Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 1/11/2017 20h00

Transcription

Pierre Pillet : Il est 20 heures en temps universel, 21 heures à Paris. Bonjour à tous, voici votre Journal en français facile et pour nous accompagner : Alexis Guilleux.

Alexis Guilleux : Bonsoir Pierre, bonsoir à tous. À la une ce mercredi : l'attentat de New York et le profil de l'assaillant qui se précise.

PP : Cet acte a été perpétré par un homme inconnu de la police, attaque au nom du groupe terroriste État islamique. Cet Ouzbek de 29 ans est entré sur le sol américain grâce à la loterie des visas.

AG : Émotion sur les lieux du drame et en Argentine, car cinq des huit morts sont originaires de ce pays.

PP : Autre titre, la tentative de réconciliation entre Palestiniens. Nouvelle étape aujourd'hui : le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, rend le contrôle des frontières à l'Autorité palestinienne, c'est-à-dire le gouvernement de Ramallah, autrement dit : son rival.

-----

AG : 24 heures après l'attaque, l'homme qui a foncé sur des passants à New York passe aux aveux.

PP : Un acte préparé depuis des semaines, l'assaillant inconnu des services de police. 8 morts, 11 blessés, dernier bilan de l'attentat perpétré à la camionnette-bélier sur une piste cyclable à Manhattan. Blessé par les forces de l'ordre, l'auteur a parlé sur son lit d'hôpital. Le chef adjoint de la police de New York, John Miller, fait le point :

Le suspect est identifié comme étant Sayfullo Saipov, un résident légal âgé de 29 ans arrivé aux États-Unis d’Ouzbékistan en mars 2010. L’enquête menée au cours de la nuit a permis de démontrer que Monsieur Saipov avait planifié tout cela depuis plusieurs semaines. Il l’a fait au nom du groupe État islamique. Des notes retrouvées au milieu d’autres éléments recueillis sur les lieux ont permis de le confirmer. Ces notes étaient rédigées à la main en arabe… elles contenaient des symboles et des mots, mais indiquaient, pour l’essentiel, que le groupe État islamique vivrait pour toujours… Également récupérés à l’intérieur et autour du véhicule, de nombreux couteaux, les deux pistolets factices, l’un, un pistolet de paintball et l’autre un pistolet à plomb Crossman… Ce que nous pouvons dire, c’est que Monsieur Saipov n’a jamais fait l’objet d’une enquête des services de renseignement de la police de New York, ni d’ailleurs du FBI… Mais il apparaît qu’il aura des connexions avec des individus ayant fait l’objet d’une enquête, même si cela n’a pas été le cas pour lui.

PP : Et le profil de l'assaillant entraîne une polémique sur la loterie des visas. C'est grâce à ce système qu'il est entré aux États-Unis. Chaque année, 50.000 personnes sont tirées au sort, elles obtiennent un visa de résidence permanente.

AG : Donald Trump a critiqué le sénateur à l'origine du dispositif, Chuck Schume. Ce dernier accuse le président d'utiliser le drame dans un but politique.

PP : Consternation sur les lieux du drame, émotion aussi en Argentine. Cinq personnes décédées étaient originaires de Rosario. Il s'agit d'anciens camarades d'école.

AG : Un groupe de copains qui fêtait les 30 ans de l'obtention de leur baccalauréat. Minute de silence dans leur établissement et un hommage rendu par le président argentin Mauricio Macri :

C’était cinq jeunes entrepreneurs, des acteurs de la société de Rosario, et j’imagine avec de belles familles. Cela nous a beaucoup touchés, cela a touché tous les Argentins, et moi en particulier. Je veux transmettre toute mon affection à leurs familles. Mais cela nous rappelle aussi qu’il n’y a pas d’endroit pour des zones grises dans le monde d’aujourd’hui. Nous devons tous être totalement engagés dans la lutte contre le terrorisme.

PP : Le président argentin, Mauricio Macri.

AG : Malgré cet attentat, le marathon de New York aura lieu dimanche. Annonce du maire de la ville Bill de Blasio.

PP : Le terrorisme, il concerne aussi la France. Et en cas de « meurtre de masse », le pays pourrait de nouveau utiliser l'état d'urgence. Déclaration du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

AG : Ce régime exceptionnel prend fin aujourd'hui, il avait été mis en place après les attentats de novembre 2015. Pour le remplacer : une loi. Elle permet notamment la fermeture des lieux de culte et les contrôles d'identité aux frontières.

PP : La tension risque de monter un peu plus entre le gouvernement espagnol et le président destitué de la Catalogne.

AG : Carles Puigdemont, actuellement en Belgique, refuse de retourner à Madrid. Il est convoqué par la justice de son pays en vue d'une inculpation pour sédition et rébellion. La raison, c'est la déclaration d'indépendance de sa région.

PP : Carles Puigdemont risque des dizaines d'années de prison. « On va examiner si les peines encourues ne sont pas disproportionnées et si les droits fondamentaux sont respectés », déclare son avocat. « Voilà pourquoi j'ai proposé qu'on l'interroge sur le sol belge», ajoute-t-il.

