Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 02/03/2018 20h00

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. Et avec moi en studio, Mehdi Meddeb pour co-présenter cette édition. Bonsoir Mehdi.

Mehdi MEDDEB

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Le Burkina Faso est de nouveau victime du terrorisme. Deux attentats qui ont eu lieu en même dans la capitale Ouagadougou ont fait au moins huit morts parmi les forces de sécurité selon les autorités burkinabè. La France dit également avoir été visée via son ambassade. Et le président français a renouvelé son partenariat avec les pays du Sahel pour lutter contre les djihadistes.

MM

Le président américain s'engage sur le sentier d'une guerre économique. Il veut instaurer une politique de protectionnisme, en protégeant, selon lui, les Etats Unis de marchés peu avantageux pour son économie, en augmentant les taxes sur certaines importations. Beaucoup de réactions internationales mais la Chine, elle, préfère calmer le jeu.

CP

Et nous verrons qu'en Italie, il ne reste plus que deux jours avant les élections législatives. Le chiffre de l'abstention, c'est-à-dire ceux qui n'iront pas voter, sera très observé. Pour l'instant la droite et l'extrême droite sont en tête des sondages. Vous entendrez que l'extrême droite italienne, focalisé sur le nord de l'Italie a su étendre son discours pour toucher les électeurs. Même ceux du sud de la botte italienne.

MM

Après les attaques à Ouagadougou d’aujourd’hui, le président français rappelle la détermination de son pays dans la lutte contre le terrorisme.

CP

Emmanuel macron a en effet réaffirmé que la France est pleinement engagée dans cette lutte, avec ses partenaires du G5 Sahel. Une force militaire composé de cinq pays africains, directement confronté sur leur sol à la présence de djihadistes. Le Burkina Faso fait partie du G5 Sahel.

MM

Un pays à nouveau frappé par la violence terroriste.

CP

Deux attentats ont eu lieu en même temps à Ouagadougou. Selon le ministre français de la Défense elles ont ciblé à la fois l'ambassade de France et l'état-major général des armées burkinabè. Jean-Yves Le Drian, qui précise que pour l'instant l'attaque n'a pas été revendiquée. En déplacement à Nice dans le sud de la France, le Premier ministre français, lui, est revenu sur le déroulé de cette attaque à Ouagadougou.

Ce matin, une attaque a eu lieu à Ouagadougou, dans la capitale du Burkina Faso. Dirigée, une attaque terroriste dirigée à la fois contre les forces burkinabè et contre l’ambassade de France. Le président de la République se tient évidemment informé heure par heure. Le ministre des Affaires étrangères, la ministre des Armées, moi-même suivons avec beaucoup d’attention la situation. Je vais rentrer à Paris, et dès lors que les opérations de sécurisation seront achevées, nous pourrons communiquer précisément, à la fois sur les circonstances de l’attaque, et sur le bilan définitif.  

CP

Edouard Philippe, le chef du gouvernement français, il était au micro de Julien Chavanne. Selon le ministre burkinabè des affaires étrangères Alpha Barry, le bilan provisoire est de huit morts parmi les forces de forces de sécurité burkinabè. Il y a également une cinquantaine de blessées. Quatre assaillants ont été abattus sur place. Les autorités françaises assurent qu'il n'y a aucune victime française. Et vous pouvez suivre l'évolution de cette actualité lors des prochaines éditions d'Afrique soir. Avec Mehdi Meddeb. Et également Afrique matin, ce sera à partir de 7h temps universel avec une édition spéciale. Ainsi, évidemment, que sur notre site internet et les réseaux sociaux de la radio du monde.

MM

Aux Etats Unis, le président américain met en pratique son slogan: l'Amérique d'abord. Il vient d'annoncer de nouvelles taxes sur plusieurs types d'importations.

CP

Sont particulièrement visé par cette hausse du coût pour faire entrer de la marchandise étrangère aux Etats Unis: l'acier et l'aluminium. Cette annonce de Donald Trump a fait réagir de nombreux dirigeants. Pour Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, l'Union Européenne ne « restera pas les bras croisés ». Le Canada qualifie la mesure américaine « d'inacceptable ». Mais avec ces nouvelles taxes, c'est la Chine que vise le président américain. Mais pour Pékin pas question de jeter de l'huile sur le feu et de déclencher une guerre économique. Au contraire, les autorités chinoises temporisent, elles semblent vouloir apaiser la situation. Les explications à Shanghai, d'Angélique Forget.

Pékin ne semble pas vouloir entrer dans une guerre commerciale avec Washington. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères indique que si d'autres pays emboîtent le pas aux Etats-Unis, cela aura un grave impact sur l'ordre du commerce mondial. Comprendre: la Chine ne va pas répliquer par des mesures de rétorsions équivalentes. D'abord parce que, cette mesure n'aura en fait qu'un faible impact en Chine puisque l'acier chinois ne représente que 2% des importations américaines. Et puis, deuxième raison : Pékin compte bien profiter de cette déclaration de Donald Trump pour s'afficher une fois de plus en acteur mesuré. Et montrer au reste du monde que les Etats-Unis constituent, bien plus que la Chine, une menace pour le système commercial mondial. Un haut responsable de l'association chinoise du fer et de l'acier, a quant à lui déclaré que les conséquences pour la Chine n'étaient pas importantes, et que les déclarations de Donald Trump feraient beaucoup de mal à l'industrie américaine, à l'heure où la Chine, en est, elle à son apogée.

