Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 03/04/2018 20h00

Transcription

Loïc Bussières : 22h à Paris, c'est l'heure de votre Journal en français facile. Présenté ce soir avec Alexis Guilleux.

Alexis Guilleux : Bonsoir Loïc, bonsoir à tous.

LB : A la une de l'actualité de ce mardi 3 avril : les hommages qui se succèdent après la mort de Winnie Mandela en provenance du monde entier mais aussi d'Afrique du Sud. Reportage dans ce journal devant la maison de l'ex-femme de Nelson Mandela.

AG : 2 milliards de dollars pour le Yémen, c'est ce qui ressort de la conférence des donateurs qui se tenait aujourd'hui à Genève. Un début de réponse pour un pays en guerre depuis 3 ans.

LB : Et puis en France, un mardi noir -comme prévu- dans les transports. La grève de la SNCF largement suivi. On y revient dans un instant.

-----

AG : Retour tout d'abord, sur la disparition hier de Winnie Mandela, l'ex-femme de Nelson Mandela.

LB : Elle avait 81 ans. Depuis l'annonce de son décès, les hommages se succèdent en provenance du monde entier mais aussi de l'ensemble de la société sud-africaine. Beaucoup de personnalités se sont rassemblés aujourd’hui au domicile des Mandela, dans le township de Soweto à Johannesburg. Noé Hochet-Bodin.

Dans la maison de Winnie Mandela se sont succédés l’ancien président Thabo Mbeki ou encore la Ligue des femmes de l’ANC. Le plus grand cortège est à mettre à l’actif du parti de gauche radicale l’EFF. Mpodi Makwabane et 300 autres membres du parti sont venus rendre hommage à Mama Mandela. « Même si elle était de l’ANC, en tant que membre de l’EFF nous sommes honorés d’avoir quelqu’un de son calibre dans le pays. » A l’avant du cortège Julius Malema, le leader du parti, improvise un meeting. Ce très proche de Winnie Mandela revendique son héritage politique. « La lance du combat est tombée. Nous sommes ici pour le ramasser et pour continuer le combat. Mama Winnie, jamais nous ne trahirons ton combat et nous allons continuer la lutte. » La famille Mandela reçoit pendant ce temps-là les nombreuses condoléances. [...] Après ces hommages politiques viendront l’heure du dernier hommage populaire, le 14 avril à Johannesburg. Noé Hochet-Bodin Johannesburg RFI.

AG : A la une également, ce que les Nations Unies décrivent comme le théâtre de « la pire crise humanitaire dans le monde ». La situation au Yémen était au cœur d'une conférence des donateurs aujourd'hui à Genève.

LB : L'objectif de cette conférence, c'était de récolter des moyens pour répondre à la guerre qui dure depuis trois ans dans le pays, et qui a fait quelques 10 000 morts et deux millions de déplacés. Au total, ce sont plus de deux milliards de dollars qui ont pu être récoltés. Des résultats encourageants pour le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

« Les promesses annoncées représentent plus de deux milliards de dollars et si vous comparez avec le milliard de dollars récolté l'an dernier, nous avons pratiquement doublé les dons. Mais vous pourriez me dire que nous avions demandé trois milliards de dollars et que nous n'en avons récolté que deux. Mais lors de la conférence des donateurs de l'an dernier, nous avions récolté 1 milliard et finalement, nous avons eu plus de dons que prévus : 1 milliard 700 millions de dollars car les donateurs ont été plus généreux. Mais aussi importantes soient elles, les ressources humanitaires ne sont pas suffisantes. Nous avons besoin de toutes les parties impliquées dans ce conflit pour faire respecter le droit international humanitaire et pour protéger les civils. Et surtout nous avons besoin d'un processus politique sérieux pour aboutir à une solution politique. Les crises humanitaires ne se sont jamais résolues uniquement par des réponses humanitaires. Les solutions sont toujours été politiques et au Yémen ce dont nous avons besoin c'est d'une solution politique pour que cette conférence de donateurs ne se répète plus à l'avenir.