AG : Direction le Proche-Orient, avec une nouvelle étape dans la tentative de réconciliation entre Palestiniens

PP : Le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza cède le contrôle des frontières à son rival : l'Autorité palestinienne. Le gouvernement de Ramallah, en Cisjordanie, récupère donc la gestion des points de passage vers Israël et l'Égypte.

AG : Plus aucun officier du Hamas aux postes de contrôle. Mais tout le monde n'est pas d'accord au sein de ce mouvement islamiste. Mahmoud Zahar, l'une de ses figures, dénonce l'attitude de l'Autorité palestinienne dans ce rapprochement :

« Je pense que c'est un mauvais début. Parce qu'ils veulent mener une politique de remplacement, pas de coopération ou de partenariat. Donc ils ont renvoyé toutes les personnes qui ont été très efficaces pour faire fonctionner cette administration, que ce soit au niveau des frontières, de la sécurité ou des secteurs civils. Cette politique n'est pas acceptable. Maintenant, nous attendons de voir comment ils vont diriger les autres institutions et secteurs publics. Nous voulons une coopération, pas un remplacement. » Mais la direction du Hamas soutient cette politique ? « Non, nous recherchons un partenariat. Nous ne voulons pas que nos employés soient licenciés. Nous sommes les chefs du Hamas. La direction du Hamas, ce n'est pas une, deux ou cinq personnes. C'est une institution. Nous avons un système de concertation, un parlement. Nous avons tout. »

PP : Mahmoud Zahar, figure du Hamas, il répondait à notre envoyé spécial à Gaza, Guilhem Delteil...Vladimir Poutine en Iran aujourd'hui. Entretien du président russe avec les dirigeants de la République islamique. La Syrie, l'accord sur le nucléaire iranien, le renforcement de la coopération économique entre Moscou et Téhéran, voilà pour le programme. La Russie est un pays ami partenaire stratégique déclare de son côté le président iranien Hassan Rohani.

AG : RFI 1h07 à New Delhi. À retenir dans l'actualité, l'explosion d'une centrale électrique au charbon dans le nord de l'Inde. Elle a tué au moins seize personnes mercredi. Des dizaines d'autres ont été blessées. Le site est géré par une entreprise publique. Selon la police, c'est l'accumulation de cendre dans un fourneau qui a provoqué le drame.

PP : L'Inde qui grimpe de 30 places dans le classement de La Banque Mondiale sur la facilité de faire des affaires dans le monde. Le pays est désormais 100e Alexis.

AG : Cela signifie que le contexte est de plus en plus favorable pour ouvrir une filiale, payer ses taxes, accéder au crédit. Des indicateurs observés par les multinationales afin d'investir.

PP : Voilà le résultat des nombreuses réformes économiques engagées explique le gouvernement indien, de centre droit. Illustration avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis :

Rikki Sharma dirige une petite société de distribution de bijoux, appelée Bijou Blanc, basée à New Delhi. C'est lui qui s'occupe de la plupart des papiers, et il a donc apprécié l'amélioration récente des procédures. « Avant pour payer nos impôts, nous devions remplir une énorme feuille et faire la queue pendant deux heures à la banque, puis revenir le soir pour chercher le reçu. Cela prenait toute la journée. Aujourd'hui, cela prend à peine 10 minutes, car nous pouvons tout faire en ligne. Pareil pour demander une nouvelle licence. Ces procédures sont clairement devenues plus simples. » Le paiement des taxes est la démarche qui s'est le plus simplifiée en un an, selon ce nouveau classement de la banque mondiale, qui illustre la situation de New Delhi et Bombay. L'obtention d'un crédit est également devenue très facile. Mais l'Inde reste l'un des pays où il est le plus compliqué d'obtenir un permis de construire. Et surtout, la corruption de l'administration demeure un énorme problème, relève Rikki Sharma. « Le mois dernier, l'un de mes colis est passé par les douanes et trois biens manquaient, ils avaient été volés. Il y avait seulement un bandeau indiquant que le paquet avait été ouvert par les douanes. Mais voilà, il est impossible de demander des comptes à qui que ce soit pour cela. » Si on exclut le Bhoutan, l'Inde est maintenant le pays le mieux classé d'Asie du Sud. Mais encore loin derrière la Chine ou l'Afrique du Sud.

AG : On termine ce journal avec du football. Nouvelle déception pour Monaco en phase de groupes de la Ligue des champions : match nul un but partout à Istanbul, sur la pelouse du Besiktas.

PP : Quatrième match, toujours pas de victoire. Les huitièmes de finale s'envolent probablement pour le club de la Principauté. Parmi les autres rencontres ce soir, un choc : les Italiens de Naples face aux Anglais de Manchester City. Ainsi s'achève ce Journal en français facile. Merci à vous de l'avoir suivi.

Article publié le 1/11/2017

RFI - Radio France Internationale