MM

Au Brésil, le président est à son tour visé par une enquête dans l'énorme dossier judiciaire Odebrecht.

CP

Un affaire tentaculaire, c'est-à-dire qu'elle s'étend à de nombreuses personnalités, dans plusieurs secteurs et même plusieurs pays d'Amérique du sud. Une affaire de corruption qui implique les milieux politiques et Odebrecht, cette entreprise de BTP, de bâtiment et travaux public.

MM

Le président brésilien Michel Temer est à son tour soupçonné dans ce dossier pour une somme d'argent versée à son parti en 2014.

CP

Environ trois millions d'euros, qui ne seraient pas une somme donné légalement et qui serait un pot-de-vin selon les enquêteurs brésiliens. Et cela a convaincu les juges de la Cour suprême du pays. Ils ont autorisé les investigations, l’enquête sur Michel Temer. Même s'il est protégé par son immunité, c'est-à-dire son statut de président de la République.

MM

Plus que deux jours avant que les Italiens se déplacent dans les bureaux de vote.

CP

C'est dimanche que les électeurs devront choisir leurs nouveaux députés. Mais seront-ils nombreux à aller mettre leur bulletin dans l'urne? C'est toute la question et l'enjeu qui entourent ce scrutin. Une forte abstention est attendue.

MM

Pour l'instant c'est le mouvement Cinq Etoiles, qui se défini comme étant ni de gauche ni de droite, qui apparait comme le favori de ces législatives. Surtout dans le sud de l'Italie.

CP

Egalement en tête des sondages, la coalition de droite. Le parti de l'ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi et la Ligue du nord, parti d'extrême droite qui défend l'autonomie du nord du pays, et bien ces deux partis se sont alliés pour les législatives. La Ligue du nord a déjà su modifier son discours pour gagner des électeurs dans tout le pays. Voilà ce qu'en pense Martina Avanza, qui enseigne les sciences politiques à l'Université de Lausanne.

C’est une transformation très profonde de la Ligue, parce qu’ils étaient vraiment anti-italiens. Toute leur histoire est basée sur la défense du nord, contre Rome « qui nous ruine », et contre le sud « fainéant »  qui ne fait rien, qui est mafieux. Et qui est assisté, et « nous on paie des impôts et eux ils en profitent ». Donc maintenant l’ennemi « terrona », qui veut dire « cul-terreux », a été abandonné au profit d’un ennemi bien plus profitable électoralement : les migrants extra-communautaires comme on dit en Italie. Pour parler de la couleur sans la nommer, en gros. Donc ce tournant de discours contre les immigrés en abandon total du discours contre les gens du sud, c’est sûr peut-être un tremplin pour tenir le discours qu’essaie de tenir (Matteo) Salvini aujourd’hui : « les Italiens d’abord ». Après ça dépendra beaucoup de comment ils ont choisi localement leurs candidats. Est-ce qu’ils ont choisi des candidats qui tiennent des territoires, peut-être que c’est comme ça que ça marche dans le sud, ou pas.  

L'universitaire Martina Avanza elle était au micro de Juliette Gheerbrant.

MM

En France, la ministre du Travail veut avancer dans le dossier massif du chômage.

CP

Muriel Pénicaut a globalement validé l'accord du 22 février entre les partenaires sociaux qui portait sur l'indemnisation du chômage. Mais la ministre ne donne pas son feu vert à toutes les mesures de cet accord. Muriel Pénicaut y apporte quelques modifications. Francine Quentin.

Muriel Pénicaud est globalement "en phase", dit-elle, avec l'accord conclu le 22 février entre les employeurs et les syndicats. Elle augmente cependant la pression sur les branches professionnelles qui auront jusqu'à fin décembre, et pas plus, pour prendre des mesures concrètes contre le recours abusif aux contrats courts et précaires. Faute de quoi le gouvernement brandit à nouveau la menace d'imposer un système de bonus-malus aux entreprises. Sur la question de l'indemnisation des salariés qui démissionnent pour créer leur entreprise, ils ne devront pas être présents depuis sept ans dans leur emploi, délai prévu par l'accord, mais cinq ans seulement pour en bénéficier, et ce au même montant que tous les autres chômeurs. Soit un coût supplémentaire de quelques dizaines de millions d'euros pour l'assurance-chômage. Quant à l'indemnisation des indépendants, une nouveauté qui n'enthousiasme guère les partenaires sociaux, le gouvernement prévoit une allocation de huit cent euros par mois pendant six mois, financée par la CSG, soit un impôt, et non pas une cotisation sociale à la charge des employeurs et les salariés.

CP

Et c'est la fin de cette édition du journal en français facile, réalisé par Carmen Petelot. Et présenté avecMehdi Meddeb

Article publié le 02/03/2018

RFI - Radio France Internationale