Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 05/10/2017 20h00

Transcription

Florent Guignard : Radio France Internationale, il est 22 heures ici à Paris, 20 heures en temps universel.

-----

FG Bonsoir, bienvenue dans le journal en français facile, que je vous présente avec Zéphirin Kouadio, bonsoir Zéphirin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Florent, bonsoir à tous.

FG Au sommaire de ce journal, Zéphirin, la crise catalane, encore et toujours :

ZK Avec une décision de la Cour constitutionnelle espagnole pour empêcher la proclamation de l'indépendance : elle interdit la réunion lundi du parlement régional catalan.

FG Au Niger, des soldats nigériens et américains tués près de la frontière avec le Mali. Cela fait en fait plusieurs années que les Etats-Unis sont présents militairement dans la région du Sahel.

ZK Et puis en Irak, l'organisation Etat islamique perd le contrôle de Hawija. C'était la dernière grande ville irakienne aux mains des djihadistes.

FG Enfin le prix Nobel de littérature, il est attribué cette année à l'écrivain britannique Kazuo Ishiguro.

-----

ZK C'est décidément l'impasse en Espagne, entre les indépendantistes catalans et le pouvoir central de Madrid, Florent.

FG Et quand on est dans une impasse, Zéphirin, c'est qu'on se retrouve face à un mur, sans savoir comment sortir. Eh bien, c'est un peu ce qui se passe en Espagne - comment sortir de la crise provoquée par le référendum de dimanche dernier sur l'indépendance de la Catalogne ? Comment les deux parties peuvent entamer un dialogue tant chacun campe sur ses positions, aussi bien à Madrid qu’à Barcelone ? Les indépendantistes catalans ont bien l'intention de proclamer l'indépendance de leur région lundi prochain lors d'une réunion du parlement régional de la Catalogne. Seulement voilà, la Cour constitutionnelle, chargée donc de veiller au respect de la constitution espagnole, a interdit la tenue de cette réunion du parlement catalan. A Madrid, la correspondance de François Musseau.

Une nouvelle fois, le pouvoir judiciaire intervient avec force et fermeté. Il l'a déjà fait début septembre pour décréter que le référendum du 1er octobre était illégal et anticonstitutionnel. Cette fois-ci, il s'oppose catégoriquement à la session parlementaire dans l'hémicycle régional à Barcelone, ce lundi. Le risque était en effet trop grand, ont estimé les magistrats, que les partis séparatistes, qui disposent d'une courte majorité, déclarent l'indépendance et donc, je cite, « dynamitent la constitution ». Celle-ci dit en effet qu'en aucun cas une région peut se séparer de l'Espagne de façon unilatérale. Reste à voir ce qui va se passer concrètement et comment les forces de l'ordre vont physiquement empêcher la session parlementaire. Car les séparatistes, ils l'ont dit, sont prêts à aller jusqu'au bout, et n'étendent pas, je cite, « se soumettre au diktat de Madrid ». François Musseau, Madrid, RFI.

ZK Et cette crise catalane commence à inquiéter les milieux économiques.

FG Une banque, la cinquième plus grande banque espagnole, a décidé aujourd'hui de déménager son siège à Barcelone actuellement, pour le transférer à Alicante, une ville plus au sud, qui n'est pas en Catalogne. Et une autre banque, la troisième banque d'Espagne, pourrait prendre demain la même décision. Autre conséquence de cette situation en Espagne, un sommet des pays du sud de l’Union européenne, qui devait avoir lieu mardi à Chypre, a été reporté. Enfin, la crise catalane réveille la rivalité entre les deux grands clubs du foot espagnol. Le capitaine du Real Madrid salue le discours de fermeté du roi d’Espagne, alors que le capitaine du Barça, le FC Barcelone, lui a appelé au dialogue et au respect.

ZK On connait désormais le bilan de l'attaque d'hier au Niger contre une patrouille militaire composée à la fois de soldats nigériens et de soldats américains.

FG Cinq militaires nigériens ont été tués, ainsi que trois membres des forces spéciales américaines, présentes dans la région pour soutenir les armées locales. Cette attaque a révélé au grand public la présence au Sahel des forces armées américaines, et pourtant, les Etats-Unis sont bien dans la zone depuis le début des années 2000 pour lutter contre les mouvements terroristes. Olivier Fourt

