Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 06/06/2018 20h00

Transcription

Nathanaël Vittrant : RFI il est 20h en temps universel, 22h à Paris. Soyez les bienvenus dans cette édition du Journal en français facile, à mes côtés pour le présenter : Zephyrin Kouadio, bonsoir Zephyrin.

Zephyrin Kouadio : Bonsoir Nathanaël, bonsoir à tous.

NV : À la Une, polémique en Israël après l’annulation du match de préparation à la coupe du monde qui devait opposer l’équipe nationale à celle d’Argentine. Pour les Palestiniens c’est au contraire une victoire, reportage à suivre.

ZK : Le Premier ministre israélien était lui à Londres, mais pour évoquer le dossier iranien.

NV : Aux États-Unis on votait mardi aux primaires, pour désigner les candidats avant les élections de mi-mandat. Des élections qui pourraient permettre aux démocrates de reprendre la majorité.

ZK : Donald Trump qui rencontrera Kim Jong Un le 12 juin, la rencontre aura lieu dans un hôtel très luxueux.

NV : Et puis le deuxième volet de Jurassic World sort en salles ce mercredi. Présentation en fin de journal.

-----

ZK : On commence par l’Argentine qui ne disputera pas finalement son dernier match de préparation de la coupe du monde face à Israël.

NV : Lionel Messi et ses coéquipiers ne feront pas le déplacement comme c’était prévu. Les deux équipes devaient se rencontrer samedi à Jérusalem, rien que le choix de la ville faisait polémique puisque Jérusalem est revendiquée à la fois par Israël et par les Palestiniens. Les Palestiniens ont fait pression pour que l’Argentine annule cette rencontre. Ce qu’ils ont obtenu, une victoire pour eux. Reportage à Ramallah de Guilhem Delteil.

Devant la représentation diplomatique de l’Argentine à Ramallah, le président de la fédération palestinienne de football avait fait venir une fanfare et des enfants brandissant des pancartes remerciant le pays d’avoir annulé cette rencontre. Aux yeux de ce responsable palestinien, la décision israélienne de disputer ce match à Jérusalem, et non à Haïfa comme prévu initialement, dans le contexte actuel, était extrêmement politique. « Déplacer ce match de Haïfa à Jérusalem et dire que c’est à l’occasion du 51e anniversaire de la libération de Jérusalem, la nouvelle résolution de ce gouverneur militaire du monde fou, Trump, c’est une rupture, un défi, une provocation pour tout le monde. » Jibril Rajoub rappelle que selon les accords d’Oslo, le statut de Jérusalem est comme ouest, doit encore être négocié. Et pour lui, cette décision rappelle à Israël le droit international. « Ce qui s’est passé hier est un carton rouge de tout le monde aux Israéliens pour qu’ils comprennent qu’ils ont le droit de jouer au football à l’intérieur de leurs frontières internationalement reconnues. » Une première victoire alors que la fédération palestinienne de football a échoué à ce que la FIFA exclue les clubs des colonies israéliennes du championnat national.

NV : De son côté la fédération israélienne de football va porter plainte devant la FIFA contre la fédération palestinienne s’estimant victime de « terrorisme footballistique ».

ZK : Benjamin Netanyahu était lui à Londres aujourd’hui pour y rencontrer Theresa May.

NV : Le Premier ministre israélien n’était pas venu parler football avec la cheffe du gouvernement britannique. Mais comme il l’avait fait la veille et l’avant-veille à Paris et Berlin, il a cherché à convaincre ses alliés européens de ne pas sauver l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Un accord auquel Israël s’est toujours opposé et qui est aujourd’hui menacé par le retrait des États-Unis.

ZK : Le dossier iranien, comme celui de l’environnement ou celui des échanges commerciaux au programme du G7 qui démarre demain.

NV : Et ce sera au Canada. Julien Trudeau le Premier ministre canadien accueille le sommet entre les 7 plus grandes puissances économiques du monde. Les discussions s’annoncent difficiles puisque Donald Trump s’est lancé récemment dans une guerre commerciale avec ses alliés.

ZK : C’est une rencontre très attendue : celle qui doit réunir Donald Trump et Kim Jong Un le 12 juin prochain à Singapour...

