milliers de Vénézuéliens affluent à la frontière colombienne, la plupart pour des raisons économiques. Le président Santos accuse Nicolas Maduro d'être responsable de cet exode, qualifie son gouvernement de « dictature ». Il a décidé cette semaine de déployer 3 000 membres des forces de l'ordre à la frontière. Décision initialement saluée par le président vénézuélien. »

SB : En Grande Bretagne, nouveau changement à la tête du parti europhobe Ukip.

GM : Le chef du parti Henry Bolton a été démis de ses fonctions par un vote des adhérents lors d'un congrès extraordinaire. Déjà confronté à des difficultés financières, l'Ukip va devoir remplacer son leader pour la quatrième fois en moins de deux ans.

SB : Nouvelle rassurante pour l'instrument de la violoncelliste française Ophélie Gaillard.

GM: Un instrument du XVII ème siècle estimé à plus d'un million d'euros. Ce violoncelle que sa propriétaire s'était fait voler jeudi en région parisienne a été retrouvé ce matin. Ophélie Gaillard l'a récupéré à l'intérieur d'une voiture garée devant son domicile.

SB : Un résultat de football, pour le compte de la 26e journée du Championnat de France :

GM : Trois jours après sa défaite à Madrid en Ligue des champions, le Paris SG a largement battu Strasbourg 5 buts à 2. Avec 12 points d'avance sur le 2 ème Monaco, le PSG reste dominateur en ligue 1.

Il est temps maintenant de retrouver Yvan Amar pour le mot de la semaine. Aujourd'hui "Dézinguer" :

« Laurent Wauquiez dézingue à tout va ! C’est RFI qui nous l’apprend : lors d’une conférence devant des étudiants en commerce, le chef des Républicains dézingue, balance, s’en prend à une bonne partie du monde politique dont il dit le pire mal, ne sachant pas qu’il est enregistré. Il dézingue, c’est-à-dire qu’il descend en flammes. Le mot semble nous venir du vocabulaire de l’aviation : en argot, un avion, c’est un zinc. Le dézinguer c’est donc l’abattre. Et le mot est plutôt aujourd’hui employé au sens figuré, mais il y a des phrases qui tuent, ou qui essaient. Et ce terme est fort, pour désigner une attaque verbale, par des mots, violente, cinglante et qui laisse la cible, la victime par terre. On dit aussi qu’il balance : autre mot du vocabulaire familier, bien plus récent dans cet emploi, mais qui a un peu la même sens. Pourtant balancer, au départ c’est plutôt révéler et trahir : ce sont les mouchards qui balancent c’est à dire qui dénoncent. La balance c’est au départ, et toujours en argot, celui qui informe la police ou l’autorité. Mais le sens du mot s’est étendu : même s’il est moins fort que dézinguer, il s’utilise dans la même situation. »

GM : Merci Yvan Amar et  demain pour l'Expression de la semaine.

Un résultat de tennis : Roger Federer qualifié pour la finale du tournoi de Rotterdam, il sera opposé au Bulgare Dimitrov.

C’est la fin de votre Journal en français facile à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs, bonsoir à tous, bonsoir Sylvie !

Article publié le 17/02/2018

RFI - Radio France Internationale