Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 06/01/2018 20h00

Transcription

Vous écoutez Radio France Internationale

Il est 21 heures à Paris. 20h en temps universel. Soyez les bienvenus dans le journal en français Facile. A mes côtés pour vous informer Zéphirin Kouadio...Bonsoir Zéphirin.

ND : A la une de votre journal. Le Yémen, l'ONU a débloqué des fonds d'urgence pour l'aide humanitaire sur place. Le pays est déchiré par la guerre depuis 2014

Aux Etats-Unis. Un livre remet en cause les aptitudes mentales du président américain. Face aux critiques Donald Trump se qualifie lui-même génie.

Enfin nous parlerons du Honduras où l'opposition continue de contesté l'élection du Président sortant Juan Orlando Hernandez

ZK : Les Nations Unies annoncent  une aide de 50 millions de dollars de fond d'urgence pour le Yémen.

ND : La situation humanitaire est toujours critique dans ce pays en proie à la guerre. Depuis 2014, les rebelles chiites Houthis sont emparés de la partie nord du pays dont la capitale Sanaa. Tandis que le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi est soutenu par une coalition menée par l'Arabie saoudite.

Murielle Paradon.

Plus de 8 000 morts en 3 ans et une situation humanitaire catastrophique. Selon la Croix rouge internationale, 80% de la population yéménite manque de nourriture, un million de personnes serait touchée par le choléra. L'aide humanitaire parvient difficilement dans le pays. Farhan Haq est un des porte-parole du secrétaire général de l'ONU. « Même si il y a eu des progrès le mois passé avec l'ouverture des ports de la mer rouge qui ont permis l'acheminement de carburant et de biens alimentaires, ainsi qu'une reprise de vols humanitaires, nous restons très préoccupés par la détérioration de la situation humanitaire" .Selon des journalistes sur place, l'aide humanitaire n'est pas toujours acheminée. Les rebelles houthis et la coalition menée par l’Arabie saoudite, s'accusent mutuellement de faire blocage. L'ONU en appelle à une solution politique dans le conflit. Les Yéménites doivent mettre fin au conflit pour reconstruire leur vie. Pour cela, les parties au conflit doivent cesser les hostilités et s'engager de manière significative, avec les Nations Unies, vers un règlement politique durable. Plusieurs tentatives de règlement du conflit ont été engagées par le passé, mais elles n'ont pas abouti.

ZK : A quelques kilomètres de là, au moins 17 civils ont été tués aujourd'hui en Syrie.

ND : Toutes ces personnes ont perdu la vie dans les nouveaux raids aériens, c'est à dire les bombardements du régime et de son allié russe. L'information a été communiquée par l'OSDH. L’observatoire syrien des droits de l'Homme. Cela s'est passé dans la Ghouta orientale une enclave rebelle assiégée près de Damas et bombardée massivement ces derniers jours.

ZK : Le rapprochement entre les deux Corées est salué par le président américain.

ND : Donald Trump voit désormais d'un bon œil les prochaines discussions entre Séoul et Pyongyang. Le chef d'état américain espère qu'elles iront au-delà des jeux Olympique qui doivent se dérouler en Corée du sud au Mois de Février. Les États-Unis s'y impliqueront le moment venu au moment opportun toujours selon le président américain.

ZK: Le président américain Donald Trump est furieux et il a tenu ces dernières heures à faire passer quelques messages.

ND : les aptitudes mentales du 45eme président des États-Unis ont été remises en question. Notamment dans un livre publié hier. Son titre Le Feu et la Fureur.Il a été écrit par le journaliste  Michael Wolff. Il s'agit d'un compte rendu dévastateur  des dysfonctionnements de la Maison Blanche depuis l'arrivé au pouvoir de Donald Trump. C'est donc face à cette situation que le président américain s'est décrit aujourd'hui comme un «génie très équilibré» tout en mettant en avant ses facultés intellectuelles dans une série de tweets.

ZP : Twitter justement. Hier le réseau social  a affirmé son refus de supprimer  les comptes des dirigeants politiques qu'ils soient controversés ou non.