LB : En bref, le rétropédalage de Benyamin Netanyahu, le premier ministre israélien, annonçait hier un accord avec le HCR, Le Haut commissariat de l'ONU pour les Réfugiés. Accord concernant le sort des près de 40 000 Erythréens et Soudanais entrés illégalement en Israël. Le texte est finalement annulé 24h après. Benyamin Netanyahu dit en avoir pesé à nouveau les avantages et les inconvénients. Il répond surtout aux critiques d'une partie de son gouvernement.

Cette autre annonce de Donald Trump, le président américain réaffirme sa volonté de quitter la Syrie et de ramener les troupes américaines « à la maison ». Selon ses propres termes, une décision concernant ce dossier sera, Dit-il, prise « très rapidement ». En revanche, des soldats américains devraient être bientôt envoyés à la frontière sud des Etats Unis. Il faut, prétend Donald Trump, protéger notre frontière avec notre armée, « jusqu'à ce que nous ayons un mur et une sécurité adéquate ». La construction d'un mur séparant les États-Unis et le Mexique était l'une des promesses de campagne du président américain.

AG : Retour en France où le scenario annoncé a donc bien eu lieu ce mardi : celui d'un cauchemar dans les gares pour les usagers du train.

LB : C'est la conséquence directe de la grève des cheminots. Les salariés de la SNCF qui protestent contre la réforme du rail voulue par le gouvernement. Le mouvement qui doit se poursuivre demain était largement suivi avec seulement un TGV sur 8  en service. Les cheminots font grève car ils se disent inquiets pour leur statut et pour l'ouverture à la concurrence du transport de voyageurs. Ils rappellent toutefois qu'ils ne se mobilisent pas par plaisir comme le souligne Kevin Quehen, Secrétaire général de la CGT-Cheminots pour la région Paris-Nord, au micro de David Baché.

[Transcription manquante]

LB : Le mouvement des cheminots se poursuit demain et doit, je le rappelle, s'étaler jusqu'au mois de juin à raison de deux jours de grève par semaine. Et puis il n'y a pas que le rail qui fait l'objet de perturbations, les salariés d'Air France poursuivaient également leur mouvement aujourd'hui pour le 4e jour de suite. La compagnie prévoyait toutefois d'assurer aujourd'hui les trois quarts de son programme de vols. L'intersyndicale réclame, je le rappelle, une hausse des salaires de 6%.

AG : On referme ce journal sur ce nouveau record de distance établi par des scientifiques de l'Université du Minnesota.

LB : Des scientifiques qui ont découvert l'existence de l'étoile la plus lointaine jamais observée à 9,3 milliards d'années-lumière de nous. C'est 100 fois plus loin que les précédents records. Et au-delà de l'anecdote, son étude pourrait nous apprendre des choses sur l'Univers. Simon Rozé.

Icare, c'est son surnom, est ce qu'on appelle une super géante bleue : une étoile si grande, si massive et si brillante que notre Soleil ferait office de veilleuse à ses côtés. C'est à 9,3 milliards d'années lumières de nous qu'elle a été débusquée, 93 000 milliards de milliards de kilomètres. C'est loin, tellement loin, que même son intense éclat ne pouvait pas être détecté sans utiliser de moyens détournés. Pour repérer Icare, il a donc fallu le télescope spatial Hubble, et l'aide d'un phénomène physique qu'on appelle la lentille gravitationnelle. En gros, imaginez une étoile très loin de la Terre et quelque chose d'énormément massif comme une galaxie qui passe entre les deux. Vue de chez nous, l'étoile distante apparaîtra plus brillante qu'elle ne l'est réellement comme si elle avait été grossie par une lentille de télescope. C'est compliqué, c'est étrange, mais ça marche, et c'est Albert Einstein qui a démontré ça avec la relativité générale et depuis, les exemples de lentilles gravitationnelles ne manquent pas. Dans le cas d'Icare, notre étoile, cette découverte est intéressante car sa distance par rapport à nous, nous renseigne également sur son âge.l L lumière que l'on a capté a ainsi 9,3 milliards d'années. Une époque où l'Univers était encore adolescent et que l'on peut désormais étudier.

Article publié le 03/04/2018

RFI - Radio France Internationale