Des soldats américains sont présents dans la zone depuis le début des années 2000. Avec la fameuse initiative PanSahel. Chaque année, un exercice d’envergure, très médiatisé, est organisé par les Etats-Unis – l‘exercice Flintlock qui s’est déroulé à plusieurs reprises au Niger. C’est la partie visible des activités des forces américaines en Afrique. Ensuite il y a la partie des forces spéciales, le SOC-Africa. Un récent rapport officiel évoquait 1700 commandos sur l’ensemble du continent. Leur mission : contrer le terrorisme régionale, remettre à niveau les forces locales, veiller aux intérêts des Etats-Unis et à la protection de leurs ressortissants. Africom estime qu’un millier de terroristes appartenant à différents groupes opèrent dans la zone Sahel-Sahara. La méthode : accompagner les partenaires locaux, au Mali, au Niger, au Nigeria, au Tchad, au Burkina-Faso, en Mauritanie ; soutenir l’effort logistique et en matière de renseignement au profit des forces de la région ; et enfin construire des capacités miliaires adaptées pour qu’elles soient réellement employées sur le terrain. Par exemple, le Pentagone a fourni en 2015 deux petits avions Cesna-ISR destinés au renseignement. Les Américains ont formé des équipages nigériens, et ces systèmes ont encore été utilisés récemment en opération.  

ZK Olivier Fourt. Une victoire supplémentaire, et symbolique, en Irak contre l'organisation Etat islamique.

FG La ville de Hawija a été libérée par l'armée irakienne. C'était la dernière grande ville en Irak tenue par les djihadistes, qui ne contrôlent, en Irak, plus qu'une bande de territoire peu peuplée à la frontière avec la Syrie. Hawija avait été conquise il y a trois ans par le groupe Etat islamique. L'armée irakienne a mis deux semaines pour reprendre la ville. Ecoutez le sous-officier Ahmed Bassem, des Forces d'intervention rapides irakiennes.

« La situation sur le terrain est excellente. Nous avons repris le centre-ville et certains quartiers en périphérie. Nous avons également repris tous les ponts de la ville. Il nous reste désormais la dernière phase : nous allons poursuivre les combats sur un autre front, celui du désert de la province d’Al Anbar, dans l’ouest de l’Irak. C’est le désert qui s’étend entre Mossoul et la ville d’Al Anbar jusqu’à la frontière syrienne. A Hawija, il y avait entre 200 et 250 combattants djihadistes. Parmi eux il y avait beaucoup de kamikazes. Rien qu’hier mercredi nous avons perdu plusieurs hommes dans une attaque à la voiture piégée. »

FG Ahmed Bassem, des Forces d'intervention rapides irakiennes, joint au téléphone par Sami Boukhelifa.

ZK Et puis dans l'actualité française, Florent, le mot du jour, c'est le mot « bordel ».

FG Un mot employé hier par Emmanuel Macron, énervé par la présence de manifestants lors de son déplacement en Corrèze - on vous en a parlé hier dans le journal en français facile. Emmanuel Macron a parlé des manifestants qui « foutent le bordel »,  ou qui mettent le bordel. Un bordel, à l'origine, c'est une maison close, un endroit où les prostituées recevaient leurs clients. Et puis peu à peu le mot bordel est devenu synonyme de désordre. Alors aujourd’hui, Emmanuel Macron a regretté  d'avoir utilisé ce mot « familier ».

ZK Sans transition, venons-en au prix Nobel de littérature attribué aujourd'hui à Kazuo Ishiguro.

FG Kazuo Ishiguro est un écrivain britannique, né au Japon et arrivé au Royaume-Uni quand il était enfant. Catherine Fruchon-Toussaint.

C'est avec son troisième roman, « Les Vestiges du jour », paru en 1989, que Kazuo Ishiguro a connu son premier succès international. Il faut dire que l'histoire de ce majordome anglais très strict sur le protocole, incarné au cinéma par Anthony Hopkins, avait ébloui par sa justesse historique, et ce venant d'un auteur issu de la culture japonaise. Mais installé à Londres depuis 1960, Ish, comme on le surnomme, est devenu un écrivain totalement britannique dont il a adopté la langue et la culture. Cela dit, ses livres, sept romans et un recueil de nouvelles ne sont pas tous empreints de repères géographiques et temporels, au contraire. L'auteur aime cultiver les univers flous et jouer avec les genres, comme dans le jazz dont il est féru, pour preuve les textes qu'il écrit pour la chanteuse Stacey Kent. Insaisissable donc, et c'est aussi cette singularité qui a plu au comité Nobel : « Si on mêle Jane Austen et Kafka, on obtient Kazuo Ishiguro », a commenté la secrétaire perpétuelle du jury. Un heureux mélange pour celui qui devient donc le vingt-neuvième lauréat anglophone du prix Nobel de littérature doté de 9 millions de couronnes suédoises, soit environ 937 000 euros.

FG Catherine Fruchon-Toussaint. Fin de ce journal en français facile, que vous pouvez retrouver sur le site de RFI Savoirs. 22 heures 10 à Paris.

Article publié le 05/10/2017

RFI - Radio France Internationale