ND : Alors que la plateforme supprime des messages non conforme aux règles d'utilisation certains protestataires lui reprochent sa complicité à l'égard du président américain. Les explications avec Marie Lecoq.

"Pas question pour Twitter de supprimer les comptes ni les messages des dirigeants politiques, même s'ils sont controversés". Malgré les polémiques, la position du réseau social est claire... Et même si personne ne cite son nom, tout le monde a les yeux rivés sur le compte de Donald Trump, qui publie quotidiennement des tweets jugés "agressifs". Dernier exemple marquant… Mardi dernier, le président a adressé une menace à peine voilée au dirigeant nord-coréen : « Kim Jong-Un vient d’affirmer que le bouton nucléaire est sur son bureau en permanence… informez-le que moi aussi j’ai un bouton nucléaire mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que le sien, et il fonctionne ! », avait-il tweeté. Alors que Twitter bloque régulièrement des comptes qui enfreignent les règles d'utilisation, "bloquer un dirigeant reviendrait à dissimuler des informations importantes », selon la plateforme.Le cas Donald Trump est aussi affaire de réputation pour Twitter... Le président américain est l'un de ses utilisateurs les plus connus. Grâce à lui, le nom du réseau social est quotidiennement cité dans les médias. Surtout, bannir Donald Trump provoquerait un violent débat sur la liberté d'expression en ligne, un sujet particulièrement sensible aux États-Unis. Marie Lecoq

ND : Enfin sachez que la vague de froid extrême se poursuit aux États-Unis. Les températures sont bien en dessous des normes saisonnières. Le nord-Est est paralysé. Le trafic aérien reste très perturbé. A New York le thermomètre est descendu à -10° degrés.L'Hudson River, le célèbre fleuve de l'État de New York est partiellement gelée.

ZK : 13 civils ont été tués ce samedi dans le sud de la Casamance au Senegal.

ND : Ces personnes tentaient de récupérer du bois non loin de la frontière. Selon l’armée sénégalaise, ils ont alors été pris à parti par une quinzaine d’individus armés. La Casamance est une région situé au sud du Sénégal où sévit depuis 35 ans un conflit armé

ZK : La population cubaine a rendez-vous dans les urnes le 11 mars.

ND :La date a été fixée par le conseil d'état Cubain. Les élections générales sur l'île communiste désigneront les délégués des provinces et les députés à l'Assemblée nationale. Un processus qui aboutira le 19 avril à l'élection d'un nouveau président pour remplacer Raul Castro.

ZK : Au Honduras le tribunal suprême électoral rejette le recours déposé par l'opposition.

ND : Il s'agit de la suite de l'élection contesté du président sortant Juan Orlando Hernandez en Novembre dernier. L'instance électorale  a déclaré "sans objet"  la demande d'annulation de l'élection pour "fraude"  présentée par l'Alliance d'opposition contre la dictature. Selon elle les preuves ne sont pas suffisantes. Le candidat de l'opposition Salvador Nasralla  a annoncé son intention de déposer un autre recours devant la Cour suprême de justice du pays.

Salvador Nasralla :  Le communique du tribunal électoral est truffé de faux arguments, des arguments de trois criminels et voleurs qui le compose. Tôt ou tard ils vont payer le prix de leurs actes et ceux qui vont les faire payer c’est le peuple hondurien. Qu’est-ce que vous voulez qu’on  fasse avec ce rapport pondu par un tribunal dont le chef  a reçu un coup de fil du président de la république dans la nuit du 26 novembre  lui   imposant de ne pas annoncer les résultats , c’est un tribunal pourri. Nous étions obligé  de déposer notre requête auprès de ce organisme avant de passer aux étapes suivantes de la même façon la semaine prochaine nous irons à la Cour suprême de justice pour épuiser tous les recours légaux.

ND : Le candidat de l'opposition au Honduras Salvador Nasralla. 

ND : Comme chaque samedi, c'est le moment de retrouver le mot de la semaine, qui vous est présenté par Yan Amar.

ND : C'est la fin de ce journal en Français facile. Merci à Vous Zéphiryn Kouadio.Il est 21 heures 10 à Paris.

Article publié le 06/01/2018

RFI - Radio France Internationale