Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 09/05/2018 20h00

Transcription

Hugo Lanoë

22h à Paris à l'écoute d'RFI, 20h en temps universel

Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre journal en français facile que j'ai le plaisir de présenter ce soir avec Alexis Guilleux, bonsoir Alexis

Alexis Guilleux

Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL

Au sommaire de cette édition :

- La capitale afghane, Kaboul, frappée par plusieurs attentats aujourd'hui. Au moins 7 personnes sont mortes.

Des attaques revendiquées par l'organisation Etat Islamique et par les talibans.

AG

- Dans l'actualité également : la détente diplomatique entre Washington et Pyongyang. À quelques semaines d'un sommet historique, la Corée du Nord libère 3 otages américains.

HL

- L'apaisement d'un côté, la tension de l'autre. 24h après la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien, les réactions ont été nombreuses aujourd'hui. Les dirigeants européens veulent maintenir ce traité.

AG

Kaboul a donc été une nouvelle fois secouée/bouleversée par des attentats terroristes ce mercredi.

HL

Oui Alexis. Les premières attaques ont eu lieu ce matin. Elles ont été coordonnées, organisées puis revendiquées à la fois par l'organisation Etat Islamique et par les talibans. Mais les services de renseignement afghans attribuent ces violences au réseau, au groupe Haqqani, allié des talibans. Les cibles : deux commissariats de police. Bilan provisoire : au moins 7 morts et 17 blessés. Plus tard, dans l'après-midi., une importante explosion a été ressentie dans la capitale afghane.

Le récit à Kaboul est signé Sonia Ghezali

Il est 19 h heure locale quand retenti la dernière explosion dans le centre de Kaboul. Quelques minutes plus tard le ministère de l’intérieur annonce que le dernier kamikaze du commando qui a lancé une attaque contre un commissariat de police dans le centre de Kaboul est mort. 7 heures plus tôt, Deux hommes armes avaient tenté de pénétrer dans les locaux avant d’être abattus par la police. Un kamikaze s’était ensuite fait exploser près d’une agence de voyage délivrant des visas indiens aux afghans alors que 3 autres se retranchaient dans le voisinage. Plusieurs explosions ont retenti tout au long de la journée au cœur de Kaboul. Dans l’ouest de la capitale Un kamikaze s’est fait exploser devant l’entrée dans autre commissariat de police avant que des échanges de tirs ne suivent. Insurgés et forces de police appuyées par les forces spéciales afghanes s’affrontent ainsi durant plusieurs heures. L’organisation EI a fini par revendiquer cette attaque, les Talibans celle perpétrée dans le centre de la capitale. La coordination entre les différents groupes d’insurgés est particulièrement inquiétante soulignent certains analystes afghans. En province plusieurs districts sont tombes ces dernières 48h sous le contrôle des talibans. Sonia Ghezali, Kaboul, RFI

AG

Des violences également en Somalie. Nous l'avons appris ce soir : au moins 11 personnes ont été tuées et 10 blessées au nord de Mogadiscio.

HL

On ne sait pas pour le moment si l'explosion est due à un kamikaze ou à un engin explosif. Une chose est sûre : cela s'est produit cet après-midi dans un marché très fréquenté de Wanlaweyn, une petite ville située à 70km au nord de la capitale.

AG

C'est officiel : après les Etats-Unis et le Guatemala, le Paraguay décide à son tour de transférer, c'est à dire de déplacer, son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

HL

Pour l'occasion, le président paraguayen, Horacio Cartes, sera d'ailleurs en visite en Israël le 21 ou le 22 mai. Soit quelques jours seulement après l'inauguration, l'ouverture de l'ambassade américaine, prévue le 14 mai. Une date qui coïncide avec le 70ème anniversaire de la création de l'Etat d'Israël. Et donc avec la "Nakba", la catastrophe pour les Palestiniens.

AG

Le chef de la diplomatie américaine, de retour de Corée du Nord, va revenir aux Etats-Unis avec trois otages, trois prisonniers américains.

HL

Comme à son habitude c'est sur le réseau social Twitter que Donald Trump a annoncé cette nouvelle. Le président milliardaire va accueillir, la nuit prochaine, Mike Pompeo et les trois américains qui étaient détenus par le régime nord-coréen.

À Washington pour RFI, Anne Corpet

« Je suis heureux de vous annoncer que le secrétaire d'Etat revient aux Etats unis avec trois merveilleux gentlemen que nous sommes impatients d'accueillir.» a tweeté Donald Trump dans la matinée. Mike Pompeo a confirmé la bonne nouvelle et ajouté avoir eu une rencontre très productive avec le dirigeant nord-coréen. La libération des trois américains est un signe de bonne volonté de PyongYang, avant les discussions directes entre Donald Trump et Kim Jong Un. Le président a déclaré qu'il dévoilerait dans trois jours le site et la date du sommet, et a précisé qu'elle n'aurait finalement pas lieu dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. Le seul autre site publiquement évoqué par Donald Trump jusqu'à présent est Singapour. La libération des américains était sans doute un préalable exigé avant cette rencontre. Mais le plus dur reste à négocier : dans un communiqué publié après la libération des otages le vice-président Mike Pence  a rappelé les exigences américaines. « Nous ne relâcherons pas la pression tant que nous n'aurons pas obtenu la totale dénucléarisation » écrit-il, sans toutefois préciser ce que Washington propose en échange.  Mais il est vrai que depuis le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, les nord-coréens peuvent légitimement s'interroger sur ce que vaut la parole des Etats unis. Anne Corpet Washington RFI

AG

Alors Hugo, si l'heure est à la détente, à l'apaisement entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, la tension, la mésentente est de retour entre Washington et Téhéran.