NV : Le président américain avait annulé une première fois avant de finalement confirmer la tenue de ce sommet historique. On en connaissait la date, l’heure, mais pas le lieu exact. Un porte-parole de Maison-Blanche l’a annoncé mardi soir : la rencontre aura lieu dans le complexe hôtelier de luxe Capella, situé sur l’île de Sentosa. C’est l’une des 63 îles de l’archipel de Singapour. C’est l’île de la jet-set. Juliette Gheerbrant

À Singapour c’est à Sentosa qu’il faut être vu : villa de luxe, yachts, plages magnifiques, parcours de golf réputés, tout y est. Sur 500 hectares de superficie, c’est une destination touristique très prisée avec casino et parc à thème des studios Universal. Madonna et Lady gaga ont d’ailleurs séjourné à l’hôtel Capella, qui accueillera le sommet. L’île a toutefois un passé beaucoup moins glamour. Elle s’appelait à l’origine Pulau Blakang Mati, en malais l’île de la mort par derrière, en traître, car les pirates y régnaient en maîtres jusqu’au début du 20e siècle. Plus récemment pendant la Seconde Guerre mondiale elle a été le théâtre d’un massacre et hébergé un camp de prisonniers. C’est dans les années 70 qu’elle a été rebaptisée Sentosa, « paix et tranquillité » en français, ce qui est de meilleur augure. L’île présente par ailleurs un avantage en termes de sécurité, elle est vraiment toute proche de la terre ferme, du centre de Singapour, et il sera facile d’y contrôler les déplacements, elle est reliée à la terre par un tunnel, un pont piétonnier et un téléphérique. Et la sécurité sera évidemment une priorité. L’espace aérien de Singapour sera restreint pendant le sommet.

NV : Un mot rapide sur l’Italie où les députés ont voté la confiance au gouvernement de Giuseppe Conte, coalition inédite entre l’extrême droite et le mouvement 5 étoiles, parti anti austérité et europhobe.

ZK : Moins d’une semaine après son accession au pouvoir le nouveau premier ministre espagnol a nommé son gouvernement.

NV : Le socialiste Pedro Sanchez a profité de la chute de Mariano Rajoy dont le parti populaire est embourbé dans un vaste scandale de corruption pour former une coalition hétéroclite. C’est assez rare pour le souligner, son gouvernement n’est pas paritaire, mais il compte 11 ministres femmes pour 6 hommes. Pedro Sanchez s’entoure aussi de figures pros européennes comme l’ancien président du parlement européen Joseph Borrell aux Affaires étrangères et la directrice du budget de l’UE Nadia Calvinio à l’Économique. Enfin le premier astronaute espagnol Pedor Duque devient ministre des Sciences.

ZK : Ils ont disparu il y a 66 millions d’années, mais ils ont fait leur retour au cinéma il y a 25 ans.

NV : On parle bien sûr des dinosaures. Le film de Steven Spielberg Jurassic Park leur avait redonné vie. Il y avait eu une suite moderne, Jurassic World en 2015, le deuxième volet sort sur les écrans français ce mercredi. Le réalisateur américain s’était inspiré d’un roman de Michael Crichton dans lequel des scientifiques recréaient des animaux préhistoriques à partir de leur ADN fossilisé. Jurassic World, fallen kingdom, c’est le nom de cette suite, exploite un filon très rentable. Sophie Torlotin

Les dinosaures recréés par l’homme risquent une seconde extinction... Parqués sur une île au large du Costa Rica, ils risquent d’être engloutis par l’éruption imminente d’un volcan. Owen et Claire, le couple vedette du volet précédent, vont tout faire pour les sauver. Certes, le scénario multiplie les situations attendues, les dialogues téléphonés et les scènes d’action pour plaire à un jeune public. Les deux acteurs principaux, Chris Pratt et Bryce Dallas Howard, ne brillent pas par la finesse de leur jeu. Mais le film remplit sa mission de blockbuster pétaradant. Le réalisateur, l’Espagnol Juan Antonio Bayona a voulu rendre le film plus effrayant que les précédents. Pour les effets spéciaux, il combine images de synthèse et animatronique, des dinosaures animés à distance. Résultat : des séquences très crédibles, qui impressionneront les plus jeunes. Il y a trois ans, Jurassic World avait rapporté à Universal plus d’un milliard et 600 millions de dollars, dix fois plus que ce qu’il avait coûté... La reprise de la saga prouve bien que Hollywood préfère consacrer des budgets à l’exploitation de franchises, plus qu’à la prise de risques artistique.

NV : On ne connaît pas encore tous les demi-finalistes de Roland Garros, la pluie a interrompu en fin de journée les matchs encore en cours. Rafael Nadal est rentré aux vestiaires après avoir perdu le premier set 6-4, mais il menait 5-3 dans le deuxième set face à l’Argentin Diego Schwartzman. Match interrompu aussi avant même la conclusion du premier set entre Juan Martin Del Potro et le Croate Marin Cilic. C’est la fin de ce Journal en français facile, merci Zephyrin Kouadio et merci à vous de l’avoir suivi il est 22h10 ici à Paris.

Article publié le 06/06/2018

RFI - Radio France Internationale