HL

En cause Alexis : le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien. Annonce faite hier par le président Trump. Aujourd'hui les réactions internationales ont été nombreuses. Les Européens et la Chine appellent au maintien de ce traité. De son côté, l'Iran annonce des discussions dans les prochains jours avec les puissances qui ont négocié l'accord. D'ailleurs le président français et le président iranien se sont appelés ce mercredi. La France estime qu'il faut parvenir à un accord plus large, incluant la question du programme nucléaire de l'Iran et celle de son influence au Moyen Orient Nicolas Falez

Les Etats-Unis de Donald Trump, Israël et l'Arabie Saoudite dénoncent en chœur le rôle de l'Iran dans les différentes crises régionales En Syrie... la République Islamique revendique son soutien militaire à Bachar EL Assad... Des combattants et des conseillers iraniens sont présents en Syrie, ainsi que des miliciens chiites (afghans notamment) encadré par les Gardiens de la Révolution iraniens... Au Yémen, la situation est différente... puisque Téhéran dément apporter un soutien matériel à la rébellion chiite des Houthis... Mais l'Arabie Saoudite voit la signature de l'Iran derrière chaque missile tiré du Yémen en direction du territoire saoudien... et des experts de l'ONU estiment que Téhéran a bien enfreint l'embargo sur les livraisons d'armes aux Houthis... L'influence régionale de l'Iran... c'est aussi sa proximité avec les dirigeants irakiens... et avec les milices chiites de ce pays frontalier de la République Islamique...  Au Liban... l'Iran soutient le Hezbollah, organisation chiite qui est à la fois un parti politique et une force armée... le Hezbollah sorti renforcé élections législatives de dimanche dernier... Autre foyer de tension : Bahrein, petit pays du Golfe voisin de l’Arabie Saoudite. La majorité de la population est chiite mais la monarchie est sunnite. Il y a eu un soulèvement en 2011 à Bahrein, rapidement écrasé avec le concours de l’Arabie Saoudite. Aujourd’hui toute forme d’opposition à Bahrein est réprimée et le pouvoir accuse systématiquement les opposants d’être des "terroristes" soutenus par l’Iran.

HL

Nicolas Falez. J'ajoute que l'Arabie Saoudite - alliée des Etats-Unis - annonce ce soir que si l'Iran acquiert, obtient, l'arme nucléaire, alors le royaume saoudien cherchera à l'avoir également.

AG

Vous écoutez RFI il est 22h07 à Paris. L'actualité en France avec la réforme du ferroviaire.

HL

L'intersyndicale des cheminots, c'est-à-dire la réunion, l'association des différents syndicats de ce secteur d'activité, va consulter les employés dans les chemins de fer. Un vote pour demander aux cheminots s'ils sont pour ou contre la réforme de la Société ferroviaire française, la SNCF. Cette consultation aura lieu du 14 au 21 mai.

AG

On parle environnement à présent. Le tourisme est peut-être bon pour l’économie, mais mauvais pour la planète.

HL

Il serait responsable de 8% des émissions de gaz à effet de serre, vous savez ces fameux gaz qui participent au réchauffement climatique. C'est la conclusion d’une étude scientifique publiée dans la revue « Nature Climate change ». Valérie Cohen

Principal coupable : le transport aérien. A lui seul, il est responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre dues au tourisme. Le reste vient de la consommation de multiples biens et services – hébergement, alimentation, autres modes de transports, shopping etc. Car tout ou presque laisse une empreinte carbone : de la climatisation, au simple bibelot souvenir, fabriqué en usine parfois à l’autre bout du monde. Les auteurs de l’étude préviennent : l’industrie du tourisme risque fort d’être un pourvoyeur de plus en plus important de gaz à effets de serre. Le secteur est florissant : de 2009 à 2013, les dépenses touristiques dans le monde ont quasiment doublé. D'après les calculs des chercheurs, les Etats-Unis affichent la plus forte empreinte carbone, suivis de la Chine, de l’Allemagne et de l’Inde ; une empreinte due à la fois au tourisme sur leur territoire et à leurs ressortissants voyageant à l’étranger. Mais l’impact du tourisme de masse est particulièrement important dans de petits Etats insulaires, très prisés des voyageurs, comme les Maldives, l’île Maurice ou Chypre : il est l’origine de 30 à 80% des émissions de gaz à effet de serre de ces pays.

AG

Valérie Cohen. On termine ce journal avec des nouvelles rassurantes d'Alex Ferguson.

HL

L'entraîneur historique du club de football anglais, Manchester United, est sorti des soins intensifs. Alex Ferguson a été opéré samedi d'une hémorragie cérébrale samedi. Celui qui a remporté/gagné 38 trophées va désormais continuer son rétablissement en tant que patient. Sa famille, ses fans et son club se disent rassuré et confiant pour la suite. C'est la fin de votre journal en français facile, présenté aux côtés d'Alexis Guilleux. Mise en onde Claude Baptista. Merci à vous deux. Je vous rappelle que vous pouvez lire et réécouter cette édition sur notre site savoirs (au pluriel).rfi.fr Très bonne soirée Alexis

AG

Bonne soirée Hugo !

Article publié le 09/05/2018

RFI - Radio France Internationale